Siège des cartels : les effets du crime organisé au Mexique

Crime organisé au MexiqueLes autorités mexicaines se précipitent pour intervenir contre les récentes vagues de violence liées aux cartels qui balayent le pays. Alors que le crime organisé au Mexique constitue une menace sérieuse pour la sécurité nationale, pour ses citoyens appauvris, beaucoup considèrent les cartels comme des tickets d’or potentiels pour sortir de la pauvreté.

Récentes vagues de violence

Le 17 août 2022, le Département d’État américain a émis des avertissements de voyage pour plusieurs villes mexicaines alors que d’intenses vagues de violence liée aux cartels ont éclaté dans plusieurs villes au cours de la deuxième semaine d’août. L’épidémie de brutalité du cartel a commencé le 9 août dans les villes de Jalisco et de Guanajuato lorsque les autorités mexicaines ont appréhendé un chef du Jalisco New Generation Cartel (CJNG). En réponse, les membres de gangs ont riposté, plongeant les villes dans l’anarchie en mettant le feu aux voitures et aux entreprises.

Un autre incident s’est produit le 11 août à Ciudad Juárez lorsqu’une rencontre en prison entre deux gangs rivaux, Los Chapos et Los Mexicles, a dégénéré en chaos généralisé. Le désordre s’est déversé dans la ville où des membres de Los Mexicles ont agressé des civils à proximité et brûlé des établissements locaux, faisant 11 morts. Le lendemain, la ville frontalière de Tijuana a été témoin d’un afflux d’environ 30 véhicules incendiés et de blocages le long des autoroutes par le CJNG.

La pauvreté comme outil de recrutement pour les groupes criminels organisés

Le gouvernement mexicain mène une guerre contre le crime organisé depuis 2006. La longue et coûteuse histoire de cette lutte contre les cartels a touché des milliers de citoyens mexicains. Les cartels mexicains sont devenus l’un des principaux trafiquants de drogue de cocaïne, de marijuana et d’autres substances illicites aux États-Unis. Ce sont leurs activités qui font des cartels et du crime organisé un risque pour la sécurité.

Considérer le crime organisé au Mexique uniquement comme un risque pour la sécurité nationale ne tient pas compte des facteurs sous-jacents qui contribuent à la force et à la croissance globale du cartel. De nombreux universitaires et analystes considèrent le «phénomène» des gangs comme incroyablement diversifié, avec un nombre croissant de personnes enracinées dans l’exploitation des membres vulnérables de la société, y compris la jeunesse mexicaine.

Dans une analyse menée pour comprendre les groupes criminels liés aux jeunes, les groupes sont définis comme des tentatives impromptues des adolescents pour établir un environnement qui répond mieux à leurs besoins où « ils peuvent exercer les droits que leur famille, leur gouvernement et leurs communautés ne leur offrent pas ». À la base de cette analyse se trouve la reconnaissance de la pauvreté des jeunes au Mexique. Les adolescents prennent les choses en main pour atténuer les terribles symptômes de la pauvreté. Ce faisant, ils s’aliènent davantage de la société et se retrouvent dans un cycle d’exclusion sociale de la pauvreté et de marginalisation supplémentaire due à une affiliation à des cartels.

Près de la moitié des jeunes mexicains de moins de 20 ans sont pauvres. Parmi ceux qui vivent dans la pauvreté, environ 76 % connaissent l’exclusion sociale. Alors que le Mexique est un État économique en croissance constante, la pauvreté reste une disparité fondamentale. Les symptômes de la pauvreté au Mexique comprennent l’inaccessibilité à l’éducation, aux soins de santé, à la sécurité alimentaire et au logement. Bien que les gangs soient stigmatisés par la société, lorsqu’ils sont confrontés à l’adversité d’un âge aussi jeune et vulnérable, les cartels attirent les populations de jeunes pour remédier à leurs situations socio-économiques désastreuses.

Le crime organisé au Mexique affecte les jeunes pauvres et la vie des citoyens. Les cartels locaux au Mexique et dans la grande Amérique latine extorquent les communautés et les entreprises, entravant davantage les opportunités économiques pour les membres vulnérables de la société. Les politiques centrées sur les fondements socio-économiques de la culture du cartel sont essentielles pour atténuer la violence et l’activité globale liées au crime organisé.

Réponse et efforts du gouvernement

En 2008, les autorités mexicaines, en coordination avec le gouvernement américain, ont promulgué l’Initiative Merida, un programme qui reconnaît la double responsabilité des deux États dans la lutte contre le crime organisé au Mexique. L’initiative fonctionne sur quatre objectifs principaux.

  1. Limiter le pouvoir des groupes criminels organisés via une réduction systémique des « revenus du commerce de la drogue en interdisant les drogues, en arrêtant le blanchiment d’argent, en réduisant la production et en démantelant les organisations criminelles ».
  2. Améliorer la portée des institutions judiciaires et d’application de la loi pour « maintenir l’état de droit et soutenir les efforts du gouvernement mexicain pour promouvoir la responsabilité, le professionnalisme et l’intégrité ».
  3. Favoriser des industries bien fondées (et légales) tout en contrant le «flux illicite de drogues, de personnes, d’armes et d’argent».
  4. Soutenir le système de justice pénale mexicain et les communautés locales en faisant progresser les initiatives en matière de droits de l’homme, les libertés civiles et «la mise en œuvre de programmes qui engagent les jeunes dans leurs communautés, renforcent la confiance de la communauté dans les institutions publiques et réduisent la demande de drogue et la toxicomanie…»

La Commission économique pour l’Amérique latine (ECLA ou CEPAL) opère aux côtés d’autres nations d’Amérique latine pour construire un progrès socio-économique efficace et durable. Des investissements supplémentaires dans des établissements d’enseignement solides, des programmes de sensibilisation des anciens membres de gangs, des ressources de perfectionnement professionnel, des programmes de réadaptation et des services de conseil sont des étapes préliminaires essentielles pour réduire l’implication globale dans les cartels.

Avec l’aide du gouvernement américain et des acteurs non étatiques, poursuivre ses efforts pour réduire le crime organisé au Mexique et améliorer les moyens de subsistance de ses citoyens.

Ricardo Silva
Photo : Unsplash

*

★★★★★