Voici à quoi ressemble la vie dans le Salvador rural

El Salvador est le plus petit pays d’Amérique centrale. Situé entre le Guatemala et le Honduras, il possède 21 041 kilomètres carrés (environ la taille du Massachusetts) et est tropical, avec une température moyenne de 30° à 35°C (80° à 95°F). La terre est principalement constituée de montagnes couvertes de forêt tropicale humide, son plus haut sommet étant El Pital à 8 957 pieds.

San Salvador, la capitale, est à 2 162 pieds au-dessus du niveau de la mer. Ce petit pays d’Amérique centrale est divisé en 14 départements : Ahuachapan, Cabanas, Chalatenango, Cuscatlan, La Libertad, La Paz, La Union, Morazan, San Miguel, San Salvador, San Vicente, Santa Ana, Sonsonate et Usulutan.

Depuis son indépendance le 15 septembre 1821, El Salvador est un mélange homogène de descendants de conquérants européens et d’autochtones, avec une population métisse représentant 86,3 %, blanche 12,7 % et amérindienne 0,2 %. L’estimation de la population est de 6 187 271 (juillet 2018).

Trois enfants salvadoriens sourient à la caméra.

La langue officielle parlée est l’espagnol, avec quelques Salvadoriens partageant encore la langue maya nahuatl pour maintenir vivante la tradition et la valeur historique de la langue.

En raison de la composition homogène de la société salvadorienne en termes de culture, de langue et d’ethnicité, elle est généralement divisée en trois régions – est, ouest et centre – mais les trois régions se composent de terres tempérées et chaudes, et la plupart de la végétation est la jungle tropicale, à l’exception des parties nord des trois zones, qui ressemblent davantage à des montagnes avec des forêts de pins.

Les trois zones ont des villes urbaines principales, telles que Sonsonate et Santa Ana à l’ouest, San Salvador au centre et San Miguel à l’est. Autour de ces principales zones métropolitaines se trouvent des villes et des villages plus petits, qui sont également entourés d’états ou de fermes (petits groupes de maisons dans un environnement rural).

Faits et enjeux ruraux

Une mère et un garçon se tiennent devant une maison faite de tôles ondulées dans les régions rurales d'El Salvador

Une maison faite de tôles ondulées dans la campagne El Salvador.

Selon le World Fact Book, la population rurale du pays représente 27%. La région occidentale est composée des départements de Santa Ana, Ahuachapán et Sonsonate. La région centrale possède La Libertad, San Salvador, Chalatenango, Cabañas, La Paz, San Vicente et Cuscatlán, et la région orientale détient Usulután, San Miguel, Morazán et La Unión.

L’une des pires crises naturelles du pays a été l’ouragan Ida en 2009, qui a laissé environ 125 000 personnes dans un état de pauvreté aggravé et causé des milliers de dollars de pertes matérielles. Les inquiétudes suscitées par cette dernière crise étaient l’excès d’eau pour les cultures prêtes à être récoltées dans certaines zones, et l’irrégularité des pluies dans d’autres zones rurales. Étant donné qu’un grand pourcentage des habitants des zones rurales survivent grâce à ce qu’ils plantent ou travaillent dans les plantations en tant que journaliers, cela a créé une incertitude quant à l’obtention de nourriture à l’avenir.

Le ministère de l’Agriculture a estimé une perte de récoltes de 70 millions de dollars après l’ouragan, les plus touchés étant les haricots avec 20 millions de dollars et le maïs avec 5 millions de dollars de pertes.

Vie de famille rurale typique

Une famille se tient devant une maison de boue dans la campagne El Salvador

Une maison de boue et de bois dans la campagne El Salvador.

Une maison en blocs de ciment dans la campagne El Salvador

Une maison en blocs de ciment dans la campagne El Salvador.

En milieu rural, les habitations sont de construction « mixte ». La plupart des maisons sont faites de briques de boue ou d’adobe. Souvent, la structure est renforcée avec des morceaux de bois comme colonnes aux angles, et le toit est généralement en paille ou en aluminium si la famille parvient à s’habituer à des tôles d’aluminium.

Les constructions sont généralement un carré d’environ 20 pieds sur 20 pieds, et parfois elles font une division au milieu pour obtenir deux chambres ou une chambre et un salon. Ce n’est pas toujours le cas, car en cas de besoin, il n’y a pas de coin salon et les gens se réunissent à l’extérieur du logement. L’absence de système d’égouts est courante, de sorte que les latrines à fosse sont courantes.

Faits et enjeux urbains

Des enfants courent dans les rues du Salvador urbain

Selon le World Fact Book, la population urbaine représente 72,7% de la population, les plus grandes zones étant la région métropolitaine de San Salvador et les villes de San Miguel, San Vicente (est), Santa Ana et Sonsonate (ouest).

L’extorsion est un gros problème pour les personnes vivant dans les zones métropolitaines. Cette activité est particulièrement attribuée aux gangs, mais la pratique ne leur est pas exclusive. Certaines bandes criminelles basées au Guatemala pratiquent également l’extorsion. De nombreuses personnes, en particulier celles à revenu moyen ou faible, souffrent d’extorsion.

Le modus operandi de l’extorqueur ou du membre d’un gang est de passer un appel téléphonique ou de laisser une note, et de dire à la victime qu’elle a observé et qu’elle connaît ses mouvements habituels pendant la journée. Les personnes exposées aux menaces déclarent que les extorqueurs connaissent généralement leur travail, leurs enfants et les endroits où ils vont.

Le montant d’argent extorqué peut être un « petit » montant de 50 à 100 dollars par semaine, à des centaines ou des milliers de dollars, avec la menace de meurtre ou d’enlèvement d’un membre de la famille si la demande n’est pas satisfaite.

L’extorsion touche les petits magasins situés dans les centres-villes commerciaux des grandes villes, ainsi que le secteur des transports publics. Pour eux, le montant nécessaire pour fournir une « protection » atteint des milliers de dollars par semaine. Au cours des derniers mois, les journaux ont annoncé le meurtre d’un chauffeur d’autobus ou une unité de transport incendiée parce que le propriétaire refusait de payer le « loyer » imposé par les gangs de rue.

En partie, la violence des gangs a conduit à l’émigration. Vingt pour cent de la population vit à l’étranger, avec 2,3 millions de Salvadoriens aux États-Unis, surtout regroupés à Los Angeles. La diaspora salvadorienne est également présente dans de nombreux autres pays d’Amérique latine. Cependant, les homicides sont en forte baisse. Depuis que le gouvernement a employé des policiers et des soldats pour lutter contre l’extorsion, le taux de meurtres en 2019 était le plus bas depuis la guerre civile du pays qui s’est terminée en 1992.

Vie urbaine typique à la maison

Une famille est assise devant une maison en brique peinte en vert.

Une famille devant une maison en brique dans la ville d’El Salvador.

En milieu urbain, les matériaux typiques sont la brique et le ciment. Cependant, dans les milieux urbains où sont implantés nos centres, il existe deux modes de construction courants. La première est appelée « casa de pasaje » ou maisons de ruelle. Ce sont les maisons pour les familles à faible revenu. Ils sont petits, environ 480 pieds carrés, et le reste est considéré comme un patio ou un espace ouvert.

La moitié de l’espace est considérée comme le salon/salle à manger/cuisine. L’autre moitié représente les deux chambres et une salle de bain. Ces types de maisons n’ont qu’un seul étage et sont peu coûteux à construire, car deux maisons partagent un seul mur de briques minces qui les sépare.

L’autre type de cadre de vie pour nos enfants vivant dans les zones urbaines est le bidonville. Au Salvador, celles-ci sont appelées « zonas marginales », ou zones exclues. Dans ce type d’environnement, la plupart des maisons sont des huttes faites de tôles d’aluminium, de plastique et de carton.

Église et religion

La religion principale est le catholicisme, notamment en raison de l’influence de l’Église catholique à l’époque de la conquête. L’église évangélique protestante a atteint 36% de la population.

  • Catholique : 50%
  • Evangélique : 36%
  • Aucune religion : 12 %
  • Autre : 2 %

Plat local populaire :

Quesadilla Salvadoreña (gâteau au fromage sucré salvadorien)

Contrairement à la collation mexicaine du même nom, la quesadilla salvadorienne est un gâteau riche et sucré que l’on trouve souvent dans les panaderias, ou boulangeries. Le queso dans la quesadilla est traditionnellement un queso fresco salvadorien non salé, un fromage frais de type fermier. Mais le parmesan est souvent remplacé.

  • Farine tout usage — 2 tasses
  • Levure en poudre – 2 cuillères à café
  • Fromage queso fresco ou parmesan râpé – 1/2 livre
  • Sucre — 2 tasses
  • Oeufs légèrement battus — 4
  • Lait entier – 1 tasse
  • Beurre fondu – 2 bâtonnets (1/2 livre)
  • Graines de sésame (facultatif) – 2 cuillères à soupe

Préchauffer le four à 350°F. Tamiser ensemble la farine et la levure chimique dans un bol. Ajouter le fromage, le sucre, les œufs et le lait dans un grand bol et battre jusqu’à consistance lisse. Incorporer le beurre fondu. Incorporer lentement le mélange de farine dans le mélange de fromage jusqu’à ce qu’il soit complètement incorporé et qu’une pâte lisse se forme.

Verser la pâte dans deux moules à cake bien graissés en les remplissant à moitié. Si vous utilisez des graines de sésame, saupoudrez-les sur le dessus de la pâte. Cuire au four de 20 à 25 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre en ressorte propre. Placer sur des grilles et laisser revenir à température ambiante avant de trancher et de servir.

Variantes :

  • Essayez d’utiliser différents types de fromage pour votre quesadilla : cheddar râpé, Monterey jack ou feta râpée
  • De nombreux cuisiniers salvadoriens substituent la farine de riz à la farine de blé ordinaire.
  • Au lieu de lait, utilisez de la crema agria, ou de la crème sure diluée avec un peu de moitié-moitié.
  • Cuire dans des moules ronds ou dans des moules à muffins.

Phrases couramment utilisées

  • « Que Chivo ! l’équivalent salvadorien de « c’est cool ! » Il exprime généralement le bonheur ou la surprise pour quelque chose.
  • « Que ondas ! est la salutation salvadorienne la plus courante. Cela peut être traduit par « Comment ça va ? »
  • « Chuchito » est traduit par « chiot ». Si vous dites « chucho », cela signifie chien. Les enfants appellent généralement leur chien chucho – ou chuchito s’il est petit. Vous pouvez demander si les enfants ont un chiot en demandant s’ils ont un « chuchito ».

Pauvreté au Salvador

Des enfants en chemises bleues sont assis ensemble sur un porche.

Ce petit pays possède la quatrième plus grande économie d’Amérique centrale. Mais environ un Salvadorien sur trois vit en dessous du seuil de pauvreté. Découvrez notre travail au Salvador pour aider les enfants salvadoriens pauvres à accéder aux soins dont ils ont besoin pour s’épanouir. Parrainez un enfant vivant dans la pauvreté au Salvador pour lui apporter des soins vitaux !


Cet article a été initialement publié le 3 décembre 2010. Les chiffres ont été mis à jour en janvier 2020. Photos supplémentaires de Nora Diaz.

*

★★★★★