Tout savoir sur la pauvreté menstruelle en Zambie

Période de pauvreté en Zambie
La République de Zambie est un pays enclavé situé en Afrique australe. Plus de 60 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, dont 40 % dans l’extrême pauvreté. Cela rend très difficile l’achat de produits de première nécessité tels que les produits de menstruation. Voici tout ce qu’il faut savoir sur la pauvreté menstruelle en Zambie.

Période Pauvreté

La pauvreté menstruelle est définie par le manque d’accès aux produits menstruels, aux installations d’hygiène, à la gestion des déchets et à l’éducation. L’accès limité à des produits de menstruation sûrs et de haute qualité est un problème auquel de nombreuses personnes qui ont leurs règles et vivent en dessous du seuil de pauvreté sont confrontées dans le monde entier. Les utilisateurs doivent souvent acheter des fournitures périodiques en gros ou fréquemment, ce qui peut les rendre économiquement vulnérables et incapables de se permettre d’autres nécessités. Cela conduit à des choix qu’aucune personne menstruée ne devrait avoir à faire pour savoir si elle peut se permettre d’acheter des produits menstruels ou si elle devra y renoncer pour un autre article essentiel.

Une question de droits humains

À l’échelle mondiale, les gens n’ont pas accès à l’éducation, aux ressources et aux installations pour gérer leurs règles en toute sécurité et avec décence. Souvent, cela peut amener les personnes qui ont leurs règles à s’absenter du travail ou de l’école, ce qui peut avoir des conséquences éducatives et économiques durables sur toute la ligne. La pauvreté menstruelle est une question de droits humains. Les droits de l’homme sont des droits auxquels chaque être humain a droit en vertu de sa dignité. Avec cela, la menstruation est intrinsèquement liée à la dignité humaine. Lorsque les gens ne peuvent pas accéder à des moyens sûrs et efficaces pour gérer leurs menstruations, ils ne peuvent pas avoir leurs règles avec dignité. En conséquence, la pauvreté menstruelle est une violation des droits humains de celles qui ont leurs règles.

Période de pauvreté en Zambie

La pauvreté menstruelle en Zambie est devenue un problème croissant que trop de personnes à travers le pays ont ressenti. Les protections menstruelles non hygiéniques peuvent causer des problèmes de santé majeurs et souvent les écoles, en particulier dans les zones rurales de la Zambie, manquent d’installations adéquates pour pratiquer l’hygiène menstruelle. En conséquence, beaucoup doivent gérer leurs menstruations de manière insalubre. Dans certains cas, des personnes ont même déclaré s’être assises sur des tas de sable pendant leurs règles.

La pauvreté menstruelle en Zambie, cependant, va au-delà de la simple santé, mais peut également avoir des conséquences négatives sur l’éducation, l’égalité des sexes et la productivité. Si un élève manque suffisamment de jours d’école en raison de ses règles, cela peut l’amener à prendre du retard et éventuellement à abandonner. Un bulletin statistique sur l’éducation a révélé que le pourcentage de filles entre la première et la neuvième année qui ont abandonné était estimé à 2,7%, tandis que les garçons de ces années représentaient 1,88%. Cet écart est associé à une gestion menstruelle inefficace et à la stigmatisation des personnes menstruées qui les entourent. Cela montre également le potentiel d’augmentation des inégalités entre les sexes, les garçons restant plus longtemps à l’école. En conséquence, ils auront accès à plus d’opportunités éducatives et économiques à l’avenir. Les serviettes hygiéniques réutilisables, bien qu’elles constituent une solution potentielle à l’achat fréquent de produits d’hygiène menstruelle, ne sont souvent pas abordables pour celles qui en ont le plus besoin.

Quelques bonnes nouvelles

Ces dernières années, il y a eu une augmentation des organisations à but non lucratif, telles que le Programme d’éducation en Afrique, qui s’efforcent de fournir aux personnes qui ont leurs règles des ressources et des produits d’époque. Le programme d’éducation africaine est né d’une cafétéria de lycée en 2002 aux États-Unis et depuis sa création, il s’est fortement concentré sur la santé menstruelle. Aujourd’hui, plus de 700 enfants en Zambie profitent de leurs programmes et ils ont créé le Centre de jeunesse Amos à Kafue, en Zambie. Le but de ce centre est de fournir un espace éducatif sûr et créatif aux étudiants.

Une campagne du programme d’éducation en Afrique intitulée « Réutiliser, se lever, se réjouir » s’efforce de garantir que toutes les personnes qui ont leurs règles aient accès aux produits d’hygiène. Il a collecté des fonds pour offrir à 200 filles en Zambie une visite individuelle de santé menstruelle à domicile, un pack de cinq serviettes hygiéniques réutilisables et une coupe menstruelle en 2020. Le programme continue aujourd’hui de collecter des fonds pour fournir aux filles en Zambie ces ressources menstruelles.

Le gouvernement zambien est également intervenu pour aider à lutter contre le problème de la pauvreté menstruelle en Zambie. En 2016, le gouvernement s’est engagé à allouer davantage de fonds pour garantir que les menstruations ne limitent pas la capacité des Zambiens à aller à l’école. Cependant, les sources externes sont toujours essentielles pour aider à mettre fin à la période de pauvreté en Zambie.

Alors que beaucoup de progrès sont encore nécessaires pour parvenir à une fin complète et équitable de la pauvreté menstruelle en Zambie, des groupes comme le Programme d’éducation africaine offrent de l’espoir pour l’avenir. Un avenir dans lequel le droit d’avoir ses règles est un droit humain universellement reconnu et où toutes celles qui ont leurs règles peuvent le faire avec dignité.

– Emma Cook
Photo : Flickr

*

★★★★★