Traite des êtres humains en Ouganda | Le projet Borgen

Traite des êtres humains en Ouganda
L’Ouganda est un pays du centre-est de l’Afrique qui réside principalement sur un plateau central couvert principalement par la forêt tropicale. L’Ouganda a une population d’environ 43 millions d’habitants et une population très jeune, avec une moyenne d’âge de seulement 15,9 ans. En raison de la position de premier plan de l’Ouganda en Afrique centrale, c’est une destination importante pour le tourisme et le commerce internationaux. Avec de grandes inégalités économiques et un accès limité aux opportunités d’emploi, la population ougandaise est devenue économiquement vulnérable. Cette insécurité économique a conduit à des taux élevés de traite des êtres humains en Ouganda, car les trafiquants du marché noir exploitent les populations vulnérables.

La situation

La traite des êtres humains est le crime consistant à utiliser «la force, la fraude ou la coercition» sur des personnes dans le but de les exploiter à des fins lucratives. L’exploitation prend généralement la forme de travail physique, d’actes de service ou de faveurs sexuelles. Les trafiquants utilisent diverses tactiques pour attirer leurs victimes, y compris la force violente, la manipulation, la romance et les promesses d’emplois bien rémunérés.

La traite des êtres humains est devenue un problème majeur en Ouganda. Selon le rapport sur la traite des personnes de 2020, des estimations ont déterminé que les trafiquants exploitent actuellement 7 000 à 12 000 enfants à travers le trafic sexuel en Ouganda. La traite des êtres humains en Ouganda prend principalement la forme de travail physique forcé et d’exploitation sexuelle.

L’Ouganda manque d’opportunités d’emploi, d’éducation de qualité et de systèmes de protection sociale pour aider la jeune population du pays. Le manque d’opportunités et d’accès aux ressources a laissé les jeunes Ougandais qui vivent dans des zones rurales et mal desservies vulnérables à l’exploitation. La plupart des jeunes émigrants ougandais se rendent dans les États du Golfe pour y travailler comme ouvriers, agents de sécurité, ouvriers du bâtiment et autres formes de main-d’œuvre non qualifiée, ce qui les expose à des syndicats de trafic d’êtres humains. Le système de justice pénale en Ouganda n’est pas suffisamment préparé pour traiter des crimes internationaux de cette ampleur et de cette nature. Une expertise particulière et la coopération de la communauté internationale sont nécessaires pour appréhender et traduire en justice les trafiquants d’êtres humains et leurs complices.

La lutte contre la traite

À l’heure actuelle, l’Ouganda n’a pas satisfait aux exigences minimales pour éliminer la traite des êtres humains, mais a déployé des efforts considérables pour y parvenir. Les mesures nécessaires pour que l’Ouganda élimine la traite des êtres humains sont variées. Ils comprennent une plus grande échelle et une plus grande intensité des enquêtes fédérales sur la traite des êtres humains et un accent sur la poursuite des trafiquants du côté judiciaire. En dehors de la justice pénale, aider les survivants de la traite des êtres humains et allouer des ressources aux ONG qui fournissent des services de protection aux populations vulnérables à la traite sont tous deux essentiels pour atténuer les dommages causés par la traite des êtres humains. Pour lutter avec succès contre la menace de la traite des êtres humains, le gouvernement ougandais doit donner la priorité aux ressources des survivants et à des poursuites incessantes contre les trafiquants d’êtres humains.

Malgré ses difficultés, le gouvernement ougandais a pris l’initiative de lutter contre la traite des êtres humains. Le Human Trafficking Institute, qui a vu le jour en 2015, s’est consacré à la lutte contre l’esclavage moderne en habilitant les forces de l’ordre à arrêter les trafiquants. L’Institut a rencontré des dirigeants ougandais et a prévu la création d’unités de lutte contre la traite spécialement formées et dédiées exclusivement à la lutte contre les trafiquants d’êtres humains et l’infrastructure criminelle qui leur permet. L’Institut travaille actuellement avec le gouvernement ougandais pour mener des enquêtes sur la traite et des poursuites contre les trafiquants. En 2017, l’Institut a dirigé la formation de 175 juges, policiers et procureurs à Kampala, en Ouganda. En collaboration avec l’Institut, le gouvernement ougandais a approuvé la création d’un département spécialisé dans la traite des êtres humains au sein de la police ougandaise. Le Département de la traite des êtres humains compte désormais environ 250 employés à travers l’Ouganda.

Progrès et efforts futurs

En 2009, la loi sur la prévention de la traite des personnes est entrée en vigueur en Ouganda. En vertu de la loi, qui interdit le trafic sexuel de toute nature et protège les droits des survivants de la traite sexuelle, les poursuites et la condamnation des trafiquants se sont considérablement intensifiées. En 2009, un seul trafiquant d’êtres humains a été condamné en Ouganda sur trois poursuites. En revanche, 2017 a vu 50 poursuites et 24 condamnations de trafiquants d’êtres humains et de leurs complices en Ouganda.

Les organisations à but non lucratif et les groupes de défense ont également joué un rôle dans la lutte contre la traite des êtres humains. Willow International est une organisation à but non lucratif fondée par Kelly Morgan en 2015 et dédiée à la lutte contre la traite des êtres humains en Ouganda. Après avoir visité le pays et été témoin de la traite des êtres humains, Morgan s’est donné pour mission de mettre fin à l’esclavage en Ouganda. Willow International lutte contre la traite des êtres humains en Ouganda à travers le plaidoyer, le suivi, les partenariats, la prévention et le sauvetage. Des centaines de victimes et de survivants de la traite ont bénéficié du travail de Willow, avec un impact positif estimé à 55 000 vies grâce aux efforts de sauvetage, d’éducation et de prévention en Ouganda.

Ces efforts du gouvernement ougandais et des défenseurs du monde entier sont des initiatives prometteuses et importantes. La réforme juridique et les ressources pour les communautés vulnérables ont aidé la population rurale sous-développée de l’Ouganda à résister aux trafiquants. Simultanément, le gouvernement ougandais a réaffirmé son attachement à la lutte contre la traite et coopéré avec les organisations internationales pour mettre en œuvre ses nouvelles initiatives. Mais l’Ouganda continue d’être une région où la traite des êtres humains est répandue, et tant que l’esclavage moderne se poursuivra dans le pays, la lutte contre la main-d’œuvre exploitée continuera et devra se poursuivre.

José Ahumada
Photo: Flickr

*

★★★★★