Tout savoir sur les soins de santé au Congo

Soins de santé au Congo
La République du Congo est l’une des nations les plus riches en ressources et « la moins densément peuplée » d’Afrique. Son économie est fortement dépendante des exportations de pétrole et est vulnérable à la baisse des prix du pétrole et aux crises économiques. Ceci, combiné à son histoire de conflit civil, a entraîné un taux de pauvreté élevé de 52,5% en 2020. En période de déclin économique, un manque de financement gouvernemental a miné les soins de santé au Congo. Cela a entraîné des dépenses personnelles élevées pour la majorité des patients, un manque de professionnels de la santé et une répartition inégale des services de santé. La pression financière du système de soins de santé exacerbe le fardeau des maladies transmissibles du comté, telles que la tuberculose, le paludisme et le VIH. Il a également contribué aux taux élevés de mortalité maternelle et infantile du pays.

Effets des maladies transmissibles

Un défi majeur auquel les soins de santé au Congo sont confrontés est le taux élevé de tuberculose, de paludisme et de VIH. La tuberculose est la principale cause de décès au Congo et un diagnostic précoce est une première étape essentielle pour assurer la réussite du traitement. Pour augmenter les capacités de dépistage de la tuberculose au Congo, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a équipé les villes de Brazzaville et de Pointe-Noire d’appareils de diagnostic GeneXpert, financés par le Fonds mondial.

Livrées en décembre 2021, les machines GeneXpert ont multiplié par huit le taux de dépistage de la tuberculose au Centre antituberculeux de Brazzaville. Dans le passé, les centres antituberculeux au Congo ne pouvaient traiter que les cas les plus critiques en raison des arriérés créés par des machines inefficaces. En augmentant le nombre de diagnostics, les machines GeneXpert se sont révélées être la pierre angulaire de l’élargissement de l’accès au traitement de la tuberculose.

Les machines GeneXpert font partie de la subvention de plus de 64 millions de dollars du Fonds mondial pour renforcer les services de prévention et de traitement de la tuberculose, du paludisme et du VIH au Congo. Mis en œuvre par le PNUD et Catholic Relief Services, les objectifs de la subvention sont triples :

  1. Traiter avec succès 90 % des cas de tuberculose d’ici 2023.
  2. Accroître l’accès au traitement antirétroviral pour les patients infectés par le VIH, avec un accent particulier sur les femmes enceintes.
  3. Fournir 3,5 millions de moustiquaires à travers le Congo d’ici 2023 et accroître l’accès au traitement et au diagnostic du paludisme.

Succès des soins de santé maternelle et infantile

Au cours des deux dernières décennies, le Congo a fait des progrès significatifs dans la réduction des taux de mortalité maternelle et infantile. Le taux de mortalité maternelle est passé de 739 décès pour 100 000 naissances vivantes en 2000 à 378 décès pour 100 000 naissances vivantes en 2017. De même, le taux de mortalité infantile est passé de 106 décès pour 1 000 naissances vivantes en 2000 à 63 décès pour 1 000 naissances vivantes en 2000. 2020.

Pour continuer sur cette trajectoire d’amélioration de la santé maternelle et infantile, en juin 2021, la Banque mondiale a approuvé 50 millions de dollars pour le projet de renforcement du système de santé de Kobikisa. L’objectif du projet est d’améliorer la qualité et la disponibilité des soins de santé maternelle et infantile au Congo parmi les ménages les plus démunis. Grâce au financement de l’Association internationale de développement, l’initiative Kobikisa fournira des services de santé gratuits aux femmes enceintes et à leurs enfants dans 36 districts du pays. Ces services comprennent des traitements pour des maladies telles que le paludisme et la tuberculose et la fourniture de vaccins. En fournissant gratuitement des services de santé essentiels, l’initiative Kobikisa contribuera à alléger le fardeau financier des soins de santé pour des millions de citoyens congolais.

Renforcement des infrastructures sanitaires du Congo

En plus de ces interventions ciblées, le gouvernement central a également commencé à donner la priorité au renforcement des infrastructures de soins de santé au Congo. En 2018, le gouvernement congolais a augmenté son investissement dans les soins de santé de 5% du budget annuel de l’année précédente à 13%.

L’investissement du gouvernement congolais se concentre principalement sur l’amélioration des services de soins primaires et la revitalisation des districts de santé. Lors d’un atelier en septembre 2021, les cadres du ministère de la Santé et de la Population ont reçu un encadrement et les outils nécessaires pour former et encadrer divers professionnels de santé « des 93 aires de santé de la Stratégie opérationnelle 2020-2021 ». La formation des acteurs de la santé au niveau communautaire améliorera non seulement la qualité des soins primaires reçus par les patients, mais élargira également la disponibilité des soins de santé au Congo aux communautés éloignées et rurales qui sont sous-desservies.

Assurer des soins de santé de qualité et abordables au Congo est l’une des pierres angulaires du développement de la nation. S’il reste encore beaucoup à faire, des améliorations sont visibles grâce au soutien de la communauté internationale.

Kaitlyn De Weerd
Photo : Flickr

*

★★★★★