Traite des êtres humains au Honduras – Le projet Borgen

Traite des êtres humains au Honduras
La traite des êtres humains au Honduras est l’un des problèmes de droits humains les plus importants dans le pays. Un rapport de 2020 du Département d’État américain identifie le Honduras comme un pays de niveau 2, car il fait de grands progrès dans la réduction des cas de traite des êtres humains. Cependant, le pays doit encore atteindre les niveaux de référence fixés. Avec la nouvelle législation, un nouveau plan de lutte contre la traite et les efforts de plaidoyer des programmes soutenus par le gouvernement, le Honduras est en passe de créer une société plus sûre.

Causes de la traite des êtres humains au Honduras

Les principales causes de la traite des êtres humains au Honduras sont le chômage, le manque d’opportunités économiques et les problèmes familiaux. Ces problèmes laissent les gens désespérés d’avoir un revenu stable et, malheureusement, les rendent plus vulnérables à la traite des êtres humains. Selon les données de la Banque mondiale, le taux de chômage au Honduras a atteint 10,98 % en 2020, soit une augmentation d’environ 5 % par rapport au taux de chômage de 5,7 % en 2019. Souvent, les trafiquants attirent les victimes vers d’autres pays avec de fausses promesses d’échapper à la pauvreté et zones ravagées par la criminalité, selon le rapport 2021 du département d’État américain.

Le Honduras est avant tout un pays source de trafic sexuel et de travail forcé. Souvent, les trafiquants exploitent les victimes au sein de leurs propres communautés et foyers. Les trafiquants transportent des femmes et des enfants, qui sont principalement des victimes de trafic sexuel, à l’étranger pour subir l’exploitation dans des pays comme le Mexique, le Guatemala, El Salvador et les États-Unis. De plus, les trafiquants transportent généralement des personnes pour le travail forcé au Guatemala, au Mexique et aux États-Unis.

Comme l’a signalé le Département d’État américain, les trafiquants forcent leurs victimes à mendier dans la rue, à faire le trafic de drogue et à travailler dans le secteur informel. Les enfants doivent travailler dans des métiers dangereux tels que l’agriculture, la construction, la fabrication et l’exploitation minière. Les statistiques du département américain du Travail montrent que 9 % des enfants âgés de 5 à 14 ans travaillent au Honduras. Environ 53 % de ces enfants travaillent dans le secteur agricole, 12,7 % travaillent dans le secteur industriel (mines, construction et production de feux d’artifice, etc.) et 34 % travaillent dans le secteur des services.

La pandémie de COVID-19 a exacerbé la situation, ce qui a encore eu un impact négatif sur les opportunités économiques. Cela a rendu plus de personnes vulnérables à la traite des êtres humains au Honduras, selon le rapport 2021 du département d’État américain.

Initiatives gouvernementales

Le rapport mentionné précédemment montre que le gouvernement hondurien prend des mesures pour réduire les cas de traite des êtres humains au Honduras des manières suivantes :

  1. Augmentation du financement de la Commission interinstitutionnelle de lutte contre l’exploitation sexuelle à des fins commerciales et la traite des personnes (CICESCT) : En 2019, le gouvernement hondurien a augmenté le financement à 5,5 millions de lempiras (221 400 USD). Le CICESCT utilise ce financement pour fournir une assistance aux victimes telles que la protection et la thérapie. En 2020, l’équipe d’intervention immédiate du CICESCT a fourni ces services à 67 victimes. En outre, CICESCT travaille avec d’autres organisations et ONG pour fournir une assistance supplémentaire aux victimes, notamment des soins médicaux.
  2. Identifier plus de victimes : Les forces de l’ordre et les prestataires de services sociaux ont certaines procédures à suivre pour identifier les symptômes de la traite des êtres humains et orienter les victimes présumées vers l’équipe d’intervention immédiate du CICEST.
  3. Adopter une nouvelle disposition du Code pénal : La définition de la traite est désormais conforme au droit international. Cependant, le nouveau code pénal a abaissé la peine pour la traite, ce qui fait que le crime n’est pas comparable à d’autres délits graves.
  4. Mise en œuvre du Plan national de lutte contre la traite 2016-2020 : Ce plan comprend des mesures telles que la fourniture d’une formation anti-traite au public (pratiquement pendant la pandémie) et la mise en place de campagnes de sensibilisation via les médias sociaux. Le gouvernement hondurien a également formé un réseau de 32 agences gouvernementales et ONG pour aider à mener à bien le plan.

Campagne de l’ONUDC

En 2019, le gouvernement hondurien a rejoint la campagne Blue Heart de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC). L’idée est de sensibiliser à la traite des êtres humains au Honduras et de prévenir ces crimes. La campagne Blue Heart se concentre sur le plaidoyer et cherche à recruter d’autres personnes pour aider à prévenir les crimes de traite des êtres humains en renforçant le soutien politique pour prendre plus de mesures contre elle. La campagne envoie ses dons au Fonds de contributions volontaires des Nations Unies pour les victimes de la traite des personnes, dont l’objectif est d’aider d’autres organisations et ONG dans le monde à venir en aide aux victimes. Selon l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, la campagne a permis le sauvetage de 194 personnes en 2019.

CICESCT

CICESCT est une agence gouvernementale hondurienne qui vise à réduire le nombre de cas de traite des êtres humains et à fournir des soins aux victimes. Depuis sa création en 2012, le Honduras a augmenté le financement du CICESCT. Cela permet plus d’aide et d’enquêtes sur les cas de traite des êtres humains. En 2018, plus de 300 victimes ont bénéficié d’une aide, d’une protection et de services (conseils en santé mentale, nourriture, logement, assistance juridique et médicale) pour se réinsérer dans la société. En outre, 28 personnes ont été condamnées à des peines de prison allant de 5 à 15 ans pour traite des êtres humains.

Aller de l’avant

Il reste encore des problèmes critiques à résoudre concernant la traite des êtres humains au Honduras. Cependant, le pays a fait des progrès significatifs et continue de travailler à l’éradication de la traite des êtres humains du pays. Si ce niveau de progrès et de sensibilisation se poursuit, le Honduras peut parvenir à une société sans trafic.

– Shikha Surupa
Photo : Unsplash

*

★★★★★