Un aperçu de la migration vers l’Italie depuis l’Afrique du Nord

Migration vers l'Italie depuis l'Afrique du Nord
Le scénario migratoire en Italie a considérablement évolué ces dernières années. Les demandes de permis de séjour pour motif familial ou de protection ont drastiquement augmenté et la géographie d’origine est modifiée. Les débarquements en mer depuis les côtes nord-africaines constituent aujourd’hui la principale masse migratoire vers l’Italie, un phénomène qui a atteint des proportions critiques au fil du temps. Voici quelques informations sur la migration vers l’Italie depuis l’Afrique du Nord.

Un instantané des flux migratoires de la dernière décennie

Au cours de la dernière décennie, le flux des débarquements côtiers italiens en provenance d’Afrique a souvent atteint des seuils critiques. Le début du printemps arabe et la révolution en Tunisie ont amené environ 60 000 personnes et immigrés en Italie en 2010.

La conclusion de la révolution en Tunisie en janvier 2011 s’est terminée par l’élection intérimaire du président Mohamed Ghannouchi. Cela a conduit à une brève période de stagnation des débarquements en Italie. Une nouvelle flambée de conflit en provenance de Libye a entraîné un nouveau pic des flux migratoires deux ans plus tard.

Depuis 2014, ces débarquements ont atteint des seuils dramatiques. Entre janvier 2015 et janvier 2018, l’Institut italien d’études politiques internationales estime que le seuil de 180 000 débarquements par an a été atteint. Ces chiffres étaient ingérables pour les équipes de secours des garde-côtes en cas de naufrage et pour la capacité des centres d’accueil italiens.

La situation critique de février 2017 a conduit le ministère italien des affaires étrangères à signer un accord avec le gouvernement libyen. L’accord de trois ans exigeait que le gouvernement italien fournisse une aide économique et un soutien technique aux autorités libyennes et aux garde-côtes pour réduire le trafic de migrants à travers la mer Méditerranée tandis que la Libye améliore les conditions de ses centres d’accueil de migrants. Après deux ans, le nombre de débarquements sur les côtes italiennes est passé de 200 000 en 2017 à 15 000 en 2019.

La pandémie de COVID-19 a entraîné diverses conséquences qui ont eu de lourdes répercussions sur la mobilité internationale. Contrairement au tourisme, les effets de la pandémie sur les débarquements en Italie et en Espagne ont été opposés. En 2021, il y a eu 67 000 débarquements en Italie.

Réponse politique à la crise en Europe

De nombreux éléments clés gravitent autour du débarquement des migrants en Italie. L’Italie ne supporte pas toutes les dépenses de la crise migratoire allant des missions de sauvetage à la logistique et à l’accueil des immigrés visant à garantir les moyens de subsistance et les soins de santé.

La commission européenne a alloué le « Fonds Asile, Migration et Intégration 2014-2020 » à la gestion intégrée du phénomène des flux migratoires en matière d’asile, d’intégration et de rapatriement.

La situation dans les centres d’accueil est stable car le nombre de débarquements aujourd’hui n’est pas si critique. Il est naturel de considérer que l’Italie sera en mesure de résister à la pression à l’avenir si les chiffres de 2017 sont atteints, car le nombre de migrants hébergés dans les centres de détention officiels libyens a augmenté en 2021.

L’Europe n’a pas élaboré de plan concret de redistribution des immigrés sur le sol européen qui intègre et prolonge les accords de Malte en la matière, stipulés entre l’Italie, la France et l’Allemagne. Pour cette raison, seulement 2% des 53 000 personnes qui ont débarqué de 2019 à mi-2021 se sont déplacées vers d’autres pays européens.

La réponse à la crise politique en Italie

Du côté italien, l’une des raisons pour lesquelles le taux d’immigration irrégulière en Afrique est le fait que les voies d’entrée régulières en Italie pour les citoyens non européens au cours de la dernière décennie se sont progressivement réduites. Le raisonnement vient de l’effet de la crise de 2008 et d’une mesure politique dictée plus par l’aversion nationaliste à l’augmentation des débarquements ces dernières années que par l’objectivité des chiffres.

Cette fermeture générale s’est également reproduite dans l’acceptation des demandes d’asile internationales par l’Italie. Le changement de la législation italienne a fait que le nombre de permis accordés pour la protection humanitaire et spéciale en 2017 est passé de 28% à 1% en 2021. Les tendances à la fermeture, que de nombreux autres pays de l’Union européenne ont suivies, sont quelque peu injustifiées, d’autant plus que le le nombre de débarquements au cours des dernières années est en augmentation.

Le troisième élément crucial à considérer en la matière est l’intégration de ceux qui débarquent sur les côtes italiennes et son étroite corrélation avec l’emploi. C’est l’intégration qui permet aux populations qui quittent leur pays chassées par les guerres, la violence et la pauvreté de pouvoir travailler tout en se reconstruisant une vie et en contribuant à l’économie des pays d’accueil.

L’Institut italien d’études politiques internationales a déclaré que la difficulté d’intégrer les réfugiés dans le marché du travail du pays de destination est considérable. Selon les estimations, plus d’une décennie après la première entrée dans le pays, le taux d’emploi ne reste que légèrement supérieur à 50 %. Cela est dû au taux de chômage général élevé qui sévit en Italie depuis la dernière crise économique mondiale et que le COVID-19 a récemment aggravé.

Regarder vers l’avant

Au cours de l’année écoulée, le nombre de migrants et de réfugiés qui ont perdu la vie en tentant d’atteindre l’Europe par la mer était de 896, un chiffre qui a plus que doublé par rapport à 2020. Les insuffisances de l’Italie en la matière sont encore nombreuses et ne peuvent être justifiées par l’absence d’un une gouvernance politique durable et cohérente induite par les nombreux changements de gouvernement. Par son caractère clivant, l’immigration est souvent au centre des débats médiatiques et politiques, devenant un point saillant des programmes électoraux.

Les efforts actuels et passés représentent un bon point de départ pour améliorer les plans nationaux d’accueil et d’intégration d’urgence des migrants afin de préparer l’Italie à faire face à l’éventuelle aggravation future de ces flux migratoires. Le pays aura besoin d’aide pour faire face à la migration continue des réfugiés vers l’Italie, car de nombreux décès surviennent en mer.

– Francesco Gozzo
Photo : Flickr

*

★★★★★