Transferts monétaires dans la politique gouvernementale

Transferts monétaires dans la politique gouvernementaleCes dernières années, les organisations humanitaires ont reconnu que les transferts monétaires étaient un moyen efficace de sortir les enfants et les familles de la pauvreté. Au début des années 2000, seuls quelques bureaux de pays de l’UNICEF ont expérimenté des initiatives de transferts monétaires pour réduire la pauvreté des enfants. Après quelques années, ces premiers projets et plusieurs programmes de transferts monétaires mis en œuvre par l’UNICEF en Amérique latine ont montré des résultats prometteurs. Pour cette raison, les transferts monétaires font partie intégrante du Cadre de l’UNICEF. En fait, depuis 2015, plus de 70 pays dans le monde mettent en œuvre des programmes de transferts monétaires. Ces programmes montrent l’importance d’inclure les transferts monétaires dans la politique gouvernementale.

Initiatives de transferts monétaires conditionnels

Les transferts monétaires s’avèrent être un moyen simple et efficace de fournir aux familles à faible revenu un accès à la nourriture plutôt que de fournir la nourriture elle-même. Les recherches montrent que les familles qui ont du mal à joindre les deux bouts dépenseront probablement des transferts en espèces pour des produits de première nécessité. Cependant, les critiques restent préoccupées par l’utilisation abusive des transferts monétaires accordés aux familles les plus pauvres.

C’est pourquoi les programmes de transferts monétaires reposent souvent sur des conditions préalablement convenues. Par exemple, pour qu’une famille soit bénéficiaire d’un programme de transferts monétaires, elle doit accepter d’envoyer ses enfants faire des bilans de santé réguliers et doit assurer la fréquentation scolaire.

Dans une étude menée par Bastagli et al. (2016), surveillant et évaluant 56 programmes de transferts monétaires dans 30 pays, les ménages ont noté des impacts positifs significatifs des programmes de transferts monétaires. Dans la grande majorité des cas, les transferts monétaires ont entraîné une augmentation des dépenses alimentaires des ménages, une réduction du taux de pauvreté et un impact économique local positif.

Les avantages cachés

Malgré l’efficacité des transferts monétaires pour sortir les gens de la pauvreté, les gouvernements utilisent rarement ces programmes ou pas du tout. Pourquoi? La réponse courte serait la politique. Les électeurs ne voteront probablement pas pour un parti qui exige des paiements d’impôts plus élevés de la part des citoyens, mais sont beaucoup plus susceptibles de soutenir un projet de «repas scolaires gratuits». En effet, pour le citoyen moyen, les repas gratuits pour les enfants à faible revenu ne sont pas perçus comme un coût provenant de leur propre poche, contrairement à un transfert en espèces.

En outre, beaucoup ne considèrent pas que les transferts monétaires répondent aux limitations financières des services sociaux de base, tels que l’éducation et les soins de santé, et sont ainsi capables de réduire la pauvreté multidimensionnelle des enfants. Pour beaucoup, le coût des fournitures scolaires, de la papeterie, des coûts des services de santé et des frais d’ordonnance n’est pas à la portée de ce qui est financièrement possible.

Une évaluation des programmes de transferts monétaires révèle que 13 études sur 20 font état d’une augmentation des taux de fréquentation scolaire. En outre, neuf des 15 études de rapport ont constaté une augmentation de l’utilisation des services de soins de santé par les bénéficiaires.

Programme argentin de transferts monétaires

En 2009, le gouvernement argentin a mis en place le programme Universal Child Allowance (AUH), un programme de transferts monétaires conditionnels visant à briser les cycles intergénérationnels de la pauvreté. Le programme cible les personnes de moins de 18 ans qui résident dans des ménages financièrement instables, y compris les ménages confrontés au chômage ou les ménages dirigés par des travailleurs du secteur de l’économie informelle.

La personne qui se qualifie pour le programme recevra mensuellement 80 % d’une allocation spécifique. L’individu recevra les 20 % restants et les paiements futurs à condition qu’il satisfasse à certaines exigences de fréquentation scolaire et qu’il se présente à des rendez-vous de bilan de santé. En 2018, le programme avait bénéficié à 3,9 millions d’enfants depuis sa mise en œuvre, ce qui équivaut à 0,6 % du PIB du pays.

En accord avec l’importance des programmes de transferts monétaires, la directrice générale du groupe d’action contre la pauvreté des enfants, Alison Garnham, a fait valoir que les pays devraient assurer une «couche minimale de protection» via des repas scolaires gratuits et des transferts monétaires suffisants dans la politique gouvernementale dans le cadre de la politique gouvernementale. d’une campagne à long terme de réduction de la pauvreté.

– Pauline Luetzenkirchen
Photo : Flickr

*

★★★★★