Une mère renvoie fièrement ses enfants à l’école –

Aller à l’école est le meilleur moyen pour un enfant de sortir de l’extrême pauvreté. Pourtant, les circonstances dans la vie de ces enfants rendent généralement impossible de recevoir une éducation. Cela crée un cycle inéluctable pour les familles et les mères comme Marie Rosine.

Aucun chemin vers l’école, aucun moyen d’espérer

Marie Rosine a travaillé assidûment sur sa ferme familiale. Mais cette mère célibataire n’a jamais pu récolter assez de nourriture pour que ses enfants puissent manger.

Les anciennes techniques de culture qu’elle utilisait, qui avaient été transmises de génération en génération dans sa communauté rwandaise, étaient inefficaces. Ils étaient inefficaces contre les ravageurs locaux qui continuaient de détruire ses cultures de maïs. En conséquence, ses énormes efforts n’ont conduit qu’à de maigres récoltes. Et les petites récoltes entraînaient des repas maigres et un revenu extrêmement faible pour Marie Rosine et ses trois enfants.

« Ce n’était même pas suffisant pour résoudre des petits problèmes familiaux », se souvient Marie Rosine.

Parmi les nombreux besoins essentiels non satisfaits :

  • Aliments nutritifsprovoquant la malnutrition de ses enfants avec une alimentation déséquilibrée.
  • Assurance santéce qui crée des difficultés supplémentaires lorsque des membres de la famille tombent malades.
  • Fournitures et frais scolairesamenant ses enfants à sécher l’école et finalement à abandonner.

« Je me sentais comme une mère irresponsable et sans espoir de ne pas répondre aux besoins de ma famille », partage Marie Rosine.

Mais la bénédiction du parrainage d’enfants fourni par les supporters de Food for the Hungry (FH) a tout changé. Cela a ouvert la voie aux enfants de Marie Rosine pour qu’ils retournent à l’école, leur ouvrant la porte d’un avenir meilleur – d’une manière qui pourrait vous surprendre.

Marie Rosine s’occupe de sa récolte de maïs.

Le parrainage d’enfants transforme les familles

Marie Rosine voulait une vie meilleure pour sa famille. Ainsi, lorsque FH est entrée dans sa communauté, elle avait hâte d’apprendre et de s’impliquer.

Tout a commencé avec le parrainage d’enfants. Marie Rosine s’est inscrite pour permettre à un parrain compatissant à l’autre bout du monde de s’assurer que sa fille de 11 ans, Egidie, recevrait de la nourriture, de l’eau potable, une éducation et d’autres éléments de base qu’elle avait eu du mal à fournir.

Mais ce n’était pas tout. Le parrainage d’enfants avec FH est conçu pour permettre aux familles et aux communautés de devenir autonomes. En fin de compte, ils n’auront plus besoin de parrains d’enfants.

Les opportunités d’apprentissage abondent

L’accompagnement mensuel du parrain d’Egidie a permis de nombreux projets. Ceux-ci ont permis à Marie Rosine de gagner un revenu et de subvenir aux besoins de ses enfants. Et cette maman a profité de toutes les opportunités qui se présentaient à elle, notamment :

  • Formation agricole
    Marie Rosine a appris les techniques agricoles modernes et les meilleures pratiques qui transformeraient sa ferme de maïs. Elle a acquis les connaissances et les outils nécessaires pour utiliser la fumure organique ; pailler, planter et désherber aux moments opportuns; et d’utiliser la technologie push-pull.
  • Élevage de bétail
    Une chèvre et un cochon ont été fournis à sa famille. Et Marie Rosine a reçu une formation sur la façon de prendre soin de ces animaux comme sources de lait, de fumier et de revenu supplémentaire.
  • Créer un potager
    Grâce à des dons tels que des semences, des outils et une formation, Marie Rosine a pu cultiver des légumes nutritifs. Avec ceux-ci, elle a préparé des repas qui fournissaient une alimentation bien équilibrée.
  • Hygiène et Assainissement
    Pour prévenir les maladies, une latrine à fosse a été installée dans la communauté de Marie Rosine. Là, elle et ses enfants pouvaient utiliser la salle de bain en toute sécurité. Et sa famille a reçu d’autres cadeaux, comme un séchoir à casseroles (pour garder la vaisselle propre) et un robinet tippy (pour le lavage régulier des mains).
  • Groupe d’épargne
    L’adhésion au groupe a fourni à Marie Rosine un endroit où économiser de l’argent avec d’autres mamans de sa communauté.

Avec l’augmentation des récoltes et des revenus, Marie Rosine est désormais en mesure de payer les frais d’inscription de ses enfants à l’école.

Retour à l’école, rempli de fierté

Grâce à ces activités, la vie de Marie Rosine est aujourd’hui radicalement différente.

Ses récoltes se sont multipliées de façon exponentielle. Les méthodes push-pull éloignent les parasites. Le fumier de son bétail a augmenté son rendement. Alors qu’autrefois elle ne pouvait récolter que 20 kilogrammes de maïs, elle en récolte aujourd’hui au moins 100 kilogrammes. Et ses revenus ont augmenté en conséquence.

Et cette année scolaire, elle renvoie ses enfants à l’école avec un nouveau sentiment de fierté. Pourquoi? Parce qu’elle est en mesure de fournir leur matériel scolaire et de payer elle-même leurs frais de scolarité.

« Notre mode de vie a changé pour le mieux », se réjouit Marie Rosine. « L’assurance maladie est plus accessible aujourd’hui qu’avant. Ma récolte a augmenté grâce aux techniques push-pull. Le matériel scolaire pour mes enfants s’achète facilement. Leur nutrition s’est améliorée grâce à une alimentation équilibrée.

C’est le genre de transformation spectaculaire que les parrains d’enfants FH rendent possible, élevant les enfants vulnérables tout en élevant leurs familles et leurs communautés.

Continuer la lecture

Les mères permettent aux filles de rester à l’école

Les outils agricoles et la formation aident les familles à trouver de nouvelles sources de revenus

Cultiver l’espoir à partir de graines de légumes

*

★★★★★