Transformer Odisha grâce à la culture du maïs

Sécurité alimentaire à Odisha
Selon la Banque mondiale, le taux de pauvreté à Odisha est de 33%, ce qui en fait l’un des États les plus pauvres du pays en mai 2016. Les changements climatiques, qui ont mis en péril les cultures traditionnelles, mettent encore plus à rude épreuve les approvisionnements alimentaires dans la région. . En 2013, le Centre international d’amélioration du maïs et du blé (CIMMYT) s’est associé à plusieurs organisations, internationales et locales, pour présenter le maïs aux habitants d’Odisha. Le but ultime de l’organisation est d’améliorer la sécurité alimentaire à Odisha. La méthode est centrée sur les nouvelles technologies, l’éducation et l’autonomisation des femmes.

Aide internationale et savoir-faire local

Dans un effort généralisé pour aborder la sécurité alimentaire à Odisha, le CIMMYT s’est associé à trois autres organisations, la Cereal Systems Initiative for South Asia (CSISA), la Odisha Rural Development and Marketing Society (ORMAS) et l’Integrated Tribal Development Agency (ITDA). Au niveau local, l’organisation bénéficiait de l’assistance du Département d’État de l’agriculture d’Odisha et de deux fédérations de groupes d’entraide de femmes. Ce réseau diversifié combinait la force financière et technologique de l’aide internationale à la valeur incommensurable de l’expertise locale.

De la jachère à la fertilité

À Odisha, 60 000 hectares de terres sont en jachère en raison de l’aversion des agriculteurs au risque et du manque de connaissances en matière de pratiques agricoles résilientes. Le CIMMYT a vu une opportunité en ciblant les parcelles non cultivées comme terrain d’essai de la valeur du maïs, qui nécessite moins de main d’œuvre et d’engrais que le blé et le paddy. De manière critique, le maïs est également moins cher que les cultures traditionnelles.

Le CIMMYT et le CSISA ont fourni des engrais, des machines pour arracher les mauvaises herbes et des semoirs pour semer les graines. Ces types de technologie augmentent les rendements des cultures. Les résultats ont été encourageants, puisqu’un total de 5 400 hectares de terres autrefois en jachère comprennent désormais des cultures de maïs. Dans le nord-est d’Odisha, dans le district de Mayurbhanj, environ 50 agriculteurs se sont mis à la culture du maïs, ce qui leur a fourni une nouvelle source de revenus en décembre 2020.

Les femmes prennent les devants

Odisha est un état essentiellement rural. Selon la Banque mondiale, plus de la moitié de la population travaille dans l’agriculture. Afin d’atteindre la sécurité alimentaire à Odisha, les femmes doivent pouvoir jouer un rôle plus important dans le secteur agraire. Traditionnellement, les femmes ont dû s’occuper des enfants, gérer le ménage et soutenir les maris de multiples façons. Même lorsque les femmes travaillaient dans les fermes, cela comptait comme un « travail journalier », juste une autre manière de soutenir leurs maris plutôt que de se concentrer sur un véritable gagne-pain.

Le CIMMYT et ses affiliés se sont efforcés de changer cette tendance, en s’appuyant sur des groupes locaux de femmes afin de favoriser la confiance et l’adhésion au programme. En conséquence, les femmes ont commencé à assumer des rôles de leadership, une étape importante vers la sécurité alimentaire à Odisha. Le CIMMYT se vante que 28% des agriculteurs qui ont adopté la culture du maïs sont des femmes. De plus, les femmes d’Odisha sont présentes dans les programmes de formation. Ils passent de l’acquisition de connaissances générales à la spécialisation dans des sujets spécifiques, posant ainsi les bases pour qu’ils assument des rôles de leadership. Pendant COVID-19, avec de nombreux hommes sans travail, les femmes ont soutenu les familles en vendant du maïs vert.

Des retours prometteurs

Encouragés par les premiers indicateurs de succès, les personnes qui luttent pour la sécurité alimentaire à Odisha cherchent à étendre leurs efforts dans tout l’État. Alors que les conditions météorologiques continuent de changer, les pratiques agricoles doivent devenir plus efficaces et plus résistantes. Le CIMMYT et ses affiliés pensent que toutes les populations d’Odisha, quel que soit leur sexe, devraient atteindre leur plein potentiel.

– Greg Fortier
Photo : Flickr

*

★★★★★