Un nouveau vaccin contre le paludisme pourrait être la solution à la crise du paludisme en Afrique

Nouveau vaccin contre le paludisme
Alors que l’été tire à sa fin, il en va de même pour la haute saison des infections paludéennes dans le pays d’Afrique de l’Ouest qu’est le Burkina Faso. On estime que jusqu’à 60% des cas de paludisme dans le pays surviennent entre juillet et novembre, selon le Malaria Consortium. Le rapport 2021 sur le paludisme de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) note qu’environ 3 % des décès dus au paludisme dans le monde en 2020 ont eu lieu au seul Burkina Faso. Un nouveau vaccin contre le paludisme pourrait être la première étape dans la lutte contre une maladie qui sévit sur le continent africain depuis des décennies.

Le fardeau du paludisme pèse lourdement sur la population du pays, en particulier dans la région de Nanoro, où les chercheurs ont choisi de tester un nouveau vaccin en 2020. Les résultats étaient prometteurs – et maintenant, deux ans plus tard, ils le sont toujours. Un nouvel article du Lancet Infectious Diseases suggère que, en combinaison avec une dose de rappel administrée un an après les trois doses initiales, le vaccin est resté très efficace dans la lutte contre le paludisme chez les enfants.

Paludisme en Afrique

Le Burkina Faso n’est pas le seul pays africain où cette maladie tourmente. En fait, le rapport 2021 de l’OMS sur le paludisme indique que 95 % des cas de paludisme en 2020 sont survenus en Afrique, le Nigeria, la République démocratique du Congo (RDC) et l’Ouganda subissant les pires impacts. C’est principalement parce que le parasite responsable de la forme de paludisme la plus mortelle, Plasmodium falciparum, est originaire de nombreux pays africains.

Les effets du paludisme endémique sur un pays peuvent être à la fois profonds et dévastateurs. Un rapport de la Against Malaria Foundation indique que le paludisme n’est pas seulement un énorme tueur d’enfants en raison de la fragilité de leur système immunitaire. Cependant, cela cause également des problèmes de santé à long terme, car la gravité de la maladie les empêche de participer à des activités sociales et éducatives qui favorisent un développement sain. Le rapport souligne également la pression que subissent les infrastructures de santé africaines pour tenter de traiter le paludisme, qui représente entre 20 % et 50 % des hospitalisations sur le continent.

Mis à part les problèmes de santé, la crise du paludisme a joué un rôle déterminant dans la stagnation et même le recul du développement économique en Afrique pendant des années. L’OMS estime que la croissance du PIB par an des pays ayant un nombre élevé de cas de paludisme n’était que d’environ 0,4 % sur la période entre 1965 et 1990, soit 1,9 % de moins que d’autres pays où le paludisme n’est pas une telle préoccupation.

Le nouveau vaccin

Les scientifiques travaillent depuis des années sur un vaccin pour lutter contre le paludisme, mais dire que cette entreprise est une bataille difficile est un euphémisme. Le parasite existe en trois étapes une fois qu’il est à l’intérieur du corps humain, ce qui le rend difficile à cibler ; un vaccin peut agir contre le parasite à un moment mais pas au suivant.

Le meilleur candidat jusqu’à récemment était le RTS,S, mais l’efficacité de ce vaccin diminue considérablement après la première année.

Bien qu’il s’agisse d’un candidat acceptable, pour l’instant, la recherche d’autres options est nécessaire et continue. Le vaccin R21 produit par l’Université d’Oxford est le plus prometteur à ce jour. L’OMS a fixé un objectif d’efficacité de 75 % pour un éventuel vaccin antipaludique – les premiers résultats, publiés dans le Lancet en 2021, ont révélé que l’efficacité du vaccin R21 était comprise entre 74 % et 77 % après six mois, atteignant l’objectif de l’OMS. Couplé aux trois doses initiales, un rappel après un an s’est avéré restaurer l’efficacité du vaccin à son niveau d’origine. Le 7 septembre 2022, un article de suivi a révélé que le vaccin R21 restait sûr et efficace un an après la dose de rappel, ce qui en fait le vaccin contre le paludisme le plus efficace à ce jour.

Non seulement le R21 est très efficace, mais il ne semble pas non plus causer d’effets secondaires plus graves qu’une fièvre. Il devrait également être moins cher que son prédécesseur, RTS, S – Adrian Hill, expert en vaccins d’Oxford, s’adressant à Chemical Engineering News, a suggéré que le R21 pourrait être vendu à moins de 5 dollars par dose.

Regarder vers l’avant

Le vaccin R21 pourrait avoir un bel avenir, mais il nécessite des tests supplémentaires, et cela ne peut se produire qu’avec un financement. L’OMS ne l’a pas encore approuvé pour une utilisation plus large, mais les chercheurs espèrent qu’avec d’autres essais à plus grande échelle, il pourrait être approuvé dès l’année prochaine.

Selon le projet Giving What We Can, le paludisme pèse lourdement sur les ressources gouvernementales, les infrastructures de santé et la productivité du travail. Il tue également des centaines de milliers de personnes chaque année. Investir dans des solutions, en particulier pour la recherche de vaccins potentiels, pourrait être la solution à cette crise actuelle à laquelle l’Afrique est confrontée depuis des décennies.

–Abbi Powell
Photo : Flickr

*

★★★★★