Soutien des États-Unis à l’utilisation humanitaire de la technologie nucléaire

Utilisation humanitaire de la technologie nucléaire
Signé en 1968 et mis en œuvre en 1970, le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) a été une force durable et positive dans la réglementation internationale des armes nucléaires et a mis en avant l’utilisation humanitaire de la technologie nucléaire. Depuis sa conception, les États-Unis se sont non seulement engagés à respecter les conditions initiales du traité, mais aussi à étendre leurs efforts grâce au soutien d’organisations telles que l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et la Fondation civile pour la recherche et le développement (CRDF). La poursuite du développement des techniques nucléaires dans l’agriculture, la préservation de l’environnement et la médecine contribuent toutes à améliorer les conditions de vie et à réduire la pauvreté dans les pays moins développés.

Historique du soutien américain

Depuis que le traité est entré en vigueur en 1970, les parties concernées se sont réunies tous les cinq ans pour discuter de son renouvellement jusqu’à ce qu’il soit prolongé indéfiniment lors de la Conférence d’examen et de prorogation du TNP de 1995. Il a été largement efficace, les stocks d’armes nucléaires ayant chuté de 88 % aux États-Unis et de 80 % dans le monde depuis 1986.

Cependant, ce n’est que plus récemment que les membres du TNP ont commencé à travailler plus vigoureusement dans leurs efforts pour aider à atteindre les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies. Bien que l’utilisation humanitaire de la technologie nucléaire soit au cœur du TNP depuis sa création, l’AIEA a lancé en 2010 l’Initiative d’utilisation pacifique (PUI) comme moyen de générer encore plus de financements à l’appui de ces objectifs. Les États-Unis sont le principal contributeur au PUI, faisant don de 395 millions de dollars à l’initiative depuis 2015 et promettant 50 millions de dollars supplémentaires sur cinq ans en novembre 2020.

Enfin, lors de la dernière conférence du TNP en août 2022, les États-Unis et 29 autres pays ont donné 3,9 millions de dollars pour lancer le « Dialogue soutenu sur les utilisations pacifiques » et ont délégué ses opérations au CRDF.

Réussir à réduire la faim et à améliorer la qualité de vie

La technologie nucléaire peut profiter à l’humanité d’une myriade de façons. Les scientifiques ont fait de grands progrès dans l’augmentation des rendements de la production agricole. En utilisant diverses techniques, ils ont découvert des moyens de rendre les cultures plus robustes et plus résistantes, de maximiser l’efficacité de l’utilisation de l’eau, de réduire les populations d’espèces d’insectes envahissants qui tuent les cultures, de nettoyer les cultures par irradiation et de diagnostiquer le bétail avec des maladies dangereuses. Il a également été très utile pour comprendre et protéger l’environnement et, bien sûr, la médecine.

Divers gouvernements et organisations à travers le monde ont pu mettre en œuvre des technologies comme celles-ci grâce au financement américain. Par exemple, plus de 8,4 millions de dollars que les États-Unis ont versés au fonds PUI ont aidé les autorités vietnamiennes à combattre une épidémie de peste porcine dans leur bétail en utilisant la technologie nucléaire. Un autre exemple est en 2017 lorsque l’AIEA a utilisé 6 millions de dollars de fonds soutenus par les États-Unis pour développer des cultures plus riches en nutriments afin de réduire la malnutrition en Sierra Leone. De plus, en mars 2019, 4,3 millions de dollars de soutien américain ont été consacrés au développement de l’hydrologie isotopique, une technique de coupe qui « permet aux experts nationaux d’identifier et d’évaluer la disponibilité des ressources en eaux souterraines ». Ce ne sont là que quelques-unes des façons dont le soutien américain a contribué à la prolifération de l’utilisation humanitaire de la technologie nucléaire.

Avoir hâte de

La coopération internationale pour développer davantage l’utilisation pacifique de la technologie nucléaire est essentielle dans la lutte contre la pauvreté, et le soutien financier des États-Unis est essentiel pour que des organisations comme l’AIEA et le CRDF continuent d’innover et de mettre en œuvre ces solutions.

– Xander Heiple
Photo : Flickr

*

★★★★★