Traite des êtres humains au Nigéria | Le projet Borgen

Traite des êtres humains au Nigéria
On estime actuellement que le Nigéria est le plus grand centre de traite des êtres humains au monde. Des milliers de Nigérians, pour la plupart des femmes et des jeunes filles, sont chaque année victimes d'exploitation sexuelle et par le travail. Cependant, un certain nombre d’organisations gouvernementales et non gouvernementales s’emploient activement à mettre fin à ce commerce. Ces organisations se concentrent sur la surveillance de la traite des êtres humains à l'intérieur et à l'extérieur du Nigéria, ainsi que sur l'aide aux victimes. Le Centre Devatop pour le développement de l'Afrique est l'une des principales organisations de défense des droits humains qui préconise de mettre fin à la traite des êtres humains au Nigeria et fournit des ressources aux victimes qui ont été secourues.

Faits sur la traite des êtres humains au Nigéria

En 2019, 203 cas de traite des êtres humains ont été signalés et enquêtés par la NAPTIP au Nigéria. Sept cent et un suspects ont été arrêtés, mais seuls 25 trafiquants ont été effectivement condamnés. Malgré le faible nombre de cas signalés et le nombre encore plus faible de condamnations, le NAPTIP a sauvé 1152 victimes de la traite des êtres humains en 2019. Parmi ces victimes, 18,4% ont été sauvées de voyages à l'étranger, ce qui favorise la prostitution. De plus, parmi les victimes secourues, 80,6% étaient des femmes et la moitié d'entre elles étaient mineures. Un rapport publié en 2017 par l'Organisation internationale pour les migrations a montré que «les femmes et les filles non accompagnées du Nigéria sont parmi les plus à risque d'être victimes de la traite à des fins d'exploitation sexuelle.»
Entre juillet 2003 et décembre 2019, le NAPTIP a secouru 14 688 victimes de la traite des êtres humains. Sur les 7 487 cas signalés au total, 3 935 ont fait l'objet d'une enquête et 332 condamnations ont été prononcées. Des reporters infiltrés de CNN, qui se faisaient passer pour de potentiels migrants voyageant du Nigéria vers l'Italie en 2018, ont découvert que l'État d'Edo au Nigéria est l'un des plus grands points de départ de la traite des êtres humains en Afrique. Beaucoup de ces victimes sont des réfugiés piégés qui n'ont pas assez d'argent pour terminer leur voyage à travers la mer Méditerranée vers l'Europe.

Lutte contre la traite des êtres humains au Nigéria

Le Centre Devatop pour le Développement Africain est une organisation de plaidoyer basée au Nigéria qui œuvre pour mettre fin à la traite des êtres humains et à d'autres violations des droits humains. Le Centre utilise une combinaison de programmes éducatifs et de soutien. Les programmes de l'organisation visent à informer les jeunes sur les pratiques de traite des êtres humains, à encourager les membres de la communauté à se joindre à la lutte contre la traite des êtres humains et à donner aux survivants les moyens de faire une transition sûre et soutenue vers la société.
Le directeur exécutif Joseph Osuigwe a créé le Centre Devatop pour le développement de l'Afrique en 2014, après avoir été inspiré par les témoignages d'étudiants et de bénéficiaires qui ont été victimes d'exploitation sexuelle. Osuigwe a déclaré que son projet pilote pour le Centre était l'Académie pour la prévention de la traite des êtres humains et autres questions connexes (TAPHOM), qui utilise «la formation, le plaidoyer, la recherche, les médias et la publication pour prévenir la traite des êtres humains». Les 120 premiers jeunes à travailler dans le cadre du projet ont atteint plus de 6 000 personnes dans plus de 30 communautés à travers le Nigéria grâce à leur plaidoyer et ont réussi à sauver une victime.
Aujourd'hui, le Centre compte plus de 300 volontaires dans 15 États nigérians, ainsi qu'en Italie, aux Pays-Bas, aux États-Unis et en Afrique du Sud, a déclaré Osuigwe dans une interview accordée au Borgen Project. Les trois principaux programmes éducatifs proposés par le Centre sont le Programme de plaidoyer contre la traite des êtres humains, les Volontaires contre la traite des êtres humains et le projet TALKAM sur les droits de l'homme. Chacun de ces programmes forme des volontaires au travail de plaidoyer. Osuigwe a déclaré que le projet le plus réussi a été le TALKAM Human Rights Project, qui engage directement les membres de la communauté de multiples manières.
Le site Web www.talkam.org, qui dispose également d'une application mobile proposée sur le Google Play Store, offre une ressource où les membres de la communauté peuvent signaler les violations des droits de l'homme au NAPTIP et recevoir des informations à jour sur la traite des êtres humains au Nigeria. La station de radio Wazobia FM Abuja 99.5 anime chaque week-end l'émission de radio TALKAM pour discuter des informations sur la traite des êtres humains au Nigéria et encourager les citoyens à se joindre à la lutte contre elle.

De plus, le Centre accueille un dialogue communautaire trimestriel TALKAM qui engage «les parties prenantes et les représentants de la communauté à discuter de différentes questions de droits humains affectant la communauté», a déclaré Osuigwe.

L'avenir de la lutte contre la traite des êtres humains au Nigéria

En 2018, le gouverneur exécutif de l'État d'Edo, Godwin Obaseki, a signé la loi d'interdiction de la traite des personnes dans l'État d'Edo. Cette loi criminalisait la traite des êtres humains au Nigéria et créait un cadre juridique dans lequel les trafiquants pouvaient être dénoncés, enquêtés et condamnés. En outre, la loi a créé le groupe de travail de l'État d'Edo contre la traite des êtres humains au Nigéria, qui œuvre pour mettre fin à la traite des êtres humains.

Le gouverneur Obaseki a également promis la protection et le soutien des victimes de la traite des êtres humains en vertu de la loi. Les rapatriés de la traite des êtres humains reçoivent maintenant 20 000 ₦ (soit environ 50 dollars) et un «paquet d'autonomisation» qui comprend une formation contre la traite des êtres humains. Osuigwe a déclaré au projet Borgen que le Centre Devatop pour le développement de l'Afrique prévoyait également d'étendre la portée du projet TALKAM sur les droits de l'homme.

«Nous voulons activer le plaidoyer contre la traite des êtres humains dans plus d'États du Nigéria, afin de multiplier les actions contre la traite des êtres humains», a déclaré Osuigwe.

On estime que le Nigéria est le plus grand centre de traite des êtres humains au monde. Alors que le pays a peut-être un long chemin à parcourir, des organisations comme le Centre et le gouvernement nigérian s'emploient à mettre fin à la traite des êtres humains. Grâce à un travail de plaidoyer communautaire et à des changements systémiques, tels que l'adoption de la loi sur l'interdiction de la traite des personnes dans l'État d'Edo, il y a de l'espoir que davantage de victimes soient secourues et que davantage de trafiquants soient arrêtés.

Myranda Campanella

Photo: Flickr

*

★★★★★