Traite des êtres humains en Albanie : échapper à un passé sombre

Traite des êtres humains en Albanie
L’Albanie a connu une prospérité plus grande qu’elle n’en a jamais eu au cours de ses années en tant qu’État satellite soviétique, avec son revenu national et son niveau de vie qui montaient en flèche à mesure que le pays s’industrialisait et s’urbanisait. Lorsque le gouvernement communiste a perdu le pouvoir à la suite de la dissolution de l’Union soviétique en 1991, l’instabilité politique, les systèmes pyramidaux soutenus par le gouvernement et la guerre civile ont provoqué une catastrophe économique. En conséquence, de nombreux pauvres désespérés d’Albanie, en particulier les femmes et les enfants, sont devenus vulnérables aux trafiquants d’êtres humains, qui ont considérablement étendu leurs opérations.

La situation dans l’Albanie contemporaine

Le gouvernement albanais et la Coalition nationale des refuges anti-traite ont identifié 81 victimes potentielles de la traite, avec cinq autres victimes officiellement reconnues en 2020. Sur les 85 victimes totales, 58 étaient des enfants et 62 étaient des femmes. Ces chiffres sont inférieurs à ceux de 2019, où il y avait 96 victimes potentielles et sept victimes confirmées, dont 80 femmes et 67 mineurs. Cependant, le nombre de victimes est probablement plus élevé, et les procureurs n’ont condamné aucun trafiquant en 2020, alors qu’ils l’ont fait en 2019.

À titre de comparaison, l’État a identifié 134 victimes au total de 2005 à 2006, suite à l’introduction de son premier plan d’action pour « la traite des personnes. Parmi les victimes figuraient 123 femmes, 77 enfants et 112 Albanais. En 2005, il y a eu 49 condamnations, et en 2006, il y en a eu 56. La capacité du pays à identifier les victimes s’est certainement améliorée, mais la complexité des affaires de traite a augmenté au fil des ans, rendant les condamnations plus difficiles.

Pays source de niveau 2, les trafiquants font sortir clandestinement plus de personnes d’Albanie qu’ils n’en amènent. Les principales destinations des personnes victimes de la traite sont les pays voisins de l’Albanie comme la Grèce et l’Italie, ainsi que les pays d’Europe occidentale comme le Royaume-Uni, qui comptait environ 600 Albanais. victimes potentielles en 2015. Au total, le nombre de victimes albanaises à l’étranger pourrait se chiffrer en milliers. Le gouvernement albanais doit se conformer pleinement aux normes minimales de la loi de 2000 sur la protection des victimes de la traite pour devenir un pays de niveau 1, le niveau le plus élevé et le meilleur. L’Albanie occupe une position de niveau 2 depuis de nombreuses années car elle continue de déployer des efforts importants pour répondre aux normes de la loi.

Le lien entre la traite et la pauvreté

Les trafiquants d’êtres humains sont plus susceptibles de s’attaquer aux pauvres et à ceux qui vivent dans les zones rurales parce que les pauvres ont souvent désespérément besoin de travail et que les personnes vivant dans les zones rurales sont plus isolées que les citadins. Les femmes, les enfants et les migrants sont également les proies les plus courantes des trafiquants, car ils ont tendance à être plus faciles à attirer et à retenir en captivité, tandis que les actes sexuels avec les deux premiers sont plus demandés qu’avec les hommes adultes. Bien qu’ils ne soient pas des cibles privilégiées, les trafiquants retiennent également des hommes en captivité, les forçant généralement à effectuer des travaux agricoles ou d’usine dans les pays des Balkans voisins.

En 2016, 33,90 % de la population vivait avec moins de 5,50 dollars par jour, contre plus de 55 % en 2002. De même, la proportion de la population vivant dans les zones rurales a diminué depuis l’expansion de la traite en Albanie, passant d’environ 60 %. dans les années 1990 et au début des années 2000 à 37,89 % en 2021. Ainsi, la cible démographique des trafiquants d’êtres humains diminue.

Examiner les cibles des trafiquants

Les trafiquants forcent les enfants à vendre de petits objets dans la rue et à mendier de l’argent, en particulier pendant la saison touristique, lorsque les trafiquants savent que les touristes sont plus vulnérables à ces pratiques. Leurs ravisseurs obligent ces enfants à remettre la majeure partie ou la totalité de l’argent qu’ils gagnent. Les trafiquants sollicitent également des mineurs à des fins sexuelles. Les trafiquants ont tendance à forcer les enfants des minorités ethniques et des groupes de migrants tels que les Roms à travailler de façon saisonnière. Les stigmates des Roms les rendent vulnérables aux trafiquants, moins identifiables en tant que victimes et moins susceptibles de recevoir un soutien.

Les trafiquants incitent les femmes pauvres à se prostituer en publiant de fausses offres d’emploi et en se faisant passer pour de riches petits amis. Ces femmes gardent peu ou pas de l’argent qu’elles gagnent, ne leur laissant que le traumatisme de leurs expériences. Les femmes captives travaillent dans des salons de manucure, des usines et comme domestiques lorsqu’elles n’effectuent pas de travail sexuel. Les attitudes des hommes envers les femmes sont également une composante du fait que les femmes sont des cibles.

Les migrants en transit se dirigeant vers l’Europe occidentale en provenance d’Asie centrale, du Moyen-Orient et d’Afrique sont des cibles supplémentaires des trafiquants d’êtres humains en Albanie. La barrière de la langue, le fait qu’ils se trouvent dans un pays inconnu et leur désir d’atteindre une nation riche rendent les migrants vulnérables aux trafiquants qui cherchent à les exploiter.

La réponse du gouvernement albanais

Le gouvernement fait peu pour résoudre la capacité limitée des forces de l’ordre à filtrer et à identifier les victimes potentielles parmi les groupes de migrants, les enfants et les professionnel(le)s du sexe. La police des frontières et des migrations dispose de peu d’interprètes, mais des personnes parlant des dizaines de langues autres que l’albanais traversent régulièrement la frontière. Cette barrière linguistique aggrave la difficulté d’identifier et d’aider les victimes de la traite.

Le manque d’expérience spécialisée dans la poursuite des affaires de traite fait que les procureurs condamnent peu de criminels pour des crimes liés à la traite des êtres humains. Au lieu de cela, ils condamnent souvent l’accusé pour un crime moins grave ou l’accusé est libéré. En outre, des employés du gouvernement seraient complices de divers crimes de traite des êtres humains. Si cela est vrai, la corruption contribue à la traite des êtres humains en Albanie. Le gouvernement a affirmé qu’il mènerait une enquête, mais ne poursuit encore personne.

Investissements gouvernementaux pour réduire la traite

Le gouvernement a investi 29,3 millions de leks, l’équivalent de 291 980 $, dans le refuge spécialisé géré par le gouvernement pour les victimes de la traite des êtres humains. Il s’agit d’une augmentation massive des 20,9 millions de leks ou 208 270 $ qu’il a dépensés en 2019. Alors que le gouvernement a décidé de réduire les fonds qu’il alloue aux salaires du personnel de soutien dans les refuges des ONG, il a dépensé davantage pour l’aide alimentaire. Cependant, les retards de financement ont périodiquement miné les efforts des refuges.

De plus, le gouvernement a transféré 4,6 millions de leks (45 840 $) à un fonds d’avoirs criminels saisis conçu pour les victimes de la traite des êtres humains en Albanie. Les bureaux des services nationaux de l’emploi ont offert une priorité d’emploi à 60 de ces victimes. Le gouvernement a également dispensé une formation professionnelle à 20 victimes officiellement reconnues et offert des permis de séjour temporaires aux victimes étrangères.

Mettre fin à la traite des êtres humains en Albanie

Après la chute du gouvernement communiste, les trafiquants ont exploité la tourmente pour étendre leur commerce illégal, s’enrichissant aux dépens de leurs victimes. Cependant, le fléau de la traite des êtres humains a été atténué grâce aux efforts combinés accrus du gouvernement albanais et des ONG. Pour éradiquer la traite des êtres humains en Albanie, le gouvernement doit établir des programmes sociaux plus solides pour les pauvres, élargir les opportunités d’emploi et améliorer l’accès aux services de soutien ; surtout pour les habitants des zones rurales. Le gouvernement doit également améliorer son filtrage des groupes ciblés, mieux former la police à l’identification et les procureurs au traitement des affaires de traite, mettre davantage l’accent sur la réintégration et financer systématiquement les refuges gérés par les ONG.

-Nate Ritchie
Photo : Flickr

*

★★★★★