Scrappers : 15 photos de la vie dans une décharge

Chaque jour dans le monde, des milliers de personnes se lèvent tôt, s’habillent et se dirigent vers une journée de travail à la décharge locale. Ils veulent être là les premiers lorsque les camions arrivent pour déverser des ordures fraîches sur la montagne d’ordures. Ces ferrailleurs recherchent du plastique et du métal – tout ce qui est recyclable qu’ils peuvent vendre ou réutiliser d’une manière ou d’une autre.

Pendant qu’ils travaillent, cochons, vautours et insectes les entourent. Ça pue et c’est dangereux. Mais ces gens sont pleins de ressources. Ils n’ont pas grand-chose, mais ils ont de la détermination, du courage et un énorme courage pour faire n’importe quoi afin de subvenir aux besoins de leurs familles.

De nombreuses familles assistées par Compassion gagnent leur vie sur les dépotoirs. Des familles comme celle d’Antonio.

Un homme, une femme et un enfant regardent par la fenêtre d'un bâtiment orange.
Les ramasseurs d'ordures se tiennent debout sur des tas d'ordures, à la recherche de plastique, entourés de cochons et de vautours.

Antonio du Brésil sait reconnaître ce qui est précieux quand tout le monde le considérait comme inutile. C’est pourquoi, malgré la nature de son travail, il éprouve une profonde satisfaction à voir le pain sur la table de sa famille et les sourires de ses enfants après une longue semaine de travail.

Le fils de 8 ans d’Antonio, Francisco, l’accompagne à la décharge quand il n’est pas à l’école.

Un garçon est assis sur un vieux canapé dans une décharge.

« Je ne fais pas grand-chose parce que je suis encore petit et certaines choses peuvent me blesser », dit Francisco. « J’aime être avec mon père, mais l’odeur y est horrible. »

Un homme se tient debout dans un gros tas d'ordures, à la recherche de plastique.

Antonio ne porte pas de gants ni de chaussures appropriées lorsqu’il marche sur les poubelles. Il porte le poids de 33 ans sur son dos, mais les marques des gros travaux le font paraître beaucoup plus âgé. Au cours d’une semaine de travail typique, Antonio parvient à remplir environ six grands sacs de plastique ou de métal et à les vendre pour environ 3,75 $ chacun. Son fils aîné travaille déjà avec lui à la décharge pour l’aider à gagner suffisamment d’argent chaque semaine pour subvenir aux besoins de sa famille. Mais ce n’est pas ce qu’Antonio veut pour ses enfants.

Un homme et son fils sont assis sur de vieux meubles dans une décharge, se regardant.

« La vie ici n’est pas facile », dit Antonio. « Je n’ai pas honte de ce que je fais parce que c’est un travail honnête. Je ne fais de mal à personne. Mais je veux [my children] avoir une vie meilleure. »

Pour Maria en Équateur, la décharge est plus sûre que sa maison.

Maria se réveille à 4 heures du matin chaque matin pour se préparer à sa journée de travail à la décharge. Une fois son fils, Rony, déposé à l’école, elle se dirige vers la décharge pour une longue journée avec d’autres femmes de sa communauté dans la jungle amazonienne. Après avoir terminé l’école, Rony aidera sa mère à trier des bouteilles en carton ou en plastique pour les revendre aux recycleurs.

Une femme et un garçon se penchent au-dessus d'une décharge, triant du carton.
Une femme et un garçon se tiennent dans un entrepôt d'enfouissement, triant du carton.

« Ça ne me dérange pas de fouiller dans les poubelles. Cela ne me dérange pas de me blesser avec des canettes en verre ou en aluminium », explique Maria. « La seule chose qui m’importe, c’est que mes enfants se portent bien et qu’ils aient à manger le soir. »

À la maison, la vie est encore plus dangereuse pour Maria qu’à la décharge. Son mari alcoolique est violent. Elle se cache souvent à l’extérieur, attendant qu’il s’évanouisse avant d’entrer la nuit. Mais Maria et Rony trouvent de l’espoir et du soutien grâce au parrainage du centre de compassion basé à l’église. Le rêve de Rony est de devenir architecte et de construire une maison en briques pour sa mère. Maria n’a pas non plus perdu espoir.

Une femme et son fils se tiennent devant une grande pièce de machinerie dans une décharge.

« Nous sommes des enfants de Dieu », dit Maria. « Il protège notre famille. En toutes circonstances, il est avec nous.

Enyew est un autre parent qui gagne sa vie sur une décharge.

Lorsque vous levez les yeux de la maison d’Enyew à Addis-Abeba, en Éthiopie, vous pouvez voir les vautours tourner en rond. Ils s’élèvent sur un courant d’air puis fondent sur la montagne de déchets en contrebas.

Un homme se tient dans une ruelle étroite aux murs roses et bleus.

Enyew et sa femme Tiruwork sont un jeune couple qui vit près de la décharge municipale. Les tas d’ordures forment des contreforts devant les montagnes qui entourent la ville. Ils n’aiment pas vivre au bord d’un dépotoir, mais c’est le lieu de travail d’Enyew. Enyew a commencé à chercher de la ferraille à la décharge il y a 18 ans. Pour son travail de tri des ordures, il gagne environ 10 $ par mois.

La décharge municipale est extrêmement dangereuse. En mars 2017, un glissement de terrain a tué plus de 100 personnes triant les ordures à la décharge. Enyew travaillait à proximité, mais a survécu.

Pourtant, il y retourne chaque jour pour subvenir aux besoins de sa famille.

« C’était très effrayant, mais comme je n’ai pas le choix, je travaille toujours là-bas », explique Enyew. « C’est très difficile d’y aller tous les jours. »

En descendant la rue dans la ruelle où vit la famille d’Enyew près de la décharge, vous trouverez leur maison d’une pièce d’environ 8 pieds sur 6. Malgré les fissures de lumière qui traversent les murs en bâtons rapiécés de sacs en plastique, la maison est sombre. Mais si vous regardez au-delà de leur porte en métal rose, vous verrez le sourire radieux d’une mère, Tiruwork, et de ses deux paisibles jumeaux endormis sur un lit.

Une femme est assise sur un lit et regarde deux bébés endormis.

C’est pourquoi Enyew retourne chaque jour à la décharge.

La paix du sourire de Tiruwork et ses enfants endormis contredisent le désespoir qu’elle a ressenti lorsqu’elle a appris qu’elle était enceinte de jumeaux. Elle envisagea un avortement. Tiruwork ne voyait aucun moyen de subvenir aux besoins d’une famille de quatre personnes. Mais Enyew était déterminé à garder sa famille intacte.

« J’ai fait le vœu de faire n’importe quoi pour qu’ils puissent survivre », dit Enyew.

Un homme et une femme se tiennent à l'extérieur d'une maison de boue tenant des bébés jumeaux.

Maintenant, leurs jumeaux ont 2 ans. La vie est encore dure. Mais avec l’aide du programme de survie de Compassion et grâce au travail épuisant d’Enyew à la décharge, ils y arrivent.

Les décharges ne sont pas seulement des lieux de désespoir ils peuvent aussi inspirer une ingéniosité surprenante.

Un jeune homme se tient entouré d'ordures, tenant un camion-jouet fait à la main.

De nombreuses personnes en situation d’extrême pauvreté se rendent dans les dépotoirs à la recherche d’objets qu’elles peuvent réutiliser. Richard du Ghana a porté cela à de nouveaux niveaux. C’est un inventeur. Richard n’a pas les moyens d’acheter les piles ou les circuits imprimés dont il a besoin pour bricoler ses créations, alors il se dirige vers la décharge d’Accra pour trouver ce dont il a besoin.

Un jeune homme s'accroupit entouré d'ordures, regardant un circuit imprimé.

Il ramène ses trouvailles à la maison et les expérimente en fabriquant des radios, des jouets et d’autres objets pratiques. En raison de ses compétences et de sa débrouillardise, le centre Compassion a aidé Richard à trouver un emploi d’apprenti chez un électricien local. Mais son rêve est de devenir ingénieur.

Un jeune garçon est assis à côté d'une table et bricole des objets.

Richard incarne l’esprit que les centres de compassion s’efforcent d’inculquer aux enfants.

« [Sponsored children] obtenir cet esprit de dynamisme qui dit: « Oui, je peux le faire ». Je suis peut-être désavantagé en ce moment, mais cela ne devrait pas réduire mon potentiel », déclare Padmore Agyapong de Compassion Ghana. « Nous aidons les enfants à voir que, bien qu’ils soient pauvres, ils sont entourés de tant d’opportunités. »

Les églises partenaires de Compassion à travers le monde travaillent pour s’assurer que chaque enfant a une opportunité peu importe leur situation.

Lorsque le pasteur Valmir et sa femme Verineide au Brésil ont vu la situation de familles comme celle d’Antonio et de Francisco, ils ont été remplis de compassion. Ils ont créé un centre Compassion pour servir les familles qui survivent en ramassant les ordures.

« Cela nous a brisé le cœur de voir autant d’enfants parmi les cochons et les vautours », dit Verineide. «Vivant dans cette situation, beaucoup d’entre eux ne peuvent pas voir la valeur qu’ils ont en eux. Ici, au centre, nous voulons qu’ils découvrent qu’ils ont de la valeur et qu’ils peuvent rêver grand.

Un garçon se tient derrière une clôture verte, regardant à travers les lattes.

Désormais, la famille de Francisco n’est pas la seule à affronter la vie en travaillant à la décharge. Au centre, Francisco et d’autres enfants de la communauté savourent de délicieux repas, reçoivent des soins de bénévoles et reçoivent de l’aide pour leurs besoins particuliers. Ils apprennent que quelle que soit leur situation familiale, ils peuvent croire en une vie meilleure.

Des enfants du monde entier, de Francisco à Rony en passant par Richard, trouvent un nouvel espoir. Ils reçoivent l’éducation et les opportunités de poursuivre une vie en dehors de la décharge. Et ils sont encouragés par leurs églises locales que, bien qu’ils vivent au milieu des ordures, ils ont une immense valeur. Ce sont des enfants aimés et dignes de Dieu avec tant de potentiel en eux.


Reportage et photos supplémentaires de Ben Adams, Nico Benalcazar, Aveleen Schinkel et Amber Van Schooneveld.

*

★★★★★