Traite des êtres humains en Ethiopie | Le projet Borgen

Traite des êtres humains en Éthiopie
La capture et le commerce d'êtres humains aux seules fins de sexe, de servitude domestique et / ou de travail forcé n'est guère nouveau. Il a eu plusieurs noms dans le passé, l'un des plus notables étant «l'esclavage». Si la traite des êtres humains a attiré l'attention des gouvernements et des organisations du monde entier, la traite des êtres humains en Éthiopie est répandue et affecte ses résidents.

Ceux ciblés

Pendant des années, les migrants ont été les principales victimes de la traite des êtres humains en Éthiopie. Un autre pourcentage potentiel et vulnérable de victimes de la traite des êtres humains en Éthiopie sont les enfants issus de milieux pastoraux pauvres. Ce type de contexte garantit que l'enfant serait sensible aux promesses d'une vie meilleure; en conséquence, les trafiquants attirent fréquemment ces enfants pour les vendre dans des conditions plus dures et plus cruelles. En 2018, les gouvernements régional et fédéral ont intercepté 10100 enfants et adultes qui avaient l'intention de migrer pour travailler, alors qu'ils ont intercepté 27877 hommes et femmes victimes de traite transnationale en 2019, dont beaucoup avaient l'intention de quitter l'Éthiopie pour travailler comme domestiques à l'étranger. Pendant ce temps, en janvier 2020, des rapports ont déterminé que 62 enfants victimes potentielles existaient.

En 2018 et 2019, de nombreux cas de traite concernaient le trafic illicite de migrants. Les migrants sont plus sujets à la traite parce qu'ils peuvent migrer illégalement ou par le biais de la migration irrégulière, également connue sous le nom de «trafic d'êtres humains».

Les efforts du gouvernement éthiopien

En 2020, le gouvernement éthiopien a fait des progrès contre la traite des êtres humains, bien qu'il ne respecte pas les normes minimales pour l'élimination de la traite dans sa région, selon le rapport 2020 sur la traite des personnes du Département d'État américain. Consciente de la nécessité de mettre l'accent proportionnellement sur le trafic sexuel à l'intérieur du pays et le trafic de main-d'œuvre à l'échelle transnationale, l'Éthiopie a mis en place deux ensembles de données distinctes sur les poursuites. Cela a abouti à un système permettant de savoir si un crime est un crime interne ou transnational.

Selon le rapport sur la traite des personnes, des responsables gouvernementaux ont enquêté et condamné les trafiquants transnationaux et, pour la première fois en 20 ans, ont déclaré que les trafiquants étaient tenus pour responsables de sanctions strictes pour les victimes qu’ils exploitaient dans le cadre de travaux forcés ou de trafic sexuel dans le pays. Les sanctions pour les trafiquants arrêtés impliquent des poursuites et une condamnation par les autorités.

Bien que l'inadéquation puisse encore être importante, le gouvernement éthiopien impliquant l'ampleur globale du problème de la traite, il a mieux réussi à prendre soin des victimes en gérant conjointement des centres d'intervention en matière de migration à Afar et à Metema et en exploitant des unités de protection de l'enfance dans plusieurs grandes villes.

L'Office uni contre la drogue et le crime (ONUDC)

En 2020, l'ONUDC a décidé de soutenir l'Éthiopie dans ses efforts pour mettre fin à la traite. Selon un article de l’Organisation des Nations Unies, l’ONUDC a activement contribué à l’élaboration de réglementations en durcissant les peines en cas de traite et de contrebande pour la nouvelle Proclamation du pays sur la lutte contre la traite des personnes et le trafic illicite de migrants 1178/2000.

Le projet régional de l'ONUDC pour l'amélioration des réponses efficaces et axées sur les victimes en matière de justice pénale à la traite des personnes en Afrique de l'Est comprend un atelier de rédaction et de consultation pour aider à offrir un soutien. Selon le même article des Nations Unies, l'ONUDC a organisé l'atelier que les responsables locaux ont accueilli, réunissant des procureurs experts du Secrétariat de l'Équipe spéciale nationale de lutte contre la traite des êtres humains et le trafic illicite de migrants, de la Direction des études juridiques, de la rédaction et de la diffusion, des représentants de les experts du ministère du Travail et de l'ONUDC.

Aide supplémentaire

L'organisation non gouvernementale appelée Hope for Children a son siège à Perth, en Australie occidentale. Jacqui Gilmour a fondé l'organisation en 2004 en tant que programme de lutte contre la traite des êtres humains dans le but d'aider et d'offrir des opportunités aux femmes et aux enfants en Éthiopie. Selon son site Internet, les groupes d'entraide ou d'épargne et de crédit collectifs sont au cœur de cette stratégie. Il offre également une formation professionnelle de qualité afin que les femmes vulnérables puissent avoir accès à des opportunités d'emploi dans la main-d'œuvre éthiopienne.

Le responsable de ce programme est un éducateur à AGAR Ethiopie, une société caritative axée sur le sauvetage et la réhabilitation des personnes traumatisées en Ethiopie. Agar signifie «supporter» en amharique. Bien qu'aucun pourcentage de ce que ce programme a aidé ne soit disponible, Hope for Children est catégorique sur la sensibilisation à la vulnérabilité des travailleurs migrants et aux abus physiques / psychologiques auxquels ils pourraient être confrontés de la part de leurs employeurs. Grâce à d'autres programmes, Hope for Children a eu un impact sur les familles pauvres et a contribué à l'éducation des enfants en Éthiopie.

Avec les progrès accomplis pour mettre fin à la traite des êtres humains en Éthiopie grâce au soutien de l'ONUDC et de Hope for Children, le gouvernement éthiopien semble plus déterminé que jamais à fournir la protection que sa population mérite, notamment à ceux qui migrent à la recherche d'un avenir meilleur au-delà des frontières.

– Thomas Williams
Photo: Pixabay

*

★★★★★