Trésor toxique à la décharge d’Agbogbloshie au Ghana

Décharge d'Agbogbloshie au GhanaLa décharge d’Agbogbloshie au Ghana est une énorme décharge de déchets électroniques. Alors que de nombreux appareils électroniques mis au rebut trouvés dans «la décharge numérique» proviennent de pays plus riches du monde développé, le Ghana crée une grande partie de ses propres déchets électroniques. Les déchets électroniques importés se composent généralement de produits électroniques réutilisables. Les déchets électroniques contaminent l’air et le sol avec des toxines nocives. Malgré les impacts environnementaux et sanitaires des déchets électroniques mal gérés, la décharge est en plein essor avec l’activité entrepreneuriale.

Les déchets électroniques à Agbogbloshie

Le Ghana importe près de 150 000 tonnes de produits électroniques par an, ce qui contribue à l’accumulation excessive de déchets électroniques à Agbogbloshie. La décharge de déchets électroniques est désormais une source vitale de revenus pour les Ghanéens appauvris et les déchets électroniques constituent l’une des ressources limitées de la région. Une partie des déchets électroniques est brûlée, une partie est recyclée et d’autres produits électroniques sont réparés ou remis à neuf et revendus. Le problème n’est pas nécessairement l’activité commerciale elle-même, mais le manque de reconnaissance formelle et de réglementation. Reconnaître officiellement la décharge en tant que plaque tournante entrepreneuriale et mettre en œuvre des réglementations pourraient traiter les impacts environnementaux et sanitaires.

Les impacts sur la santé

Dans la décharge d’Agbogbloshie au Ghana, des ouvriers dénudent des câbles électroniques afin de découvrir « de l’or, de l’argent, du cuivre et d’autres métaux précieux ». Les travailleurs ont recours au « lessivage à l’acide et à la combustion des câbles » pour dénuder les câbles plus facilement et économiquement, mais ces pratiques libèrent des produits chimiques et des sous-produits nocifs qui ont un impact sur la santé des personnes et la santé de l’environnement. Des chercheurs du Centre collaborateur de l’OMS pour la santé des enfants et l’environnement de l’Université du Queensland en Australie confirment les effets néfastes sur la santé de l’exposition aux déchets électroniques. La recherche confirme le lien « entre l’exposition aux déchets électroniques et le dysfonctionnement de la thyroïde, les issues défavorables à la naissance, les changements de comportement, la diminution de la fonction pulmonaire et les changements indésirables pouvant être observés au niveau cellulaire ».

Réduire les déchets électroniques à l’échelle mondiale

Au niveau individuel, il est possible de réduire la quantité de déchets électroniques produits. Ce faisant, les consommateurs peuvent réduire la quantité de déchets électroniques qui finit inévitablement par s’accumuler à la décharge d’Agbogbloshie au Ghana. Les gens peuvent s’abstenir de jeter les produits électroniques à la poubelle, réduisant ainsi le matériel électronique importé dans des pays comme le Ghana. Au lieu de cela, l’objectif devrait être de réutiliser les anciens produits et de les recycler s’ils ne peuvent pas être réutilisés ou réparés. Si la réutilisation personnelle des biens n’est pas une option, les biens peuvent être donnés à une œuvre caritative ou transmis à la famille et aux amis.

La réduction internationale des déchets est un pas dans la bonne direction, mais elle ne peut pas être la seule réponse à la question des déchets électroniques. Le Programme des Nations Unies pour l’environnement déclare que le Ghana et d’autres pays d’Afrique de l’Ouest créent 85% des déchets électroniques au Ghana et en Afrique de l’Ouest. Cela signifie que la réduction des exportations de produits électroniques des pays développés ne suffira pas à faire face aux dangers des déchets électroniques dans la décharge d’Agbogbloshie. Étant donné que de nombreuses personnes dépendent de la décharge pour gagner leur vie, une solution doit être abordée en tenant compte des habitants et de leurs situations de pauvreté.

Plateforme Agbogbloshie Makerspace (AMP)

Une organisation basée au Ghana appelée Agbogbloshie Makerspace Platform (AMP) prend cette idée à cœur. L’organisation encourage les personnes qui dépendent de la décharge d’Agbogbloshie à créer et à réparer des produits électroniques au lieu de tirer rapidement profit du recyclage des matériaux. Ce réseau mondial aide les gens à créer de nouvelles inventions à partir de produits usagés et réduit ainsi les déchets toxiques. L’AMP transmet des connaissances et donne des conseils sur la façon de travailler en toute sécurité avec les déchets électroniques. L’organisation a également développé le vaisseau spatial AMP, qui est un modèle simple permettant aux gens de construire des espaces d’atelier mobiles abordables. Les Maker Kits sont des « téléchargements numériques 3D d’outils et d’instruments » que les artisans peuvent utiliser dans leurs inventions et leurs réparations.

L’AMP fournit le soutien nécessaire pour garantir que les personnes appauvries qui dépendent de la décharge d’e-déchets puissent toujours gagner un revenu de manière sûre et améliorée.

– Esha Kelkar
Photo : Flickr

*

★★★★★