Catégories
Solidarité et entraide

Traite des êtres humains au Botswana | Le projet Borgen

Traite des êtres humains au Botswana
Pour comprendre la traite des êtres humains au Botswana, les informations rudimentaires suivantes peuvent s'avérer utiles. La traite des êtres humains, ou l'esclavage moderne comme certains l'appellent, est un problème mondial. Selon l'Organisation internationale du travail (OIT), plus de 40 millions de personnes ont été victimes de l'esclavage moderne en 2016. On peut encore décomposer ce nombre en 16 millions de personnes exploitées dans le secteur privé, 15,4 millions dans les mariages forcés, 4,8 millions dans les rapports sexuels involontaires travail et 4 millions de travail induit par l’État, comme le travail forcé pendant l’incarcération.

À propos de la loi sur la protection des victimes de la traite et des violations (TVPA)

En 2000, le gouvernement américain a adopté la Victims of Trafficking and Violence Protection Act (TVPA). Cette loi décrivait les exigences minimales nécessaires pour mettre fin à la traite des êtres humains dans le monde et créait un bureau au département d'État pour mesurer les progrès des États-Unis et d'autres pays dans la réalisation de cet objectif.

Pour suivre ces progrès, le Département d'État s'associe à des gouvernements étrangers pour collecter des données sur l'efficacité des efforts de lutte contre la traite à l'échelle mondiale. Le Département d'État utilise ensuite ces informations pour créer des profils pour chaque pays. Le département d'État classe ces profils dans un système à quatre niveaux. Par ordre décroissant, les niveaux sont les suivants: Tier 1, Tier 2, Tier 2 Watch List et Tier 3. Le niveau 1 indique que le gouvernement d'un pays satisfait aux exigences minimales de la TVPA, tandis que le niveau 3 indique que le gouvernement d'un pays n'a pas satisfait aux exigences minimales et fait peu d'efforts pour le faire.

Le Département d'État publie ces classements chaque année dans le rapport sur la traite des personnes. Dans le profil de chaque gouvernement, le Département d’État formule des recommandations pour aider un gouvernement à améliorer son classement et à éliminer la traite. En tant que tel, le rapport TIP est un outil d'information important pour les représentants de l'État américain, les ONG et les défenseurs lors de la création de plans d'action pour lutter contre la traite.

La situation au Botswana

Le Botswana, un pays au nord de l'Afrique du Sud et à l'est de la Namibie, remplit les critères pour être un pays de niveau 2. Cela signifie que, bien que le pays ne respecte pas toutes les normes de la TVPA, il progresse dans l’élimination de la traite.

Il existe deux principaux types de traite des êtres humains au Botswana. Le premier est la variété internationale. À ce niveau, le Botswana est un point de départ, intermédiaire ou final de la traite des êtres humains. Les trafiquants emmènent le Batswana (natifs du Botswana) vers les pays voisins comme le Zimbabwe, tandis qu'ils en emmènent d'autres, comme les Ethiopiens et les Tanzaniens, à travers ou au Botswana.

L’un des types de traite des êtres humains les plus courants concerne l’exploitation sexuelle des femmes. Au Botswana, le taux de chômage des femmes était de 21,76% en 2020 (plus du double du taux de chômage pendant la Grande Récession aux États-Unis). Les trafiquants exploitent cette faiblesse à travers de fausses offres d'emploi et des publicités sur les réseaux sociaux.

Le deuxième type de traite des êtres humains au Botswana est plus enraciné sur le plan culturel. Il n’est pas rare que les ruraux pauvres envoient leurs enfants chez un parent aisé, en supposant que ce parent fournira à l’enfant des soins et une éducation. En réalité, le parent exploite généralement l'enfant pour un travail gratuit tout en refusant à l'enfant une éducation. Selon Madoda Nasha, directrice adjointe du Département de la traite des personnes du Botswana, les Batswana considèrent ce type de comportement comme naturel et, en tant que tel, ne le signalent pratiquement jamais.

Un nouveau départ

L’une des pierres angulaires de la capacité du gouvernement à lutter contre la traite des êtres humains au Botswana est la loi contre la traite des êtres humains, qui criminalise le trafic sexuel et de main-d’œuvre, ainsi que le travail des enfants. Cette loi a créé des services de protection, tels que des centres de soins et un fonds d'aide aux victimes. Enfin, il a mis en place le Comité d'interdiction de la traite des êtres humains, qui supervise la mise en œuvre de ces services.

Si la loi contre la traite des êtres humains montre de grands progrès, elle n'est pas sans défauts. Cet acte peut condamner un trafiquant à jusqu'à 25 ans de prison, une amende ou les deux. Puisqu'un trafiquant ne peut s'en tirer qu'avec une amende, c'est beaucoup plus clément que les punitions pour d'autres crimes violents, comme le viol. En outre, les juges et les procureurs ne connaissent souvent pas cette loi, ce qui entrave les efforts visant à condamner les trafiquants dans toute leur étendue.

Progrès récents

Pour remédier à certaines des lacunes de la loi sur la lutte contre la traite des êtres humains, le gouvernement a modifié la loi en 2018 pour inclure des amendes plus élevées et des peines d'emprisonnement pour inclure des peines à perpétuité. La même année, le gouvernement a modifié son code pénal. L'amendement du Code pénal de 2018 a relevé l'âge du consentement à 18 ans et introduit des peines plus sévères pour les crimes violents. Enfin, les services de protection des victimes ont connu une augmentation du financement gouvernemental ces dernières années, passant de 41930 $ en 2017 à 346100 $ en 2019.

En outre, le Botswana participe activement à la lutte contre la traite des êtres humains au niveau international. Par exemple, entre le 1er avril 2019 et le 31 mars 2020, le Botswana a identifié 31 victimes de la traite étrangères dans son pays et a travaillé avec des pays aussi proches que le Zimbabwe et jusqu'au Nigéria. En outre, comme le Botswana est membre de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), il participe également aux efforts de collecte et de partage de données de l’organisation, ainsi qu’aux efforts de sensibilisation et de sensibilisation du public.

Enfin, les Mandela Washington Fellows (MWF), programme phare de la Young African Leaders Initiative (YALI) des États-Unis, ont mis en œuvre des projets de lutte contre la traite des êtres humains au Botswana. Il a lancé un site Web destiné à aider les organisations de la société civile et les ONG en leur fournissant des procédures opérationnelles standard internationales pour traiter les victimes de la traite des êtres humains. Cela permet à ces groupes d'accélérer la réponse et les soins aux victimes. En outre, MWF est une force de premier plan dans la sensibilisation à travers des projets communautaires, les médias sociaux et son travail avec le gouvernement du Botswana.

Malgré tous ces progrès, des améliorations sont encore possibles, comme le soulignent les normes de la TVPA. Cependant, si les six dernières années sont un indicateur de ce qui est à venir, le Botswana pourrait avoir un avenir sûr et sans esclavage.

– Riley Behlke
Photo: Flickr

*