Sensibilisation à la traite des êtres humains au Panama

5 étapes progressives vers la sensibilisation à la traite des êtres humains au PanamaAu cours des cinq dernières années, il y a eu de nombreux cas de traite des êtres humains dans tout le Panama. La traite des êtres humains fait référence à l’utilisation de la fraude ou de la coercition afin d’obtenir un certain type de travail ou d’acte sexuel commercial d’une victime. La plupart des victimes de la traite au Panama sont des femmes d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale, exploitées à des fins sexuelles. Cependant, les enfants et les hommes sont aussi des victimes.

Des hommes d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale, de Chine et du Vietnam sont contraints de travailler dans la construction, l’agriculture, l’exploitation minière et la restauration. Les enfants sont principalement utilisés pour la servitude domestique et l’exploitation sexuelle. Les tactiques utilisées comprennent la servitude pour dettes, les fausses promesses et les menaces de signaler l’immigration illégale. Ces dernières années, la police a signalé que certains trafiquants ont même utilisé des substances illégales comme moyen d’acquérir des victimes. Vous trouverez ci-dessous cinq efforts pour lutter contre les problèmes posés par la traite des êtres humains.

  1. ONUDC: L’ONUDC, ou Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, opère en Amérique centrale et dans les Caraïbes pour fournir aux États membres une assistance technique dans la lutte contre la criminalité grave et organisée. Fin janvier 2020, l’ONUDC s’est associé au Secrétariat général de la Commission nationale contre la traite des personnes pour organiser un petit-déjeuner informatif au Panama afin de partager ses progrès et ses défis. L’événement a également invité des personnes à offrir leur soutien et leur financement par le biais de l’Unité d’identification et de prise en charge des victimes de la traite des personnes. Il y a de l’espoir que grâce à des événements comme celui-ci, le gouvernement du Panama continuera à faire des développements et des progrès pour mettre fin à la traite des personnes. Il reste à espérer que ces efforts inspireront également davantage de bénévolat de la part de ceux qui souhaitent lutter contre le crime.
  2. Secrétariat National de l’Enfance, de l’Adolescence et de la Famille: En 2019, le Panama s’est efforcé de réduire la probabilité et l’importance du travail des enfants dans tout le pays. L’un de ces efforts comprenait la mise en place du Secrétariat national de l’enfance, de l’adolescence et de la famille (SENNIAF). Cette agence effectue des inspections pour identifier les enfants victimes de pratiques de travail des enfants. Des refuges pour les victimes de la traite, ainsi que des plans de prise en charge pour les enfants qui étaient auparavant utilisés comme enfants travailleurs, sont également disponibles par l’intermédiaire de cette agence.
  3. Réformes du droit: En 2011, le gouvernement du Panama a promulgué la loi 79. La loi traite de la traite des personnes et des activités connexes, fournissant ainsi le cadre législatif concernant la traite des êtres humains. La loi vise à assurer aux victimes le respect de leur statut. L’étape initiale de ce processus exige que les fonctionnaires signalent immédiatement à la police s’ils pensent qu’une personne peut être victime de la traite des êtres humains, comme indiqué à l’article 44. Une fois qu’une personne est confirmée comme étant une victime de la traite, l’article 47 stipule que la personne est autorisée à rester dans le pays pendant au moins 90 jours afin que la victime se rétablisse à la fois physiquement et émotionnellement. La disposition la plus importante mise en œuvre par le gouvernement se trouve probablement dans l’article 37. La partie affirme qu’aucune victime de la traite des êtres humains ne peut être détenue, accusée ou traitée pour être entrée illégalement dans le pays.
  4. L’organisation internationale de la migration: Basée au Panama, l’OIM s’efforce de soutenir les efforts du gouvernement panaméen pour élaborer et mettre en œuvre des plans visant à prévenir, enquêter et poursuivre les crimes liés à la traite, tout en protégeant les victimes. Dans le cadre de la Journée mondiale annuelle contre la traite des personnes le 30 juillet 2021, l’OIM a organisé un panel sur la sensibilisation, la protection des victimes et la prévention du crime. L’événement a réuni des autorités gouvernementales et des membres de la société civile. Son objectif principal était d’analyser les avancées et les défis liés à la question de la traite, ainsi que de développer une perspective des droits de l’homme pour la protection des victimes de la traite.
  5. Initiatives de district sans travail des enfants: Le gouvernement du Panama a créé des accords contre le travail des enfants tels que le SENNIAF énumérés ci-dessus. Grâce aux efforts déployés par ces agences, le Panama a connu une augmentation des identifications de victimes, ainsi que de la formation et de la sensibilisation au problème parmi sa population.

Trois améliorations clés

À la suite de bon nombre de ces efforts, les améliorations suivantes ont eu lieu.

  • Une formation sur le travail des enfants a été dispensée à 105 responsables de l’application des lois, 55 procureurs et 21 autorités du tourisme.
  • Une ONG locale a identifié 1 497 cas de travail des enfants en 2019. Parmi les cas, 1 444 ont reçu des soins, des bourses et des suivis d’un programme de 3 ans en ce qui concerne le travail académique.

  • L’Inspection du travail a effectué 945 inspections pour le travail des enfants.

Le chemin à parcourir

Bien que de nombreux progrès aient été réalisés dans l’élimination de la traite des êtres humains au Panama, il reste encore du travail à faire pour voir une élimination définitive des cas. Un moyen clé de travailler sur l’élimination du problème consiste à faire connaître le problème aux autres ; la traite des êtres humains n’est pas différente. Grâce au travail de nombreuses organisations et agences, le Panama a connu une augmentation de la connaissance de la question, et le gouvernement garde l’espoir que la traite ne persistera plus.

– Nia Hinson
Photo : Flickr

*

★★★★★