Catégories
Solidarité et entraide

Succès de la Suède: le pays sans verrouillage

Succès de la Suède: le pays sans verrouillageLorsque le COVID-19 a frappé le monde, la Suède n'a pas fermé ses frontières. Au lieu de cela, ils ont choisi de suivre les directives de santé et de sécurité standard. Bien que les magasins, les écoles et les commerces soient restés ouverts et que les masques soient à peine portés, de nombreux Suédois sont restés chez eux. La Suède compte désormais un peu plus de 100 000 cas au total avec des flambées survenues au début de l'année, un millier de décès dans les maisons de retraite et une perte de 7% de ses habitants. Les raisons du succès de la Suède sont multiples. Cela est dû à densité de population plus faible, respect des directives relatives à la distance sociale et tests précoces. Même avec ces choses positives, le nombre de morts assombrit encore une expérience autrement phosphorescente.

Pauvreté et COVID-19

Sans surprise, la pauvreté est corrélée à une mortalité Covid-19 plus élevée. Une étude suédoise a affirmé que les hommes à faible revenu, peu scolarisés, célibataires et immigrants couraient un risque plus élevé de décès par COVID-19. Les hommes des premier et deuxième tertiles du revenu disponible sont cinq fois plus susceptibles de mourir. Ils aussi éprouver une mortalité 80% plus élevée, que ceux du tertile supérieur. Cela est vrai pour les immigrés originaires de pays à revenu faible ou intermédiaire, qui ont une mortalité 2,5 fois plus élevée chez les hommes et 1,5 fois plus élevée chez les femmes, par rapport à ceux nés en Suède. Les immigrants sont deux fois plus susceptibles de mourir que les autochtones.

Par conséquent, l'inégalité des revenus et la pauvreté des enfants ont augmenté, selon l'expert en pauvreté Radda Barnen de Save the Children. Environ 10%, 186000 enfants, vivent dans la pauvreté en Suède. Dans son œuvre de charité auprès des pauvres, Barnen affirme que la pauvreté n'a fait qu'empirer leurs conditions de vie. Ceci est particulièrement vrai pour les migrants sans papiers, qui partagent des foyers, ce qui entraîne une maladie à l'étroit et qui se propage rapidement. Il est communément déclaré que le COVID-19 ne fait pas de discrimination, mais à la lumière de cette recherche, c'est faux. Le virus fait de la discrimination. Les plus vulnérables ont les pires chances.

Sida

En termes d'aide, la Suède a fourni des mesures fiscales à ses citoyens. Par exemple, 264 millions de SEK ont été alloués à la récupération. En outre, SIDA, l'Agence suédoise de coopération internationale au développement, a fourni 1,25 milliard de SEK pour l'aide aux virus. SIDA a également aidé les agriculteurs à continuer à gagner leur vie, car la plupart des régions dépendent du commerce. Par le biais du programme du Fonds international de développement agricole (FIDA), Rural Poor Stimulus, SIDA a donné 30 millions de SEK pour cette année et 20 millions l'année prochaine.

D'autres pays admiraient et critiquaient la Suède approche du COVID-19. La Suède a peut-être dépassé le Danemark, la Norvège et la Finlande sur le bilan des morts. Cependant, le succès de la Suède se traduit par une mortalité encore plus faible qu’au Royaume-Uni, en Espagne et en Belgique. Même avec un verrouillage, les personnes âgées dans les maisons de soins souffrent encore, ont observé les experts. Un verrouillage ne diminue pas la mortalité due au virus, ce qui est évident si l’on compare l’expérience du Royaume-Uni à celle d’autres pays européens.

Shelby Gruber

Photo: Flickr

*