Succès dans la réduction de la violence domestique au Nicaragua

  violence domestique au NicaraguaLa violence domestique est un problème mondial qui touche une femme sur trois dans le monde. Les Nations Unies définissent la violence domestique comme « un modèle de comportement dans toute relation qui est utilisé pour gagner ou maintenir le pouvoir et le contrôle sur un partenaire intime ». Les abus peuvent être sexuels, émotionnels, physiques, économiques ou psychologiques. Afin de défendre les droits des femmes, il est important de lutter contre la violence domestique au Nicaragua.

Violence domestique et pauvreté

Les données indiquent que les femmes vivant dans la pauvreté sont plus à risque d’être maltraitées. Les femmes qui gagnent moins de 10 000 $ par an subissent des violences conjugales à un taux « cinq fois plus élevé » que les femmes qui gagnent plus de 30 000 $ par an. En effet, les femmes appauvries dépendent souvent financièrement de leurs agresseurs et manquent de perspectives financières, ce qui les rend plus vulnérables aux abus, car les agresseurs exploitent cette dépendance en sachant qu’il existe peu d’options d’évasion.

En revanche, les victimes disposant de suffisamment de ressources pour trouver un abri et répondre à leurs besoins essentiels sont plus indépendantes et, par conséquent, sont beaucoup plus susceptibles d’échapper aux situations de violence domestique. Par cette logique, un lien clair existe entre la pauvreté et la violence domestique. Bien que, même dans les pays les plus riches comme les États-Unis, la violence domestique soit répandue, avec près d’un quart des femmes aux États-Unis victimes de violence domestique.

Étant donné que les taux de pauvreté élevés sont généralement associés à des taux élevés de violence domestique, certains s’attendraient à une crise de la violence domestique dans un pays à faible revenu comme le Nicaragua. Le Nicaragua est le deuxième pays le plus pauvre des Amériques, juste après Haïti, avec près de 30% de la population nicaraguayenne vivant sous le seuil de pauvreté en 2014. Le taux de violence domestique au Nicaragua était de 55% en 1995, mais le pays a fait des progrès significatifs la violence domestique diminuant à 28 % en 2016. En outre, « le Nicaragua a le taux de féminicides le plus bas d’Amérique centrale (0,7/100 000) selon la Commission économique des Nations Unies pour l’Amérique latine (CEPALC).

Actions pour réduire la violence domestique

En 2007, une nouvelle législation a mandaté « une représentation égale garantissant qu’au moins 50 % des fonctions publiques soient occupées par des femmes ». En conséquence, le Nicaragua a le taux le plus élevé de « femmes occupant des postes ministériels en Amérique latine » avec 56,25% et les femmes représentent 46% de la législature.

En plus de cela, les campagnes et les campagnes en cours du Nicaragua visent à lutter contre les cultures de violence à l’égard des femmes dans le pays. Ces campagnes impliquent également de promouvoir la participation des hommes aux tâches ménagères et domestiques, de réduire les cultures masochistes de la société et de donner aux femmes les moyens de mettre fin à la «dépendance économique et sociale des hommes» et d’arrêter les cycles de violence domestique.

Le programme Zero Usury vise à autonomiser les femmes en leur accordant une indépendance financière. Pour ce faire, le « gouvernement nicaraguayen a accordé des prêts à faible taux d’intérêt à » plus de « 900 000 femmes au cours des 14 dernières années pour leur permettre de créer de petites entreprises dans les zones urbaines ».

En 2012, le Nicaragua a adopté la loi globale contre la violence à l’égard des femmes. La loi a mandaté la création de « la commission nationale interinstitutionnelle de lutte contre les violences faites aux femmes, aux enfants et aux adolescents, composée de 17 institutions étatiques, avec des branches départementales et municipales ».

Le modèle de prise en charge globale des femmes, également créé en 2012, garantit que chaque victime de violence domestique aura accès à des soins et à une justice appropriés en menant des enquêtes appropriées pour chaque cas et en indemnisant les victimes. Le mécanisme vise à défendre les droits des enfants et des femmes « à vivre dans la dignité et à l’abri de la violence ».

Regarder vers l’avenir

Le Nicaragua fait également partie de la campagne du Secrétaire général des Nations Unies Tous UNiS pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes, dans le but d’éradiquer « la violence à l’égard des femmes d’ici 2030 ». Pour s’aligner sur cet objectif, le Nicaragua s’engage à mettre en œuvre une « série de mesures politiques, législatives et administratives pour éradiquer la violence à l’égard des femmes et des filles », entre autres efforts.

Le Nicaragua est un exemple phénoménal pour le monde en matière de violence domestique car il montre qu’un pays peut réduire ses taux de violence en investissant dans des programmes d’autonomisation des femmes et une législation qui lutte pour l’égalité des sexes et la protection des femmes.

– Noya Stessel
Photo : Flickr

*

★★★★★