Une main-d’œuvre en baisse au Burkina Faso

Une main-d'œuvre en baisse au Burkina Faso

La diminution de la main-d’œuvre au Burkina Faso a des implications considérables pour l’état économique et social du pays. L’instabilité politique et les ressources naturelles limitées ont exacerbé la mauvaise situation financière du pays. Suite à un coup d’État en janvier 2022, le Burkina Faso s’est à nouveau retrouvé dans le chaos politique. Bien que le pays dispose de nombreux organes de transition qui cherchent à faciliter la transition, l’instabilité et les conditions économiques difficiles rendent les progrès lents et difficiles. La diminution de la main-d’œuvre au Burkina Faso rend les progrès difficiles, tandis que le progrès économique et social lui-même rend difficile la lutte contre le taux de chômage élevé.

Le principal problème est la tendance à la baisse de l’emploi. Le taux de participation à la population active est en baisse constante depuis les années 1990, ce qui signifie que les progrès des trois dernières décennies ont été perdus. Le progrès technologique en particulier a été lent et coûteux et le pays est en retard sur ses concurrents africains et mondiaux.

La main-d’œuvre

Principalement, la main-d’œuvre du pays a du mal à suivre le rythme de sa population croissante. Les estimations actuelles montrent que la population augmente à un taux de plus de 3 %, mais que plus de 40 % de la population vit dans la pauvreté. Sept personnes sur dix ont moins de 30 ans, mais la population en âge de travailler est faible et sous-développée. En 2005, environ 89,1 % de la population en âge de travailler avaient un emploi. Cependant, en 2018, la Banque mondiale a signalé que seulement près de 45 % de la population en âge de travailler au Burkina Faso participait à la population active en 2018. Certes, le problème n’est pas aussi simple qu’il y paraît.

Le pays est confronté à des problèmes car la main-d’œuvre sous-développée et les infrastructures ont du mal à faire face à la croissance démographique. Des secteurs tels que les soins de santé ont fait les frais du manque de ressources. Les dépenses publiques de santé au Burkina Faso ont quasiment disparu. Même avant le manque d’investissement dans les soins de santé, il n’y avait pas assez de travailleurs de la santé pour soutenir le système et répondre aux besoins de la population. Les enfants et les nourrissons ont connu des difficultés importantes à cause de cela.

Les enfants ont souffert différemment. Le ministère du Travail a indiqué que près de la moitié de tous les enfants au Burkina Faso travaillaient en 2012. Bien que le chômage soit élevé, le travail des enfants est bon marché et exploitable, de sorte que les enfants représentent une part importante de la main-d’œuvre du pays. Les militants ont la lourde tâche de réorienter une main-d’œuvre en diminution au Burkina Faso afin que moins d’enfants et plus d’adultes entrent sur le marché du travail.

Rebond économique

Un signe positif est que le rebond économique post-COVID-19 du Burkina Faso a été réussi. Le pays a connu une croissance estimée à 8,5 % en 2021. Bien que le coup d’État de 2022 ait amené certains à remettre en question la stabilité financière et les perspectives du pays, un taux de croissance élevé, à 6,5 % en 2021, montre que le Burkina Faso est résilient. Beaucoup pensent qu’un investissement dans l’extraction de l’or et les infrastructures connexes est la voie à suivre pour le Burkina Faso. L’or est la principale exportation du Burkina Faso vers les États-Unis. Certains pensent que l’or sera lucratif à l’avenir et pourra soutenir une main-d’œuvre croissante. Cependant, la dépendance à l’or sera difficile, car ceux du Burkina Faso devront être rigoureux et prudents quant aux exigences de main-d’œuvre et aux réalisations dont il aura besoin pour renforcer sa main-d’œuvre.

Regarder vers l’avant

Le pays est éligible à ce que l’on appelle des «avantages commerciaux préférentiels» en vertu de la loi sur la croissance et les opportunités en Afrique, ce qui signifie que les partenaires mondiaux reconnaissent la nécessité d’investir dans le pays et de lui donner la priorité. A terme, une croissance forte et positive est possible sur la tendance actuelle du Burkina Faso. Les progrès devront être prudents et prudents, mais beaucoup espèrent qu’une main-d’œuvre plus forte et donc un pays plus fort est possible.

Lara Drinan
Photo : Wikipédia Commons

*

★★★★★