Traite des êtres humains en Gambie


La Gambie est un petit pays d’Afrique de l’Ouest aux formes étranges où 48% des 2,1 millions d’habitants vivent dans la pauvreté. Outre les problèmes de sécurité alimentaire, de malnutrition et d’autres problèmes liés à la pauvreté, la Gambie est aux prises avec la traite des êtres humains.

Traite des êtres humains en Gambie

Les barrières sociétales, notamment la pauvreté, la stigmatisation et le manque de sensibilisation, alimentent des cas sous-déclarés de traite des êtres humains en Gambie, a déclaré Maud De Boer-Buquicchio, experte en droits de l’homme des Nations Unies. En outre, la plupart des exploitations sexuelles d’enfants se produisent dans les zones les plus pauvres, selon le Bureau des affaires internationales du travail.

Parce que le gouvernement n’a pas de politique formelle de protection des témoins et que la confidentialité de l’identité des victimes n’est pas une priorité, les victimes décident de ne pas demander justice. En fait, 2020 a marqué la troisième année consécutive du gouvernement à ne condamner aucun trafiquant. Cependant, le gouvernement a identifié 12 victimes, une augmentation notable par rapport aux quatre identifications au cours de la période de référence précédente. Les allégations selon lesquelles des policiers auraient demandé des pots-de-vin pour enregistrer des plaintes pour traite ont suscité la méfiance parmi les victimes.

Rapport TIP sur la Gambie : « progrès modéré »

Le rapport 2020 sur la traite des personnes (TIP) du département d’État américain a placé la Gambie sur la liste de surveillance de niveau 2. Cela signifie que bien que le gouvernement ne respecte pas complètement les normes minimales pour éliminer la traite, il fait des efforts significatifs dans ce sens. Notamment, en 2019, l’Agence nationale de lutte contre la traite des personnes (NAATIP) a formé tous les postes frontières sur la traite des êtres humains. Plus précisément, il leur a appris à identifier les victimes. En outre, le ministère de la Justice a réussi à doubler le financement de la NAATIP, ce qui a permis de poursuivre l’éducation et la formation.

Le gouvernement gambien a alloué 600 000 dalasi, équivalant à 11 760 USD, à l’aide aux victimes, y compris les refuges du Département de la protection sociale (DSW). Ces refuges fournissent des services de base comme un abri, une assistance médicale et des conseils de base aux victimes de la traite, aux femmes et aux enfants. Cependant, la plupart de ces abris se concentrent autour de la capitale Banjul, excluant en grande partie les habitants des zones rurales.

Exploitation et traite des enfants en Gambie

La Constitution gambienne garantit explicitement la gratuité de l’enseignement obligatoire, mais les coûts des livres, des uniformes et des examens sont inabordables pour certaines familles. En conséquence, lorsque les enfants manquent l’école pour éviter les frais de scolarité impayés, leur vulnérabilité au travail des enfants augmente. De plus, légalement, les enfants gambiens peuvent commencer un apprentissage dans le secteur informel à 12 ans, soit quatre ans avant la fin de leur scolarité obligatoire. Cela augmente leur vulnérabilité au travail des enfants et les encourage à ne pas terminer leurs études. C’est en partie pourquoi, lorsque le Département du travail des États-Unis (DOL) a publié l’édition 2019 de son rapport sur les conclusions annuelles sur les pires formes de travail des enfants (rapport TDA), il a noté que bien qu’il y ait une amélioration, « les enfants en Gambie continuent s’engager dans les pires formes de travail des enfants.

Succès et suggestions pour la Gambie

La Gambie continue de lutter contre la traite des êtres humains avec des plans clés pour résoudre ces problèmes. La NAATIP a organisé une marche pour commémorer la Journée mondiale contre la traite des personnes et a coordonné la sensibilisation des écoles aux écoles. En outre, le ministère de l’Éducation a incité les maîtres coraniques à éduquer les élèves sur la traite et à les encourager à ne pas mendier. Troisièmement, la Gambie a conclu un protocole d’accord avec les Émirats arabes unis (EAU) pour protéger les Gambiens travaillant aux EAU.

La Gambie a fait quelques progrès dans la lutte contre la traite des êtres humains. Tout d’abord, il est passé à la liste de surveillance de niveau 2 du rapport TIP du département d’État américain. En outre, il a fait des « progrès modérés » selon le rapport TDA du département américain du Travail. Comme l’ONU De Boer-Buquicchio résume : « La Gambie a parcouru un long chemin pour mettre en place des lois, des politiques et des structures de protection de l’enfance impressionnantes. Leur application stricte et sans compromis est essentielle pour obtenir des résultats et réaliser les changements sociétaux que les enfants méritent. »

-Cameryn Cass
Photo : Wikimedia Commons

*

★★★★★