Systèmes sociaux modernes en Roumanie

systèmes-sociaux-modernes-en-roumanie-une-transition-imparfaite-hors-de-la-dictature
La Roumanie a existé sous le règne du dictateur communiste Nicolae Ceauşescu de 1965 à 1989. Ce régime a maintenu une société très divisée qui a connu de grandes inégalités économiques. Au cours de la transition vers un État post-communiste, la Roumanie a mis davantage l’accent sur la prospérité économique en tant que fondement d’une bonne démocratie, par opposition à des libertés politiques accrues. En raison de changements structurels économiques à grande échelle au cours de cette période de transition, le pays a connu une hyperinflation, la perte de millions d’emplois et une baisse significative des conditions de vie. Cela a entraîné la désintégration sociale et la méfiance, la corruption généralisée, l’augmentation des inégalités et des niveaux élevés de pauvreté. Ces ramifications sont encore visibles aujourd’hui dans les systèmes sociaux modernes en Roumanie, ou leur absence, qui perpétuent un cycle de pauvreté.

Un regard sur le régime de Ceauşescu

L’ère du communisme a vu la Roumanie adopter la politique soviétique, réservant l’autorité ultime au parti communiste. Cela comprenait une concentration sur l’industrie lourde par opposition aux biens de consommation, provoquant une famine massive et des taux de mortalité plus élevés dans le pays. Les citoyens ont fait la queue pour recevoir les produits de première nécessité, comme le pain et le lait, tandis que Ceauşescu a construit le Palais du Parlement, actuellement le deuxième plus grand bâtiment administratif au monde, pour remodeler la capitale nationale. Le tristement célèbre réseau de la police secrète, ou Securitate, a semé la peur et la paranoïa dans le pays, infiltrant presque tous les milieux sociaux pour réprimer toute opposition au parti communiste.

Alors que les privations de ressources devenaient plus courantes et que la pauvreté commençait à toucher les classes privilégiées, les gens devenaient de plus en plus mécontents du régime communiste. La fin de cette ère a été plus violente que tout autre effondrement communiste en Europe de l’Est, l’assassinat des Ceauşescus étant le tournant décisif. Les partis d’opposition faibles et désorganisés qui ont remplacé la dictature ont rendu difficile la transition post-communiste.

La corruption en Roumanie aujourd’hui

La transition économique qui a suivi la chute du communisme en Roumanie a connu de multiples effondrements avec la perte de millions d’emplois. Cela a entraîné des taux de pauvreté et de corruption généralisés. Selon l’indice de perception de la corruption (IPC) 2021 de Transparency International, la Roumanie est l’un des pays les plus corrompus de l’Union européenne avec un score de 45 sur 100, « où[zero] signifie hautement corrompu.

Les systèmes sociaux modernes en Roumanie ne font pas grand-chose pour contrer cela et aggravent plutôt les problèmes. Dans le système judiciaire, les « pots-de-vin et paiements irréguliers » sont monnaie courante pour obtenir des résultats judiciaires favorables. Les scandales de corruption impliquant des juges, l’incohérence des tribunaux et le manque d’expérience avec une économie de marché et d’autres systèmes rendent l’institution judiciaire peu fiable et incroyable. Pour cette raison, la Roumanie applique faiblement ses lois anti-corruption. Les pots-de-vin et les paiements irréguliers vont également vers les services publics, constituant le principal obstacle au maintien d’une administration publique fonctionnelle.

Programmes d’aide sociale

En 2019, la Banque mondiale a signalé que 23,4% de la population roumaine vivait sous le seuil national de pauvreté. En 2015, BBC News a déclaré que la pauvreté touchait de manière disproportionnée la population rom dans plusieurs pays européens, dont la Roumanie. De plus, selon l’UNICEF en 2021, un enfant sur trois en Roumanie est confronté au danger de « pauvreté ou d’exclusion sociale ».

En raison d’une administration publique dysfonctionnelle envahie par la corruption, les programmes d’assistance sociale sont faibles et difficiles d’accès. Plusieurs programmes accordent une assistance égale, que l’on soit riche ou pauvre, permettant à certains de profiter de ce système. Le manque d’attention directe à ceux qui sont dans le besoin, en plus des procédures bureaucratiques non transparentes, empêche ces programmes de fournir une aide réelle.

La principale stratégie de la Roumanie dans la lutte contre la pauvreté des enfants a été « les allocations familiales et autres prestations sociales, combinées à des investissements dans les infrastructures et à la promotion du développement économique et de l’emploi », a déclaré l’UNICEF. Cependant, ces investissements n’ont pas eu d’impact significatif sur les taux de pauvreté des enfants. Les allocations en espèces ne sont pas une solution durable aux autres défis auxquels sont confrontées les familles vulnérables, notamment l’éducation inférieure à la moyenne, l’abandon des enfants et les taux élevés de mortalité infantile.

Solutions

Des organisations à but non lucratif telles que Freedom House et l’UNICEF travaillent en permanence pour soutenir les mesures de lutte contre la corruption et d’assistance sociale à l’échelle mondiale. Freedom House a publié des rapports annuels et des statistiques analysant le cadre judiciaire roumain, la corruption et la société civile parmi de nombreux autres sujets, fournissant les critiques nécessaires pour catalyser le changement.

L’UNICEF a mis en place la solution du Paquet minimum de services (MPS) en Roumanie pour aider à réduire les taux de pauvreté des enfants. Ce programme fait désormais partie de la loi sur l’aide sociale et garantit le droit de chaque enfant à des services de « santé, nutrition, éducation [and] protection. » Depuis son lancement, le MPS a réduit la pauvreté des enfants de 30 % à presque zéro dans certaines communautés, en s’attaquant à des problèmes tels que « la violence, les grossesses précoces [and] maladies évitables » grâce à la collaboration « d’au moins un travailleur social et une infirmière communautaire » avec des conseillers scolaires ainsi que des visites à domicile et du travail de proximité.

Regarder vers l’avant

La transition imparfaite de plus de deux décennies de dictature en Roumanie a ouvert la voie aux problèmes actuels auxquels la nation est aux prises. Les systèmes sociaux modernes en Roumanie créent des barricades qui empêchent une véritable assistance d’atteindre ceux qui en ont besoin. Cela perpétue la pauvreté et entretient la corruption. Ces ramifications sont visibles dans tous les aspects de la société et affectent les citoyens des jeunes aux moins jeunes. Par conséquent, une intervention est nécessaire pour réformer ces systèmes, prévenir la corruption, continuer à dépasser le régime de Ceauşescu et réduire la pauvreté.

Kimberly Calugaru
Photo : Flickr

*

★★★★★