Un regard plus attentif sur le VIH/SIDA au Kenya

VIH/SIDA au Kenya
Le 14 juillet 2021, à Nairobi, au Kenya, le Conseil national de lutte contre le sida (NACC) a tenu sa sixième conférence Maisha sur le VIH/sida, réunissant les parties prenantes pour poursuivre la lutte contre le VIH/sida au Kenya et trouver des solutions efficaces. Le NACC est le principal « organe responsable de la coordination de la riposte au VIH au Kenya ». L’organisation de la conférence Maisha sur le VIH/SIDA suit les objectifs du NACC pour mobiliser des ressources, s’engager et collaborer avec d’autres organisations se concentrant sur la lutte contre le VIH/SIDA. Depuis sa création en 1999, le travail préparatoire, l’analyse et les efforts de mise en œuvre du NACC, financés par le gouvernement, ont affirmé le droit à la santé. Avec une moyenne de 100 000 nouveaux cas de VIH/sida au Kenya chaque année, selon les données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de 2014, les recherches du NACC, les initiatives communautaires et les efforts de déstigmatisation constituent un élément essentiel de la réponse de première ligne à la lutte contre le VIH/sida. LE SIDA.

VIH/SIDA au Kenya

Selon Avert, en 2019, le Kenya a signalé « 1,5 million de personnes vivant avec le VIH » et 21 000 décès dus au sida. Bien que ce taux de mortalité soit élevé, « le taux de mortalité a diminué régulièrement par rapport à 64 000 en 2010 ». Les jeunes représentent un nombre important d’infections — en 2015, les jeunes âgés de 15 à 24 ans représentaient plus de 50 % « de toutes les nouvelles infections à VIH au Kenya ».

Depuis la montée du VIH/SIDA dans les années 1990, de nombreux pays subsahariens luttent encore pour contrôler la propagation du virus. Cependant, aujourd’hui, le Kenya se présente comme « l’une des réussites en matière de prévention du VIH en Afrique subsaharienne ». En 2019, les nouvelles infections à VIH annuelles représentaient « moins d’un tiers de ce qu’elles étaient au pic de l’épidémie du pays en 1993 ».

Les efforts du NACC et de plusieurs organisations locales et internationales sont à l’origine de ces succès. En 2013, le NACC a lancé la feuille de route de la révolution de la prévention pour mettre fin aux nouvelles infections à VIH d’ici 2030, une stratégie de lutte contre le VIH/SIDA au Kenya.

Le gouvernement kenyan distribue chaque année des préservatifs comme méthode de prévention du VIH. En 2013, le gouvernement a distribué « 180 millions de préservatifs gratuits ». En outre, le gouvernement exige l’inclusion de l’éducation au VIH dans les programmes scolaires pour s’assurer que les citoyens sont bien informés sur l’épidémie de VIH et des directives spécifiques pour la prévention et le traitement. Le Kenya utilise également des événements et les médias pour sensibiliser au VIH/SIDA, ce qui a fait ses preuves. Un mobilisateur communautaire particulier du Lodwar Vocational Training Centre (LVTC) au Kenya distribue 5 000 préservatifs par jour aux communautés tout en diffusant des informations sur l’épidémie actuelle de VIH/SIDA au Kenya et les processus de dépistage.

L’outil de rapport Maisha

Les ministères du gouvernement du Kenya, les comtés, les départements et les agences (MDA) utilisent l’outil de rapport Maisha du NACC pour surveiller le VIH/SIDA au Kenya. Cela permet aux MDA de devenir des unités efficaces de lutte contre le SIDA. Les décideurs politiques informent leur intervention en utilisant des données localisées extraites de l’outil. L’outil Maisha Reporting vise à terme à encourager l’engagement actif des MDA « dans l’élaboration et la mise en œuvre de politiques visant à lutter contre la prévention et la gestion du VIH et du sida au Kenya ».

La participation des MDA au système de certification implique la documentation et le suivi de leurs efforts pour réduire les nouveaux cas de VIH/SIDA au Kenya. Ces engagements enregistrés de la part des MDA comprennent des efforts de conseil et de dépistage, la distribution de préservatifs et des enquêtes de référence pour aider à contrôler la propagation de la maladie.

Les MDA s’efforcent de gérer le VIH/SIDA au Kenya, et avec l’aide du NACC et du financement du gouvernement, les MDA modifient le récit de la mise en œuvre. Grâce à une sensibilisation ciblée, des conférences, des programmes et des activités de plaidoyer, le Kenya est en mesure de faire des progrès dans la lutte contre le VIH/SIDA. L’outil de rapport Maisha du NACC vise à doter toutes les agences gouvernementales d’une plate-forme qui facilite la compréhension et encourage l’action afin d’établir un jour un Kenya sans VIH.

– Joy Maina
Photo : Flickr

*

★★★★★