Systèmes alimentaires au Sri Lanka

Systèmes alimentaires au Sri Lanka
Les systèmes alimentaires du monde entier doivent s’adapter à un nombre croissant de défis ; une population croissante, des insuffisances de la chaîne d’approvisionnement et une pression écrasante sur l’environnement qui en soi perturbe les récoltes et la croissance des cultures. Les systèmes alimentaires au Sri Lanka connaissent des pénuries majeures ces dernières années en raison de la mauvaise gestion du gouvernement et d’une transition ratée vers l’agriculture biologique, ainsi que de conditions économiques paralysantes et d’une dette extérieure croissante. La sécurité alimentaire des populations est une préoccupation croissante.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a fait état d’environ 6,3 millions de personnes, soit près de 30 % de la population qui connaîtrait une insécurité alimentaire aiguë modérée à sévère en septembre 2022. Cela fait suite à de mauvaises récoltes successives et à une limitation des importations de céréales alimentaires en tant que conséquence de la dépréciation de la monnaie et de la hausse des prix des biens.

Les importations représentent 22% de la consommation alimentaire du pays. Auparavant autosuffisante dans la production de riz, de viande, de poisson, d’œufs et de fruits et légumes, les mauvaises récoltes ont rendu les approvisionnements nationaux insuffisants, obligeant le Sri Lanka à importer pour 450 millions de dollars de riz, malgré une hausse d’environ 50 % du prix de la culture de base. . Maintenir un régime alimentaire nutritif est devenu de plus en plus difficile pour le ménage moyen alors que l’inflation monte à 57,4 % et que les revenus baissent.

Comment cela s’est passé

On peut attribuer les mauvaises récoltes aux impacts environnementaux et à la politique gouvernementale. L’ancien président Gotabaya Rajapaksa a imposé en avril 2021 une interdiction nationale des engrais et pesticides synthétiques dans le but de faire passer le secteur agricole sri-lankais aux méthodes de production biologique. Cela a été réalisé sans période d’intégration, ordonnant effectivement à 2 millions d’agriculteurs du pays de passer au bio du jour au lendemain.

Alors que la notion d’agriculture biologique est séduisante par les avantages environnementaux qu’elle offre, l’utilisation d’engrais de synthèse atteint une régularité de rendement difficilement reproductible. Par conséquent, depuis l’imposition de l’interdiction, la production de riz de Sri Lanka a considérablement diminué.

Le change a ressenti les inconvénients économiques de cette politique après que la production de thé a été touchée et que les revenus d’exportation du Sri Lanka ont diminué, affaiblissant une industrie clé qui emploie de nombreuses personnes dans les zones rurales. La baisse significative de la production agricole a plongé de nombreux agriculteurs sri-lankais dans la pauvreté.

Une telle modification intrinsèque de la nature de la production et des opérations des systèmes alimentaires au Sri Lanka nécessite des programmes d’éducation pour initier les agriculteurs à des méthodes alternatives de croissance des cultures. Malheureusement, Sri Lanka n’a pas pris de telles mesures.

Suite au tollé général, en octobre 2021, le gouvernement est revenu sur son interdiction des engrais synthétiques. Malgré cela, la hausse mondiale des prix a vu les agriculteurs lutter pour se permettre d’importer des engrais, ce qui a entraîné des pénuries continues de récoltes et de nourriture.

Le besoin de durabilité dans l’agriculture est irréfutable ; pour la réalisation de divers ODD ainsi que la santé du consommateur. Une approche progressive, parallèlement à un cadre holistique, réévaluant tous les secteurs et parties prenantes impliqués sera nécessaire pour garantir que les communautés vulnérables bénéficient des niveaux de subsistance requis.

Solutions

Pour limiter les effets des pénuries actuelles, les ONG et les gouvernements étrangers envoient activement des colis de fonds ciblant les communautés vulnérables et les systèmes alimentaires sri-lankais.

En septembre 2022, l’ambassade des États-Unis a annoncé un paquet d’une valeur de 40 millions de dollars pour fournir aux agriculteurs sri-lankais les engrais nécessaires à la reprise de la croissance des cultures. Une étape cruciale pour relancer le secteur agricole. L’ambassade a également annoncé un programme d’une valeur de 20 millions de dollars pour répondre aux besoins humanitaires immédiats à travers le pays, en se concentrant sur les groupes les plus touchés par les pénuries, notamment les femmes enceintes et les enfants.

Le PAM a lancé un appel de fonds d’urgence de 63 millions de dollars au début de l’année pour approvisionner les personnes les plus touchées par la crise, notamment les groupes vulnérables, les femmes enceintes et les enfants. Il vise à offrir des bons alimentaires pour aider à couvrir les dépenses et fournir une nutrition d’urgence et des repas scolaires jusqu’à la fin de l’année.

L’Australie a été le premier pays à répondre à l’appel du PAM, dont le Sri Lanka a reçu en septembre un don de riz d’une valeur de 15 millions de dollars. Le gouvernement australien a prévu que d’autres dons de riz et d’huile de cuisine soient expédiés au Sri Lanka dans les mois à venir.

Beaucoup ont faim et comptent beaucoup sur une récolte réussie dans la saison à venir. Cependant, avec les mesures en place, une certaine pression sur le secteur agricole et les systèmes alimentaires au Sri Lanka est soulagée, et les besoins immédiats des groupes les plus vulnérables reçoivent une attention.

–Bojan Ivancic
Photo : Flickr

*

★★★★★