Secourir des enfants soldats au Sri Lanka

Enfants soldats au Sri Lanka
Mohan Peiris, le Représentant permanent du Sri Lanka auprès de l’ONU, a déclaré : « Le Sri Lanka avait une réussite à raconter au monde – malheureusement, c’est maintenant une histoire oubliée. La nouvelle qui devrait être largement diffusée auprès du grand public est la réhabilitation réussie des 594 enfants soldats au Sri Lanka que les LTTE ont recrutés sans poursuites, la priorité étant donnée à leurs enquêtes et à la résolution rapide de leurs cas. Lamentablement, la désinformation propagée par les éléments restants de ce groupe d’acteurs non étatiques a entravé la diffusion de cette nouvelle.

La façon dont les enfants deviennent des soldats pour le LTTE

Un documentaire de The Social Architects South Asia présente des entretiens avec d’anciens enfants soldats au Sri Lanka, qui ont parlé des innombrables motifs de leur engagement avec l’organisation militante.

En raison des violences sexuelles – esclavage sexuel et viols de masse – que les forces gouvernementales sri lankaises cinghalaises ont commises contre les femmes tamoules, une fraction importante des filles des LTTE, où les hommes et les femmes étaient considérés comme égaux et avaient le même droit de s’identifier comme combattantes , comme une lueur d’espoir et une promesse de changement, pour laquelle ils ont rejoint l’organisation.

Alors que ce schéma est devenu de plus en plus célèbre lorsque la violence sexuelle a culminé en 2009, l’atrocité a persisté après la guerre. Le LTTE accorde aux femmes le titre d' »Oiseaux de la liberté ». Bien que cela puisse sembler plutôt volontaire, la loi interdit à un enfant de s’enrôler volontairement dans les forces armées des LTTE. Ainsi, toute forme de recrutement compte comme un enlèvement.

Ensuite, les LTTE tortureront ou tueront les familles qui s’opposent à l’admission de leurs enfants dans la brigade des bébés des LTTE ou leur feront payer le prix en espèces ou en or. Afin de sauver leurs enfants, de nombreuses familles aisées et instruites ont fui vers l’Amérique du Nord, l’Europe et l’Inde.

Les familles pauvres, souvent issues de la caste inférieure, n’avaient d’autre choix que de livrer leurs enfants, qui seraient alors les attaquants de première ligne. En raison de leur refus de rejoindre les LTTE, le groupe a enlevé de nombreux enfants, rapporte le documentaire.

Plan d’action pour les enfants touchés par la guerre

En juin 2003, le LTTE et le gouvernement sri-lankais, ainsi que les agences des Nations Unies et l’Organisation tamoule de réhabilitation, ont convenu du plan d’action officiel sur les enfants touchés par la guerre dans le but d’arrêter le recrutement de mineurs et de libérer tous les mineurs restants pour les leurs familles ou de nouveaux camps de transit. Cependant, malgré l’accord, le LTTE a recruté plus de deux fois plus d’enfants qu’il n’en a libéré. Le LTTE a délibérément commencé à recruter des enfants soldats à la mi-2004 sous prétexte de les protéger contre un danger extérieur.

L’UNICEF a planifié une campagne de sensibilisation du public sur les droits de l’enfant dans le cadre du Plan d’action pour les enfants en collaboration avec l’Autorité nationale de protection de l’enfance pour exprimer son objection au recrutement d’enfants. L’UNICEF a ensuite mis la campagne médiatique en attente indéfiniment en janvier 2004 parce que le LTTE n’était pas d’accord avec les principaux messages.

En mars 2006, le LTTE a souligné que le sujet du recrutement d’enfants n’appartenait pas à la compétence du CFA et ne devrait pas être sur la table de discussion lors du prochain cycle de négociations lors d’une réunion avec l’ambassadeur norvégien Hans Bratskar en vue des négociations en Avril 2006, selon rapport SCOPP.

Selon Bratskar, l’historique des six cycles de négociations montre qu’il a été reconnu que le recrutement d’enfants devait cesser et que le recrutement continu était très préjudiciable à la réputation internationale des LTTE. Le LTTE a refusé d’assister aux négociations d’avril à la suite de cette conversation.

La campagne Ramener l’enfant

En février 2009, le gouvernement srilankais et l’UNICEF ont lancé une campagne « Ramenons l’enfant ». Les troupes gouvernementales ont vaincu le LTTE en mai 2009.

En octobre 2009, des responsables de l’armée de la défense ont signalé qu’une grande école de la capitale Colombo avait accueilli 144 anciens enfants soldats au Sri Lanka, qui avaient été réhabilités dans le nord dans le cadre de la première étape du programme de réinsertion.

Le Sri Lanka a réhabilité les 594 enfants soldats en février 2021 sous le recrutement des LTTE sans les poursuivre, selon The Morning. L’exposition à des conflits violents et la mort d’êtres chers peuvent entraîner des traumatismes et d’autres répercussions psychologiques qui ont un impact sur le développement et l’éducation d’un enfant. Ils ont reçu des cartes d’identité nationales, ce qui leur a donné le sentiment d’appartenir. Avec l’aide de programmes de réhabilitation, ils sont retournés dans leurs familles. Aujourd’hui, la majorité des enfants soldats au Sri Lanka terminent leurs études secondaires ou suivent une formation professionnelle.

Malgré les progrès étonnants du gouvernement sri-lankais pour mettre fin au problème des enfants soldats, échapper au cercle vicieux de la violence tout en faisant face à une série de problèmes cognitifs et comportementaux résultant de traumatismes passés nécessite des soins prolongés, de l’aide sociale, une psychothérapie, un suivi et un accompagnement social adaptés. Il est essentiel que les gens discutent des préjugés institutionnels et sociétaux que les anciens enfants soldats subissent aujourd’hui ainsi que de la manière d’empêcher complètement le recrutement d’enfants soldats.

– Karisma Maran
Photo : Flickr

*

★★★★★