Se concentrer sur les fondations: l'éducation à l'époque du COVID-19

Une déclaration conjointe de la Fondation Douglas B. Marshall, Jr., Innovations for Poverty Action, J-PAL, Pratham, Teaching at the Right Level Africa et Young 1ove.

La pandémie COVID-19 a laissé un milliard d'enfants sans précédent non scolarisés pendant de longues périodes. Même avant la pandémie, il y avait une crise d'apprentissage. Au Kenya, en Tanzanie et en Ouganda, les trois quarts des élèves de 3e année ne peuvent pas lire une phrase de base telle que «Le nom du chien est Puppy». En Inde rurale, la moitié des élèves de 3e année ne peuvent pas résoudre un problème de soustraction à deux chiffres tel que 46 moins 17 (ASER 2018; World Development Report 2018). Sur la base de recherches antérieures sur d'autres crises, la pandémie est susceptible d'exacerber la crise mondiale de l'apprentissage (Andrabi, Daniels et Das 2020). Cela a des implications importantes pour l'équité, les enfants issus de familles à faibles ressources étant les plus susceptibles d'être laissés pour compte.

À mesure que les écoles rouvrent, les gouvernements s'efforcent à juste titre d'assurer la réinsertion du plus grand nombre possible à l'école. C'est maintenant une occasion unique pour les gouvernements, les ONG et les organisations multilatérales de franchir une étape supplémentaire de la réinsertion scolaire pour parvenir à l'apprentissage pour tous, y compris les plus défavorisés. Des recherches antérieures montrent que l'un des principaux obstacles à l'apprentissage est que les enfants arrivent dans les salles de classe à des niveaux très différents, dont beaucoup sont incapables de suivre le programme. Comme on s'attend à ce que la crise du COVID-19 élargisse l'écart entre les enfants ayant accès aux ressources d'apprentissage en dehors de l'école et ceux qui n'en ont pas, les enseignants sont susceptibles de retourner en classe avec un éventail encore plus large de capacités des enfants dans leurs salles de classe, rendant ainsi leur travail encore plus large. plus difficile, et risquant encore plus d'enfants laissés pour compte.

S'appuyant sur des décennies de preuves rigoureuses et d'expérience pratique dans des dizaines de pays, nous recommandons deux actions, en particulier, pour soutenir l'apprentissage fondamental pour tous, alors que nous retournons aux écoles primaires du monde entier:

  1. Réalisez des évaluations d'apprentissage simples, rapides, peu coûteuses et à faible enjeu lorsque les élèves réintègrent l'école, et utilisez les résultats pour rencontrer les enfants là où ils sont et commencer à enseigner à partir de là. Par exemple: des évaluations individuelles de lecture orale simples permettent aux enseignants de comprendre ce que leurs élèves peuvent ou ne peuvent pas faire – et d'adapter l'enseignement à leur niveau. Ces évaluations sont des outils pour comprendre les enfants et planifier une action pédagogique. Ils devraient être menés périodiquement pour suivre les progrès. Les évaluations orales individuelles sont particulièrement efficaces pour évaluer la lecture et le calcul et établir des liens entre l'enseignant et l'élève. Les évaluations rapides, simples et bon marché incluent ASER, ICAN et Uwezo.
  2. Concentrez-vous sur les compétences fondamentales. Il est maintenant temps de s'assurer que tous les élèves maîtrisent les compétences de base en lecture et en calcul. Forts d'une compréhension du niveau d'apprentissage de chaque enfant, les enseignants et les écoles peuvent fixer des objectifs de base clairs et simples en calcul et en littératie pour chaque enfant et se concentrer sur leur enseigner le prochain ensemble de compétences. Les compétences de base doivent être priorisées et du temps supplémentaire leur est alloué dans le calendrier scolaire.

Les gouvernements peuvent envoyer un signal audacieux: permettre aux enseignants et aux éducateurs de faire ce qu'ils peuvent pour rencontrer les élèves là où ils se trouvent.

Dans l'ensemble, c'est une période qui appelle à relier l'évaluation à l'action et à se concentrer sur les fondements pour assurer un apprentissage équitable pour tous. Les gouvernements peuvent envoyer un signal audacieux: permettre aux enseignants et aux éducateurs de faire ce qu'ils peuvent pour rencontrer les élèves là où ils se trouvent. Au fur et à mesure que les écoles rouvrent, les écoles et les enseignants devraient consacrer chaque jour du temps substantiel à ne pas se concentrer sur le programme mais plutôt à aider chaque enfant à acquérir la compétence suivante. Cela peut se faire de différentes manières – en classe, comme camps après l'école, en regroupant les enfants par compétences plutôt que par âge, ou même avec la technologie. Ces approches peuvent aider les enseignants à accueillir de nouveau des enfants avec différents niveaux d'apprentissage. Nous avons une occasion sans précédent de donner aux enseignants de première ligne les moyens de mettre en œuvre des solutions et de jeter les bases d'une vie d'apprentissage pour une génération d'élèves.

C'est aussi l'occasion d'approfondir les engagements avec les parents et les communautés. Les parents ont été fortement impliqués dans l’éducation de leurs enfants au cours des derniers mois, et nous devons tirer parti de cet élan. Il existe de nombreuses façons de partager les informations sur les niveaux d’apprentissage de l’enfant avec les parents et de donner aux parents les moyens d’activités simples qu’ils peuvent faire avec leurs enfants à la maison (par le biais de SMS et d’appels téléphoniques). Appelez-les périodiquement, invitez-les à l’école pour célébrer les progrès des enfants et encouragez-les à continuer de soutenir leur enfant à la maison. Ce moment présente un tournant où chacun peut et doit être impliqué dans l’éducation de l’enfant.

Ajoutez votre nom ici si vous souhaitez en savoir plus ou si vous êtes déjà engagé à mettre en œuvre ces idées. Dans les semaines à venir, nous convoquerons un groupe intéressé à apprendre comment il peut contribuer à diriger ce changement. Nous sommes impatients de soutenir de toutes les manières possibles. Il y a eu une crise d'apprentissage avant le COVID-19, que la pandémie n'a fait qu'exacerber, en particulier pour les plus défavorisés. Ne revenons pas aux affaires habituelles, faisons mieux. Le moment est venu de garantir que chaque enfant retourne à l'école et acquière les compétences fondamentales nécessaires pour réaliser son plein potentiel.

*

★★★★★