Un regard plus attentif sur le paludisme au Nigeria

Paludisme au NigériaLe Nigeria a la plus grande population d’Afrique avec plus de 200 millions d’habitants. Environ 40 % des Nigérians survivent avec moins de 2 dollars par jour. Le taux de pauvreté dans le pays a entraîné une augmentation des conditions de vie insalubres. Un niveau de vie médiocre contribue aux épidémies de maladies. Le paludisme au Nigéria est endémique et constitue une maladie potentiellement mortelle. Les piqûres d’un moustique infecté transmettent le paludisme à un hôte vivant. Le paludisme est l’une des principales charges de morbidité avec des taux de mortalité élevés dans le pays. À l’échelle mondiale, 627 000 décès liés au paludisme ont été signalés sur 241 millions de cas de paludisme en 2020. Les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans risquent de contracter la maladie. Plusieurs facteurs contribuent à la prévalence du paludisme au Nigéria.

Conditions météorologiques

Le Nigeria connaît un climat tropical avec des conditions météorologiques pluvieuses et sèches. En fait, « des rapports estiment que le changement climatique était responsable de 6 % des cas de paludisme dans certains pays à revenu faible ou intermédiaire en 2000 ». Les conditions météorologiques influencent le taux de reproduction et la durée de vie des insectes vecteurs qui transmettent des maladies. Il existe une association établie entre les conditions météorologiques et l’incidence du paludisme au Nigeria. Le pays connaît des niveaux élevés de précipitations entre juin et septembre chaque année et une augmentation de la transmission du paludisme est signalée pendant ces mois humides. Le paludisme est particulièrement répandu dans la région rurale du nord du pays.

Conditions de vie surpeuplées

Les déficits de logements au Nigéria conduisent à des conditions de vie surpeuplées. Le Nigeria a enregistré 22 millions de pénuries de logements en 2018. Le vecteur qui transmet le paludisme se propage à partir d’un hôte infecté par une piqûre de moustique. Les espaces surpeuplés servent de conduit aux épidémies et peuvent augmenter le risque de paludisme car les concentrations plus élevées de dioxyde de carbone et d’autres produits chimiques dans les maisons surpeuplées attirent les moustiques. De plus, des rapports suggèrent que les habitations mal ventilées permettent aux moustiques d’entrer plus facilement que les habitations bien construites avec des fenêtres grillagées, augmentant ainsi la transmission des maladies.

Mauvaises conditions sanitaires

Les conditions de vie insalubres servent de sites de reproduction pour les moustiques porteurs du paludisme. Environ 60 millions de Nigérians en 2021 n’avaient pas accès à de l’eau potable et à des installations sanitaires sûres. Le manque d’accès aux commodités de base entrave le respect des mesures de santé publique concernant le lavage des mains et l’élimination des déchets. Les mauvaises conditions sanitaires continuent d’entraver les efforts d’élimination de la maladie à travers le Nigeria.

Accès à des soins de santé de qualité

Le paludisme est une maladie transmise par les moustiques qui continue de représenter une crise de santé publique importante au Nigéria. Il représente respectivement 30 % de la mortalité infantile et 11 % des cas de mortalité. Le Nigeria a enregistré 31,9 % des décès dus au paludisme dans le monde en 2020, se classant comme le pays le plus touché par le paludisme en Afrique. La prévention est essentielle pour contrôler et éliminer le paludisme. Cependant, environ 83 millions de Nigérians n’ont pas accès aux services de santé, ce qui entraîne des taux de morbidité élevés pour ceux qui ont de moins bons résultats en matière de santé.

Traitement du paludisme

Les efforts concertés des parties prenantes pour éradiquer le paludisme au Nigeria ont été confrontés à des défis de taille dus en partie aux attaques des insurgés contre les agents de santé. Cependant, le Nigéria progresse dans la prévention de nouvelles infections grâce à l’utilisation de moustiquaires imprégnées d’insecticide et à la pulvérisation intradomiciliaire à effet rémanent, en accordant une attention particulière aux groupes vulnérables tels que les femmes enceintes et les enfants.

Une collaboration entre des partenaires mondiaux et le gouvernement nigérian pour atténuer les effets du paludisme explique les progrès du pays en matière de lutte contre le paludisme. Les initiatives du Fonds mondial, Malaria Consortium, USAID, GAVI et Roll-Back Malaria ont réussi à améliorer les résultats sanitaires mondiaux en réduisant de 60 % les décès dus au paludisme et en sauvant 7,6 millions de vies. On estime que 100 millions de moustiquaires imprégnées d’insecticide ont été distribuées entre 2017 et 2020 pour lutter contre le paludisme au Nigeria. De manière impressionnante, la prévalence du paludisme est tombée à 23 % en 2018, contre 42 % en 2010.

En 2021, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a approuvé un vaccin dans le cadre d’un effort visant à éradiquer le paludisme. Les vaccins Mosquirix sont utiles dans le cadre des stratégies de prévention du paludisme, mais le financement de la communauté mondiale de la santé est nécessaire pour un déploiement plus large. L’accès aux vaccins Mosquirix sera efficace dans la lutte contre la propagation du paludisme au Nigeria et dans le monde.

Le gouvernement nigérian a lancé le Fonds d’éradication du paludisme pour renforcer le système de santé publique du pays en réponse au défi de la maladie en 2021. Les attentes déterminent que ces ressources contribueront aux efforts visant à éliminer la maladie dans le pays afin que le Nigeria puisse être certifié sans paludisme par l’OMS en 2030.

– Sylvia Eimieho
Photo : Flickr

*

★★★★★