Trois organisations s'attaquent à la pauvreté au Kenya

Pauvreté au KenyaLa pauvreté au Kenya est en déclin. Entre 2005-06 et 2015-16, le pourcentage de Kenyans vivant sous le seuil de pauvreté international (caractérisé en 2011 comme 1,90 USD par jour) est passé de 46,8% à 36,1%. La pauvreté au Kenya diminue actuellement de 1% par an, un taux qui est en avance sur certains pays d'Afrique subsaharienne (ASS). Pourtant, le taux de réduction de la pauvreté au Kenya est inférieur à celui de la plupart des pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure.

La majorité des Kenyans pauvres sont concentrés dans les régions rurales du nord-est du pays. Au Kenya, seuls 72% des foyers ont accès à une eau potable viable. C'est 4% au-dessus de la moyenne dans la région subsaharienne, mais en dessous de pays comme le Ghana et le Rwanda. En 2015, les dossiers montraient que 84% de la population kényane de plus de 14 ans était alphabétisée. Cela représente une augmentation de 11% par rapport aux statistiques d'alphabétisation de 2005 au Kenya.

Alors que la pauvreté globale au Kenya diminue, il reste encore beaucoup à faire. Voici trois des nombreuses organisations qui créent le changement au Kenya et en ASS de manière plus générale:

Le projet Boma

Dans son énoncé de mission, le projet Boma déclare qu'ils «(autonomisent) les femmes des zones arides d'Afrique pour qu'elles établissent des moyens de subsistance durables, construisent des familles résilientes, sortent de l'extrême pauvreté et catalysent le changement dans leurs communautés rurales. Le projet Boma crée des triades de femmes et leur fournit un soutien financier pour démarrer et développer leur entreprise. Ils offrent également à ces femmes deux ans de mentorat. Actuellement, 159 684 femmes et enfants ont été soutenus par le biais du projet Boma.

Daate Inyakh, du nord du Kenya, vit dans une région avec un accès limité à l'eau et se battait souvent pour se nourrir et nourrir ses six filles. En 2014, Inyakh a été mis en contact avec The Boma Project. Cela lui a donné l'occasion, grâce à une formation et à une aide financière, de créer sa propre entreprise. La triade d'Inyakh est désormais en charge de leur propre boutique et elle est en train d'apprendre à lire.

L'Initiative d'éducation de Makuyu (MEI)

MEI est une très petite organisation à but non lucratif fondée en 2011 qui opère à Makuyu, au Kenya. L'organisation offre aux enfants des ultra-pauvres de cette région la possibilité «d'échapper au cercle vicieux de la pauvreté en luttant contre la malnutrition et d'autres obstacles qui peuvent les dissuader d'atteindre leur plein potentiel». MEI fournit un foyer à tous les enfants du programme, dont beaucoup sont orphelins. Ils fournissent à ces enfants un soutien holistique sur le plan éducatif et par le biais de soins de santé et de repas consistants. MEI compte sur des bénévoles et des dons pour accomplir son important travail.

Havre pour enfants africains

African Childrens Haven protège certains des enfants les plus pauvres du Kenya, de l’Éthiopie et de la Tanzanie ainsi que leurs familles. Principalement, l'organisation s'occupe des enfants orphelins qui ont perdu leurs parents à cause du VIH / SIDA. Le travail de cette organisation se concentre sur les filles. African Childrens Haven soutient ces enfants en leur offrant des bourses, des repas réguliers et une éducation sexuelle. Ils travaillent également à prévenir le mariage des enfants et le trafic sexuel. L'organisation fournit ses services à plus de 700 enfants.

Ces trois organisations ne sont que quelques-unes parmi tant d'autres qui abordent la réalité multiforme de la pauvreté au Kenya. L'engagement et le don à des causes comme celles-ci offrent à quiconque une avenue tangible pour aider à faire la différence.

Clara Collins
Photo: Flickr

*

★★★★★