Un regard plus attentif sur la santé mentale aux Philippines

Santé mentale aux Philippines
La santé mentale joue un rôle important dans le bien-être émotionnel et physique d’une personne. Cependant, historiquement, le gouvernement des Philippines a accordé peu d’attention à la santé mentale aux Philippines. Brisant cette tendance, les Philippines ont adopté la loi sur la santé mentale en 2018.

Bref historique de la politique de santé mentale des Philippines

En 2001, les Philippines ont mis en place leur « première politique de santé mentale ». Après une révision en 2016, les Philippines sont parvenues à une promulgation nationale de la dernière tranche de la loi sur la santé mentale en 2018.

La loi sur la santé mentale désigne les services de santé mentale comme un droit fondamental pour tous les citoyens philippins. La loi affirme que « les services de santé mentale doivent être libres de toute contrainte et responsables devant les utilisateurs des services » et légifère « l’éventail complet des droits de l’homme » pour les personnes souffrant de maladies mentales. Cela inclut le droit de « participer pleinement à la société et au travail, à l’abri de la stigmatisation et de la discrimination ». La loi sur la santé mentale représente une étape importante en psychiatrie pour la nation de l’archipel. Cependant, COVID-19 a apporté un assaut de nouveaux défis en termes de santé mentale aux Philippines.

COVID-19 et les effets sur la santé mentale

Pendant la pandémie, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a reconnu l’impact de la pandémie de COVID-19 sur la santé mentale. Pour certains, le stress, la peur et l’adversité entraînent un risque accru de problèmes de santé mentale. De plus, les quarantaines et les restrictions de confinement peuvent accroître les sentiments d’isolement et de solitude, contribuant ainsi à un mauvais bien-être mental. En raison de divers obstacles, les membres plus âgés de la société, en particulier, peuvent trouver difficile de rester connectés pendant la pandémie.

De plus, la pandémie de COVID-19 a soulevé des inquiétudes quant à la santé mentale de la génération d’enfants qui grandissent pendant cette période. Dans le monde entier, la pandémie a mis au premier plan la nécessité d’améliorer l’accès à la santé mentale.

Aux Philippines, une enquête réalisée en 2020 par le ministère de la Santé indique qu’environ 3,6 millions de Philippins se sont retrouvés aux prises avec des troubles mentaux pendant la pandémie. Depuis lors, le gouvernement philippin et des organisations privées ont mis en place divers programmes pour aider les citoyens à naviguer dans leur santé mentale.

Programmes de santé mentale pendant la COVID-19

L’Association philippine pour la santé mentale (PMHA) est une « organisation privée, sans actions et à but non lucratif » qui vise à « sensibiliser, fournir des services et mener des recherches » sur la santé mentale aux Philippines. Pendant la pandémie de COVID-19, le groupe a continuellement offert des services de santé mentale dans le cadre de son projet, le soutien psychosocial en ligne de l’Association philippine pour la santé mentale (Assurer le bien-être au milieu de la COVID-19). Le projet propose des séances de conseil en ligne gratuites aux Philippins souffrant de problèmes de santé mentale pendant la pandémie.

Offrant également des services de télésanté mentale, le Centre de services psychologiques Ateneo Bulatao fournit des premiers soins psychologiques (PFA), une psychothérapie et des conseils. Le 26 novembre 2021, le Centre a annoncé sur une publication Facebook qu’il offrirait de brefs services de conseil gratuits aux adultes philippins âgés de 18 ans et plus. Au cours de ces séances, les individus « peuvent parler avec des intervenants qui écouteront » et « fourniront un espace psychologique sûr ». Ces séances visent à aider à renforcer les mécanismes d’adaptation et à inculquer de meilleures compétences de contrôle émotionnel.

Au cours du même mois, l’OMS, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) ont lancé le projet BRAVE (Building COVID-safe Responses and Voices for Equity) aux Philippines, « un projet conjoint de deux ans [program].” Le projet BRAVE vise à « aider les femmes, les enfants et les adolescents vulnérables avec des services de santé mentale et psychosociaux et une protection contre la violence sexiste pendant la pandémie de COVID-19 ».

Ligne d’assistance téléphonique en cas de crise

Pour ceux qui ont besoin de services de santé mentale immédiats, conformément au mandat de la loi sur la santé mentale de créer une ligne d’assistance téléphonique 24 heures sur 24 pour la santé mentale en tant que stratégie de prévention du suicide, le DOH aux Philippines a créé le Centre national de santé mentale (NCMH) CRISIS HOTLINE en mai 2019. Cela s’est avéré être une ressource cruciale pour la santé mentale pendant la COVID-19. Le NCMH CRISIS HOTLINE note une augmentation des appels mensuels à la hotline concernant la dépression « de 80 appels avant le verrouillage à près de 400 ». Au cours des six premiers mois de 2021, la hotline a noté « 3 329 appels liés au suicide » contre 1 282 de ces appels en 2020. Avec une moyenne de 32 à 37 appels quotidiens de mars à octobre 2020, les services de la hotline se présentent comme un impératif. ressource en santé mentale dans le pays.

Regarder vers l’avenir

Alors que la pandémie fait rage, le gouvernement des Philippines et diverses organisations fournissent un assortiment de ressources librement accessibles au public pour améliorer leur santé mentale. Avec de tels engagements, les Philippins peuvent accéder aux ressources en santé mentale dont ils ont besoin.

–Gaby Mendoza
Photo : Flickr

*

★★★★★