Un sac à dos combat l’exploitation forestière illégale au Pérou

Exploitation forestière illégale au PérouDe nombreuses communautés nomades vivent dans la forêt amazonienne du Pérou et plus de la moitié des tribus non contactées du monde résident dans la même forêt animée près de la frontière entre le Pérou et le Brésil. Cependant, l’exploitation forestière illégale au Pérou constitue une menace dévastatrice pour la survie des tribus. Non seulement les entrepreneurs exposent les membres de ces tribus à des maladies mortelles, mais ils sapent délibérément la valeur réelle des arbres pour créer des escroqueries illégales. L’éducation des communautés indigènes est devenue le moyen de dissuasion le plus efficace contre l’exploitation forestière illégale, et des outils innovants tels que le « Forest Backpack » péruvien enseignent activement aux dirigeants locaux comment détecter et éviter les escroqueries.

L’exploitation forestière illégale et ses effets sur les communautés amazoniennes

Dans la forêt amazonienne, la principale cause de dégradation des forêts et des villages est l’exploitation forestière illégale. La prévalence de l’exploitation forestière illégale a de lourdes conséquences sur les communautés amazoniennes, car elle peut détruire de nombreuses maisons dans le processus.

En 2012, la Banque mondiale a signalé que près de 80 % des exportations de bois du Pérou étaient le résultat de pratiques d’exploitation forestière illégales, dans lesquelles les bûcherons falsifient des documents pour paraître professionnels.

Alors que l’exploitation forestière illégale se poursuit au Pérou, elle met en danger les habitations et les moyens de subsistance des peuples autochtones péruviens. Étant donné que de nombreuses communautés vendent leur bois à des prix qui ne sont pas équitables, la communauté perd des opportunités de croissance et d’amélioration des conditions de vie.

Avec un taux de pauvreté déjà élevé de 70% parmi les communautés autochtones péruviennes, les bûcherons illégaux nuisent à leur prospérité potentielle. D’innombrables villages sont contraints de fuir vers les villes par peur des bûcherons illégaux, ce qui les expose à une maladie à laquelle ils n’ont jamais été exposés auparavant et efface les traces de leur vie tribale antérieure, selon Reuters.

Reconnaissance gouvernementale

Les communautés péruviennes victimes de l’exploitation forestière illégale rencontrent de nombreuses difficultés avec la reconnaissance du gouvernement. Étant donné que bon nombre de ces communautés n’apparaissent pas sur les cartes, manquent de reconnaissance officielle et doivent plutôt s’appuyer sur les fédérations qui les représentent. Sans l’affirmation du gouvernement, les localités n’ont pas de protection juridique.

La violence suit souvent la déforestation, mettant les communautés en danger direct et ayant des ramifications désastreuses. Edwin Chota était le chef de l’Alto Tamaya-Saweto dans la région d’Ucayali en Amazonie. Des bûcherons illégaux l’ont tué après une longue campagne avec sa communauté pour obtenir les titres de propriété de leurs propres terres, rapporte The Guardian. Les villageois se sont lancés dans un voyage fluvial de six jours pour signaler l’atrocité, soulignant la lutte que les habitants traversent pour avoir accès aux forces de l’ordre.

Le sac à dos de la forêt

En 2015, OSINFOR, l’agence péruvienne qui supervise les précieuses ressources de l’Amazonie, a commencé à développer des solutions innovantes pour empêcher la poursuite de l’exploitation des communautés indigènes. L’OSINFOR a reçu l’aide de l’USAID et du US Forest Service dans la formation des membres de la communauté, tous utilisant un outil simple et sans prétention : un sac à dos.

Dans le sac à dos de la forêt se trouvent des trousses d’outils et des images laminées qui peuvent être utilisées pour instruire les autres ainsi que pour mesurer la valeur d’un arbre donné. Depuis 2019, OSINFOR distribue ces sacs à dos aux communautés indigènes où l’exploitation forestière illégale frappe le plus durement.

Les communautés autochtones sont particulièrement vulnérables à la tromperie des négociants en bois pour de multiples raisons, telles que les barrières linguistiques et le manque d’outils pédagogiques. OSINFOR se concentre sur le fait de parler aux communautés dans leur propre langue et d’enseigner aux dirigeants comment utiliser les outils indispensables du sac à dos, selon Medium.

Pour compléter la vente équitable d’arbres, ces Péruviens récoltent également des graines pour planter la prochaine génération d’arbres afin de devenir plus durables. L’accessibilité croissante des outils d’évaluation forestière et la coopération de l’OSINFOR et de l’USAID avec les communautés autochtones mal desservies élimineront l’exploitation forestière illégale au Pérou et amélioreront la qualité de vie.

Selon les mots d’Isideo Ruiz Apu, le chef de la communauté Huitoto de Pacuarquillo, « La forêt est notre marché, notre hôpital, notre banque ; à travers la forêt, nous soutenons nos ménages et obtenons ce dont nous avons besoin », rapporte Medium.

– Caroline Zientek
Photo : Flickr

*

★★★★★