Trois questions à considérer par la communauté de l’inclusion financière en 2022

Par Rafe Mazer, Tanvi Jaluka et Alan Gelb

Étude sur la VPI en Colombie

Fin 2021, l’IPA a réuni des centaines d’universitaires du monde entier pour discuter des nouvelles recherches et des problèmes émergents liés à l’inclusion financière lors de son rassemblement annuel des chercheurs. Ces études suggèrent que la recherche sur l’inclusion financière est en train de passer des questions fondamentales concernant l’amélioration de l’accès financier à l’amélioration de la conception et à la maximisation des avantages économiques et sociaux des services financiers formels. L’IPA intègre ces questions dans son programme de recherche pour 2022, et nous sommes ravis de partager de nouvelles preuves cette année !

Quelles innovations peuvent lutter contre la discrimination dans l’inclusion financière ?

En Inde, Pattnaik et al. testent des moyens alternatifs d’évaluer le crédit des clients agricoles sur la base d’images satellites qui peuvent indiquer la productivité de leurs exploitations. Cela a le potentiel de placer certains agriculteurs, en particulier les femmes sans antécédents de crédit, sur un pied d’égalité.

Au Chili, Rigol et Roth ont examiné si la modification de la rémunération des agents financiers affectait leur évaluation des emprunteurs. Avant l’intervention, les agents de microfinance étaient punis pour avoir perdu des emprunteurs et notaient donc mal les emprunteurs performants pour les empêcher de « sortir » de la microfinance. Dans le groupe d’intervention, les agents étaient récompensés lorsque leurs clients « obtenaient leur diplôme », ce qui augmentait la précision de leurs évaluations des emprunteurs. La recherche suggère qu’une attention particulière aux incitations des agents peut augmenter considérablement la valeur sociale.

Une meilleure connaissance des bénéficiaires peut-elle améliorer la santé financière ou les résultats de la protection sociale ?

En Colombie, Attanasio et al. testé si un chatbot relayant des informations sur la santé financière pouvait réduire la violence conjugale induite par le stress. Les premiers résultats montrent que l’intervention a permis de réduire les niveaux d’endettement des hommes et d’améliorer le comportement d’épargne des femmes. Il y avait peu d’indications d’un effet immédiat sur la violence entre partenaires intimes, mais si ces premiers résultats se traduisent par une santé financière durable, une réduction du stress financier pourrait réduire la violence à plus long terme.

Des messages ciblés peuvent favoriser des résultats financiers et sociaux sains, mais Medina et Pagel ont testé s’il pouvait y avoir des conséquences imprévues associées au fait de pousser les clients à prendre certaines décisions financières. Au Mexique, les chercheurs ont testé si la messagerie SMS encourageant les consommateurs à maintenir des soldes de compte élevés pouvait avoir involontairement poussé les consommateurs à emprunter davantage. Les auteurs constatent que la messagerie SMS a entraîné une augmentation de 5,7 % des économies. Dans le même temps, les consommateurs n’ont pas réduit leur niveau d’endettement. Cela suggère que les messages devraient être affinés pour se concentrer sur la santé financière globale, plutôt que sur le maintien de soldes de compte élevés.

Au Chili, Berwart et al. testent si le fait de fournir aux emprunteurs des informations personnalisées sur les prêts peut les aider à prendre des décisions d’emprunt plus éclairées. Ils ont développé un outil interactif de comparaison des prix des prêts montrant aux emprunteurs potentiels les taux personnalisés en temps réel des produits de prêt qui les intéressent. Ces informations peuvent encourager la recherche de devis auprès d’un plus grand nombre de prêteurs, ce qui se traduit par de meilleures conditions de prêt. Les chercheurs mesureront les effets de l’outil sur le comportement de recherche de crédit et les conditions de prêt avec les données du régulateur financier chilien, Comisión para el Mercado Financiero.

Comment pouvons-nous construire des systèmes de paiement de gouvernement à personne (G2P) plus efficaces ?

L’assistance face aux catastrophes naturelles n’arrive souvent qu’après un certain délai, ce qui pousse les ménages à s’engager dans des mécanismes d’adaptation risqués, tels que la cession d’actifs et des emprunts à coût élevé. Poplé et al. examiner si l’envoi de transferts monétaires en prévision d’un choc, plutôt qu’après, peut améliorer le bien-être des ménages. Les chercheurs ont utilisé les données fluviales pour prédire quand les inondations se produiraient au Bangladesh et les secours ont été distribués par le biais de l’argent mobile. Ils constatent que les transferts anticipés ont entraîné une diminution de 36 % de l’insécurité alimentaire. À long terme, ils ont également signalé un meilleur bien-être, des effets positifs sur la consommation alimentaire des adultes et des enfants et une moindre dépendance aux mécanismes d’adaptation à risque. Bien que toutes les catastrophes naturelles ne puissent pas être prédites, l’implication est que les investissements dans les données, combinés à des mécanismes permettant une fourniture rapide de l’assistance, y compris par le biais de paiements électroniques, peuvent permettre des systèmes plus anticipatifs et réactifs.

En Irak, Kurtz et al. testé l’effet des transferts monétaires et si la variation de leur calendrier affectait le bien-être des ménages parmi les ménages touchés par le conflit. Les chercheurs ont fourni à certains ménages un versement forfaitaire, certains avec des versements égaux plus petits et d’autres avec des versements inégaux plus petits (tous les ménages ont reçu le même total). Alors qu’en général, les transferts monétaires ont renforcé la sécurité alimentaire des ménages et leur ont permis d’investir dans des actifs tels que les téléphones portables qui ont amélioré leur bien-être à long terme, ils n’ont pas généré de revenus supplémentaires. Mais les variations dans le calendrier des transferts ont modifié la façon dont les ménages dépensaient l’argent. Les ménages qui ont reçu leur argent en une seule fois l’ont dépensé pour des investissements plus coûteux comme le logement, l’éducation et le bétail. Les ménages qui l’ont reçu par tranches ont permis de maintenir une consommation régulière et la sécurité alimentaire. Cela suggère que les ménages peuvent préférer un certain degré de flexibilité dans les calendriers de décaissement.

La recherche a également révélé que la fourniture d’une éducation à la santé financière parallèlement à l’argent renforçait les effets sur les résultats économiques, sociaux et psychosociaux. La formation a complété les avantages matériels de l’argent en aidant les bénéficiaires à élaborer et à appliquer des plans de gestion financière et a fourni des opportunités d’interactions positives entre différents groupes sociaux. Il est possible que des interventions groupées puissent fournir une meilleure base pour des programmes axés sur les moyens de subsistance à plus long terme.


Où vont vos recherches sur l’inclusion financière ? Nous aimerions avoir de vos nouvelles et discuter de ces questions. Envoyez-nous un courriel à inclusionfinancière@poverty-action.org.

*

★★★★★