Traite des êtres humains aux Émirats arabes unis

Traite des êtres humains aux Émirats arabes unisLe département d’État américain a placé les Émirats arabes unis (EAU) au niveau 2 sur 3 dans son rapport 2021 sur la traite des personnes. Le niveau 2 indique que les Émirats arabes unis ne se conforment pas à toutes les normes de lutte contre la traite des êtres humains, mais s’efforcent de s’y conformer. Le gouvernement a beaucoup de travail à faire pour lutter contre la traite à des fins de travail forcé. Cependant, il fait des progrès contre le trafic sexuel à travers son Comité national de lutte contre la traite des êtres humains (NCCHT).

Travail et traite des êtres humains aux Émirats arabes unis

Selon le Carnegie Endowment for International Peace, « environ 90 % des plus de 9 millions d’habitants des Émirats arabes unis se composent[s] de ressortissants étrangers », car le pays dépend fortement des travailleurs migrants qui viennent principalement d’Inde, du Bangladesh et du Pakistan. Les Émirats arabes unis utilisent le système kafala pour gérer leur importante population de travailleurs migrants.

Kafala a commencé au début du XXe siècle et s’est développée au milieu des années 1950 en raison de la demande de main-d’œuvre alors que les pays du Golfe innovaient dans les technologies de production de pétrole. Aux Émirats arabes unis, la kafala permet aux particuliers d’employer des travailleurs migrants. À leur tour, les employeurs acceptent de céder certains de leurs droits politiques et sociaux au gouvernement. Kafala crée un déséquilibre de pouvoir important, favorisant les employeurs émiratis par rapport aux travailleurs migrants. En conséquence, les travailleurs migrants risquent d’être victimes de la traite des êtres humains et du travail forcé.

Le trafic de main-d’œuvre est l’une des deux principales catégories de trafic d’êtres humains aux Émirats arabes unis. Le gouvernement a fait de la traite à des fins de travail forcé et de prostitution des infractions pénales, passibles d’amendes, d’une peine de prison avec un maximum d’emprisonnement à vie et d’expulsion pour les auteurs non-ressortissants par la loi fédérale n° 51 de 2006. Malgré cela, l’application de la loi est faible pour trafic de main-d’œuvre. Au lieu d’enquêter sur les signaux d’alarme du trafic de main-d’œuvre en tant qu’indicateurs potentiels de trafic d’êtres humains, le gouvernement émirati traite les signes de trafic de main-d’œuvre comme des problèmes de main-d’œuvre et inflige des peines plus légères aux auteurs.

La lutte contre le trafic sexuel aux Émirats arabes unis

L’autre grande catégorie de traite des êtres humains aux Émirats arabes unis est la traite à des fins sexuelles. En réponse au trafic sexuel, le pays s’est fortement engagé dans la lutte contre celui-ci. Le NCCHT a formé l’approche des « 5 P » – Prévention, poursuites, punition, protection et promotion – qui a été une force directrice pour répondre à la traite à des fins sexuelles dans le pays.

La prévention

Les refuges soutenant les victimes de trafic sexuel ont publié des dossiers d’information via les médias sociaux. Ces paquets informent les groupes à risque sur les indicateurs de situations de traite des êtres humains. En outre, le ministère public fédéral a publié une brochure en ligne. Cette brochure explique les sanctions pour les personnes qui ont connaissance d’activités de traite des êtres humains mais ne les signalent pas. Les actions de prévention améliorent la capacité du public à identifier la traite et ses conséquences.

Poursuites et sanctions

La loi fédérale n° 51 de 2006 criminalise la traite des êtres humains aux Émirats arabes unis. En 2020-2021, les Émirats arabes unis ont poursuivi 54 personnes dans 19 affaires de trafic sexuel et déclaré 15 personnes coupables. Bien que les chiffres ne soient pas objectivement élevés, les Émirats arabes unis sont un leader en Afrique du Nord et au Moyen-Orient en ce qui concerne le nombre de condamnations pour trafic. De plus, la plupart des peines aux Émirats arabes unis comprenaient trois ans ou plus de prison, des amendes et l’expulsion pour les contrevenants non-ressortissants.

protection

Les refuges à but non lucratif et gouvernementaux jouent un rôle majeur dans la protection des victimes de la traite à des fins sexuelles. Le gouvernement émirati, des institutions religieuses, des hôpitaux, d’autres institutions et diverses lignes d’assistance téléphonique dans le pays orientent les victimes vers des refuges. Les refuges offrent un logement, des services médicaux et juridiques, une thérapie et une éducation. Ils offrent également un soutien supplémentaire aux victimes mineures. L’aide aux mineurs comprend des couchages séparés et des programmes éducatifs adaptés à leur âge. Les refuges offrent également des soins continus après le départ de la victime.

Après la mise en place de la loi sur la traite de 2006, deux grands refuges, EWAA Shelter for Women and Children dans la capitale du pays d’Abou Dhabi et la Fondation de Dubaï pour les femmes et les enfants (DFWAC), ont ouvert en 2008 et 2007, respectueusement. En 2020-2021, le gouvernement émirati a orienté 23 victimes de trafic sexuel vers des refuges, et le Centre Aman pour les femmes et les enfants à Ras Al Khaimah a soutenu 10 autres victimes de trafic sexuel. Il existe plusieurs refuges aux Émirats arabes unis, mais la collecte de données et les rapports sur les victimes et les refuges sont limités.

Promotion

Le gouvernement émirati gère une ligne d’assistance téléphonique 24 heures sur 24 qui promeut le signalement des cas de traite des êtres humains par le public. Le DFWAC, le ministère des Ressources humaines et de l’Émiratisation des Émirats arabes unis et le ministère de l’Intérieur (MOI) gèrent également des permanences téléphoniques. De plus, le ministère de l’Intérieur exploite une application téléphonique où les victimes ou les témoins de la traite peuvent contacter la police et soumettre des rapports de traite.

En outre, le NCCHT, la police de Dubaï, le ministère de l’Intérieur, le département judiciaire d’Abou Dhabi et le DFWAC ont organisé des programmes de formation et des cours sur la mise en œuvre de l’approche « 5 P » dans les secteurs de la sécurité publique et de la justice. Au cours du programme « Spécialiste de la traite des êtres humains » du NCCHT et de la police de Dubaï en 2020, des représentants de 30 autorités policières des Émirats arabes unis ont appris à reconnaître les situations de traite des êtres humains et à soutenir les victimes. Les neuf programmes de lutte contre la traite du ministère de l’Intérieur au cours de la période 2020-2021 ont enseigné à 918 policiers comment aborder les situations de traite, et les cours sur la traite des êtres humains du département judiciaire d’Abou Dhabi ont touché 549 juges et procureurs en 2020-2021.

Le gouvernement a fait des progrès dans la lutte contre la traite des êtres humains aux Émirats arabes unis. La loi fédérale de 2006 criminalisant la traite des êtres humains fournit un début institutionnel pour lutter contre la traite de main-d’œuvre et la traite à des fins sexuelles. L’engagement du gouvernement émirati à lutter contre le trafic sexuel est un exemple inspirant de la façon dont une action audacieuse et concertée peut faire progresser les droits humains. Le défi consiste à savoir si le gouvernement appliquera davantage cette mentalité au trafic de main-d’œuvre.

– Anna Ryû
Photo : Unsplash

*

★★★★★