Sécurité financière pour les pauvres en Inde

NOTE DE LA RÉDACTION : Ce contenu honore le travail historique de Compassion en Inde. Bien que nous n’ayons plus de programme de parrainage en Inde, nous sommes reconnaissants pour les vies changées et le travail significatif accompli grâce à nos sponsors et donateurs au cours de nos près de 50 ans là-bas. Pour une explication détaillée de la fin de notre programme de parrainage en Inde, veuillez visiter : compassion.com/india-update.


En ce siècle d’innovation et de percées technologiques, il est difficile d’imaginer ne pas avoir accès à un compte bancaire, à une source de crédit, à une assurance maladie ou à un endroit sûr pour garder notre argent durement gagné. Mais c’est une réalité quotidienne pour la majorité des personnes vivant dans des pays en développement comme l’Inde.

Quarante-deux pour cent de la population indienne n’a pas de compte bancaire ; dans les zones rurales, c’est 61 pour cent.

La pauvreté, l’analphabétisme, le manque de connaissances sur les services bancaires et financiers et les programmes de protection sociale du gouvernement continuent de maintenir la population rurale de l’Inde hors de la carte économique du pays. Ce n’est pas parce que les banques ne sont pas disponibles dans les zones rurales, mais parce que les banques sont incapable pour traiter les candidatures de ces personnes en raison d’une documentation insuffisante.

Par conséquent, la plupart des familles stockent leurs revenus sous des matelas ou dans des conteneurs, d’où ils peuvent être facilement volés ou emportés pour être dépensés dans des choses inutiles.

Sécurité financière pour les pauvres dans le quartier de l'Inde

La majorité des personnes qui vivent dans la pauvreté ont recours à des sources de crédit peu fiables, telles que les chit funds (une sorte d’épargne pratiquée en Inde) pour protéger leur argent durement gagné. Ils utilisent également des prêteurs locaux pour obtenir des prêts pour divers besoins, tels que l’agriculture, les soins de santé, les crises familiales, les mariages et les célébrations.

Le prêt d’argent est une pratique dans les villages indiens qui existe depuis des siècles. En raison du manque de services financiers dans les villages, les petits agriculteurs se tournent vers les prêteurs locaux, qui facturent des taux d’intérêt élevés qui varient d’un prêteur à l’autre. Si leurs récoltes échouent ou s’ils ont une faible production, les agriculteurs doivent quand même rembourser les prêts qu’ils ont contractés. De nouveaux prêts consentis par les agriculteurs pour la culture de l’année suivante les entraînent davantage dans l’endettement.

Alors que ce cycle se poursuit année après année, il entraîne lentement ces agriculteurs dans un cercle vicieux d’endettement dont ils ne parviennent jamais à se remettre. De telles situations ont provoqué plusieurs décès suicidaires dans le secteur agricole indien au cours des dernières années.

Dans une économie émergente comme celle de l’Inde, l’inclusion financière est essentielle au progrès national. L’inclusion financière implique à la fois l’accès aux produits financiers et la connaissance de leur équité et de leur transparence. Pourtant, en raison d’un manque d’informations et de compréhension adéquates sur les secteurs financier et bancaire, les marginalisés restent souvent laissés pour compte.

Sécurité financière pour les pauvres en Inde femme

En 2014, pour remédier à la disparité financière en Inde et inclure les ménages ruraux dans les services bancaires, le Premier ministre indien, Narendra Modi, a lancé un plan ambitieux intitulé « Pradhan Mantri Jan Dhan Yojana » (PMJDY) ou « Plan de richesse du peuple du Premier ministre ». ‘ Ce plan visait à connecter les citoyens les plus pauvres du pays avec des comptes bancaires et des services bancaires associés, pour les aider à atteindre la liberté économique.

Surya est un partenaire local d’un Compassion Child Development Centre (CDC) dans la province occidentale d’Odisha. Peu de temps après la mise en service du plan PMJDY en 2015, Surya a organisé une réunion avec l’équipe consultative du CDC, les parents des enfants du programme et les résidents de la communauté. Lors de cette rencontre, les parents ont pris connaissance du nouveau régime et de ses différents avantages.

Ces avantages comprennent une facilité de solde zéro, une couverture d’assurance-vie de 30 000 roupies indiennes, une couverture d’assurance accident gratuite de 100 000 roupies, une facilité de carte de débit et un transfert d’argent facile partout en Inde. Le titulaire du compte pouvait également contracter un prêt de 5 000 roupies auprès de la banque six mois après l’ouverture du compte.

Cours sur la sécurité financière des pauvres en Inde

« Le PMJDY est une bonne initiative ; il a ouvert plusieurs opportunités pour les parents de nos bénéficiaires qui, autrement, dépendent principalement des prêteurs sur gages et qui sont souvent exploités par eux », déclare Surya.

Au cours de la réunion, Surya a exhorté chaque participant à prévoir un avenir radieux avec la liberté économique, qui pourrait devenir une réalité pour eux et changer la trajectoire de leur vie. Il les a en outre encouragés à profiter de cette opportunité et à ouvrir des comptes bancaires à leur nom, car cela pourrait les aider à puiser dans les ressources et les programmes sociaux du gouvernement à l’avenir.

Après la rencontre avec plus de 200 participants, 160 parents se sont manifestés et ont donné leurs noms pour ouvrir des comptes bancaires. La présence du CDC dans la communauté et les résultats des programmes de Compassion ont valu au partenaire local l’appréciation des responsables gouvernementaux au niveau du village et du district.

Longue file d'attente pour la sécurité financière des pauvres en Inde

Avant la mise en place du plan PMJDY, l’ouverture d’un compte bancaire n’était pas facile, car elle nécessitait de nombreux documents et un solde minimum pour faire fonctionner le compte. Dans le cadre du nouveau régime, une seule pièce d’identité suffit.

Interrogés sur leurs expériences antérieures d’ouverture de comptes bancaires, les parents ont exprimé les difficultés auxquelles ils ont été confrontés.

Sabitri, mère d’un enfant du programme Compassion dit :

« En raison de l’absence de pièce d’identité et d’une lettre de recommandation du conseiller municipal local, les responsables de la banque ont déclaré qu’ils ne pouvaient pas m’ouvrir de compte. »

Documents relatifs à la sécurité financière des pauvres en Inde

L’alcoolisme chez les hommes est un problème difficile dans cette communauté. Les femmes travaillent dur pour gérer leurs maisons en travaillant comme domestiques et journalières parce que leurs maris ne contribuent pas correctement à leurs ménages. Souvent, de petites économies provenant de leurs maigres revenus sont également prises de force par leurs maris pour acheter de l’alcool.

Les comptes bancaires ne résoudront peut-être pas le problème des maris alcooliques, mais ils aideront certainement les femmes à protéger leur argent durement gagné. Cela empêchera également les familles de contracter des prêts auprès des prêteurs locaux ; au lieu de cela, ils peuvent obtenir des prêts auprès des banques à des taux d’intérêt beaucoup plus bas. Ils pourront constituer des actifs, devenir moins vulnérables à l’exploitation et avoir des opportunités de création de richesses en puisant dans les services mis à leur disposition.

Classe Sécurité financière pour les pauvres en Inde

À l’aide d’un livret, les parents peuvent désormais suivre le montant d’argent sur leur compte. Auparavant, lorsque les villageois tentaient d’acquérir une subvention ou de bénéficier d’un programme d’aide sociale du gouvernement, le montant désigné ne leur parvenait jamais, en raison de la présence d’intermédiaires sans scrupules qui usurpaient un certain pourcentage de l’avantage réel comme rémunération avant qu’il n’atteigne finalement le bienfaiteur. .

Le directeur du CDC, Sunil, déclare :

« Ce plan aidera le gouvernement à verser aux populations rurales leurs prestations sociales directement sur leurs comptes, réduisant ainsi les niveaux de corruption et d’exploitation des pauvres par des intermédiaires ».

Huit mois après le PMJDY, de nombreux parents ont affirmé qu’après avoir ouvert des comptes bancaires, ils ont pu économiser de l’argent de manière plus organisée qu’auparavant. Ayant appris à gérer des comptes par eux-mêmes, ils ont gagné en confiance en eux.

Ligne Sécurité financière pour les pauvres en Inde

« Merci au personnel du centre d’avoir pris l’initiative de nous éduquer sur le concept d’économiser de l’argent et d’ouvrir un compte bancaire. Mon mari et moi pouvons économiser 1 000 roupies à la banque chaque mois pendant six mois. C’était de l’argent que nous avions fini par dépenser avec désinvolture auparavant, sans rien sur quoi nous appuyer pendant nos crises », explique Sonamati.

«Je fais des cigarettes locales pour gagner ma vie, mais mon mari avait l’habitude de m’arracher le peu que je gagnais. Maintenant, je n’ai plus à me soucier de savoir comment cacher mon revenu à mon mari, car je peux le garder en sécurité à la banque », déclare Majita.

« J’ai reçu une carte de débit et j’ai appris du personnel du CDC comment l’utiliser. La carte me permet de retirer de l’argent chaque fois que j’en ai besoin dans n’importe quel kiosque de monnaie électronique (un guichet automatique) sans avoir à me rendre à la banque », explique Gayatri.

Sécurité financière pour les pauvres en Inde, femmes fières

Éduquer les parents des enfants de notre programme sur les bonnes pratiques d’épargne et l’ouverture de comptes bancaires visait à leur donner l’occasion de se développer – une première étape vers responsabilisant eux.

Maintenant, à travers des réunions trimestrielles et des visites à domicile, les membres du personnel du CDC essaient de motiver les mères à former des groupes d’entraide (SHG). En formant des SHG, ces mères pourraient alors obtenir des prêts auprès de leurs banques respectives pour investir dans diverses micro-entreprises et activités génératrices de revenus, menant à l’indépendance économique et à un avenir assuré.

*

★★★★★