VIH/SIDA en Ukraine – Le projet Borgen

VIH/SIDA en Ukraine
L’Ukraine a l’un des taux de VIH/SIDA les plus élevés au monde, avec environ 260 000 personnes vivant avec la maladie. Odessa, la troisième ville la plus peuplée d’Ukraine, a « la plus forte concentration de VIH/sida de toute l’Europe ». La pauvreté exacerbe le VIH/SIDA en Ukraine et a principalement des liens avec la consommation de drogues injectables, les menaces contre le financement public, le manque d’accès au traitement antirétroviral et la discrimination sociale.

Pauvreté et VIH/SIDA en Ukraine

L’Ukraine est deuxième derrière la Moldavie parmi les deux pays les plus pauvres d’Europe. Le taux de pauvreté en Ukraine a augmenté pendant la pandémie de COVID-19, passant de 42,4 % en 2020 à 50 % en février 2021. Il existe un lien étroit entre la pauvreté et la propagation des maladies ; cela pourrait être à la fois une cause et un résultat de la pauvreté.

Le VIH/SIDA provoque des conditions de pauvreté lorsque les adultes qui travaillent tombent malades et ne peuvent plus subvenir aux besoins de leur famille. La maladie devient le résultat de la pauvreté lorsque les conditions de pauvreté augmentent le risque de la contracter. À titre d’exemple, les femmes et les filles qui vivent dans la pauvreté sont plus vulnérables à l’exploitation sexuelle. Elles sont plus susceptibles de recourir au commerce du sexe. Cela pourrait les exposer à un risque dangereux de contracter le VIH.

Le VIH/SIDA chez les femmes et les filles ukrainiennes

L’ONUSIDA estime que sur toutes les personnes vivant avec le VIH/SIDA en Ukraine, 120 000 sont des femmes de plus de 15 ans et 2 900 sont des enfants de 14 ans ou moins. L’inégalité entre les sexes, la pauvreté et la violence à l’égard des femmes et des filles sont des facteurs importants de propagation du VIH. Les femmes et les filles qui vivent dans la peur de la violence peuvent être réticentes à plaider en faveur de rapports sexuels protégés, à subir des tests ou à rechercher un traitement contre le VIH et d’autres maladies.

L’inégalité entre les sexes entrave l’accès des femmes aux ressources pour la santé sexuelle et reproductive. Dans l’Ukraine rurale, où le taux de pauvreté est le plus élevé, 36 % des femmes ne participent pas à la prise de décision communautaire ou familiale. Seuls 46% sont compétents avec un ordinateur ou Internet. Près de 48% n’ont pas accès aux services médicaux.

Le manque d’accès aux antirétroviraux

Comme l’a rapporté Sky News, l’accès aux antirétroviraux est un problème majeur pour de nombreuses personnes vivant avec le VIH/SIDA en Ukraine. Bien qu’une loi stipule que la thérapie antirétrovirale doit être gratuite pour tous les citoyens, des ressources nationales limitées ont entraîné un accès restreint.

Les antirétroviraux sont essentiels pour prévenir la propagation du VIH aux enfants. L’utilisation d’antirétroviraux pendant la grossesse et administrés à un nourrisson pendant quatre à six semaines après la naissance peut entraîner un taux de transmission de 1 % ou moins. Selon ONU Femmes, la majorité des femmes vivant avec le VIH/SIDA en Ukraine avaient entre 18 et 45 ans. Parmi ces femmes, 39 % ont découvert qu’elles étaient séropositives pendant la grossesse.

Discrimination sociale contre les personnes vivant avec le VIH/sida

Selon l’OMS, la discrimination à l’encontre des personnes qui consomment des drogues et des personnes vivant avec le VIH présente un sérieux défi pour identifier ceux qui ont besoin d’un traitement. Les lois sévères sur les drogues, la peur du VIH/SIDA et les abus systématiques de la police sapent les efforts visant à fournir des informations et des services sur le VIH tels que le dépistage et l’échange de seringues sans risque. En outre, la loi exige que les centres de traitement de la toxicomanie en Ukraine enregistrent les toxicomanes et partagent les informations avec les forces de l’ordre. Ce protocole empêche les personnes qui consomment de la drogue de consulter un médecin, ce qui les empêche par la suite de se faire dépister et de recevoir un traitement contre le VIH/SIDA.

La guerre dans le Donbass

La guerre dans le Donbass a rendu difficile l’accès aux traitements dans une région qui avait auparavant l’un des taux de VIH/SIDA les plus élevés du pays et qui abritait près d’un quart de tous les bénéficiaires d’antirétroviraux. Lorsque la guerre a commencé en mars 2014, elle a déplacé 1,7 million de personnes. Pour aggraver cela, les rapports sexuels non protégés ont entraîné une augmentation du VIH/SIDA au sein de l’armée. Conjuguée au conflit militaire en cours et à une pénurie d’antirétroviraux, l’Ukraine traverse une crise : le gouvernement n’a pas réussi à suivre les taux d’infection.

Solutions

En juillet 2021, l’Ukraine a reçu une subvention de 35,8 millions de dollars du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Selon le gouvernement ukrainien, il utiliserait les fonds pour acheter des équipements de protection individuelle (EPI), réduire les risques associés au COVID-19 et renforcer le système de santé.

L’Ukraine collabore avec les Centers for Disease Control (CDC), l’USAID et le Plan d’urgence du président américain pour la lutte contre le sida (PEPFAR). Le pays souhaite mettre en œuvre des campagnes de prévention, accroître l’accès au traitement antirétroviral et cibler les principaux groupes à risque, tels que les consommateurs de drogues injectables, les professionnel(le)s du sexe et les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes.

Le 1er septembre 2021, le président Biden a annoncé que les États-Unis fourniraient plus de 45 millions de dollars d’aide supplémentaire à l’Ukraine. L’aide aiderait les personnes touchées par la pandémie de COVID-19 et la guerre dans le Donbass. Les États-Unis travaillent avec des programmes soutenus par l’USAID pour fournir des fournitures aux centres de santé ukrainiens, former des agents de santé et apporter un soutien psychosocial aux populations les plus vulnérables.

– Jenny Riz
Photo : Unsplash

*

★★★★★