Catégories
Solidarité et entraide

Un mirage des droits des femmes au Kosovo

Droits des femmes au Kosovo
Depuis son indépendance, le Kosovo s’est efforcé de faire progresser l’égalité des sexes. Ses lois écrites et sa Constitution déclarent que les femmes sont égales aux hommes et on peut voir une telle égalité aux plus hauts niveaux avec la récente promotion d’une femme comme présidente par intérim et les multiples femmes occupant des postes de haut niveau au sein du cabinet, y compris vice-Premier ministre. La loi du Kosovo oblige toutes les institutions publiques à assurer une représentation égale des sexes, y compris aux postes de direction. Vu de l’extérieur, les lois en vigueur et le fait que les femmes occupent des postes de direction au sein du gouvernement semblent mettre en valeur la promotion des droits des femmes au Kosovo. Cependant, le pays a besoin de plus de travail pour assurer la pleine égalité entre les hommes et les femmes.

La réalité

Malgré ce qui semble être des progrès remarquables vers l’égalité des sexes et le renforcement des droits des femmes au Kosovo, la réalité est que les femmes sont confrontées à des luttes insurmontables par rapport à leurs homologues masculins dans la vie quotidienne. Les femmes sont victimes de discrimination en ce qui concerne l’accès à la propriété et aux ressources sociales, ainsi que des problèmes de sécurité personnelle et d’égalité culturelle. Ce que beaucoup voient de l’extérieur n’est pas représentatif de la société patriarcale traditionnelle qui existe au Kosovo, dans laquelle les hommes ont un accès primaire aux ressources économiques et sociales. Il semble que même la loi ne puisse déraciner les traditions culturelles, qui continuent de dominer les perceptions des gens des droits et des rôles des femmes dans la société.

Droits de propriété

La situation des droits de propriété illustre le mirage de l’égalité des sexes et les traditions culturelles profondément enracinées qui limitent les droits des femmes au Kosovo. Malgré la loi sur l’héritage, qui accorde des droits d’héritage égaux aux hommes et aux femmes, les femmes ne possèdent que 17% des biens au Kosovo; bien en deçà des autres États des Balkans. Une grande partie de la raison de cette racine dans le pouvoir des normes et des rôles sociétaux traditionnels qui proviennent du code d’éthique albanais, le Kanun. Cet ancien code subvertit les femmes à une citoyenneté de seconde zone. Cela suggère qu’une femme doit emménager dans la maison ancestrale de son mari. Pendant ce temps, il dicte que si son mari décède, les droits de propriété reviennent à son frère ou à un cousin.

Qu’est-ce que cela signifie pour la pauvreté? L’idée que les femmes ne peuvent pas posséder de propriété peut se répandre dans d’autres domaines qui dictent les droits des femmes au Kosovo et l’accès des femmes aux opportunités et aux ressources. Les normes perpétuent le stéréotype des rôles sexués, les rôles féminins étant associés en tant que domestiques et les hommes en tant que soutiens de famille. De tels stéréotypes réduisent la capacité des femmes à être un membre égal de la famille et de la société sur le plan économique. Il en résulte également une dépendance significative vis-à-vis des membres masculins de la famille ainsi que du gouvernement pour que les femmes survivent financièrement.

Même là où les femmes veulent poursuivre leurs rêves et briser le plafond de verre, les droits de propriété perturbent leur progrès. Sans propriété, les femmes ne peuvent pas accéder aux prêts, et sans prêts, beaucoup de femmes n’ont aucun moyen de devenir entrepreneurs ou de se former à de nouvelles professions. Cela est évident dans le secteur des entreprises où les femmes ne possèdent que 6% des entreprises. De toute évidence, les normes culturelles sont importantes et limitent considérablement les chances des femmes de progresser sur le plan économique et social.

Avoir hâte de

Malgré des normes culturelles et sociales profondément ancrées, les droits des femmes au Kosovo s’améliorent. En janvier 2014, ONU Femmes au Kosovo a financé la production d’un rapport sur les droits de propriété et les structures juridiques qui les régissent. D’autres organisations et ONG de défense des droits de l’homme ont emboîté le pas et entrepris et soutenu des campagnes visant à rechercher, à sensibiliser et à faire pression sur le gouvernement national pour qu’il fasse respecter l’égalité des droits de propriété.

Outre le plaidoyer et la pression du gouvernement pour agir pour mieux mettre en œuvre les politiques de protection des droits des femmes en matière de propriété, l’Agence du cadastre du Kosovo (KCA), que la Banque mondiale a co-créée avec l’Agence pour l’égalité des sexes, a créé un programme d’enregistrement de la copropriété. des biens matrimoniaux entre époux. De tels programmes aident les femmes à acquérir les droits qu’elles méritent et que la Constitution du Kosovo leur confère. La création de nouveaux programmes et les pressions exercées sur le gouvernement kosovar visent à garantir l’égalité d’accès aux droits de propriété et, par conséquent, l’égalité d’accès aux ressources financières et sociales et aux opportunités pour permettre aux femmes de s’épanouir.

– Elizabeth Alexander
Photo: Flickr

*