Sans-abrisme en Bosnie-Herzégovine : une crise des réfugiés

Sans-abrisme en Bosnie-Herzégovine
La guerre de Bosnie a pris fin en 1995 avec la signature des accords de paix de Dayton, mais son impact se répercute aujourd’hui dans tout le pays. La guerre de Bosnie était un conflit de trois ans entre des groupes ethniques comprenant l’ex-République de Yougoslavie, les musulmans de Bosnie, les Serbes et les Croates. Selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), environ 6 % de la population bosniaque est morte pendant la guerre. En conséquence, le sans-abrisme en Bosnie-Herzégovine est devenu endémique, laissant plus de la moitié de la population sans abri.

En 2018, plus de 90 000 réfugiés de la guerre de Bosnie restaient déplacés à l’intérieur du pays, dont 5 000 vivent actuellement dans des centres collectifs à travers le pays. Le sans-abrisme en Bosnie-Herzégovine est devenu un rappel brutal du traumatisme subi il y a plus de deux décennies. Il sert également de rappel des défis persistants de la reconstruction d’après-guerre.

Étendre la recherche

Les données concernant l’étendue du sans-abrisme en Bosnie-Herzégovine sont insaisissables. Il n’y a eu qu’un seul recensement depuis la fin de la guerre, limitant la capacité du gouvernement à soutenir les sans-abri. Les réfugiés et les personnes déplacées à l’intérieur du pays peuvent prétendre à une aide au logement en vertu des accords de paix de Dayton. Cependant, la surveillance gouvernementale rend difficile l’accessibilité de ces ressources.

Une étude de Hilfswerk Austria International, l’une des seules études récentes sur le besoin de logements sociaux en Bosnie, a révélé des données sur les milliers de familles qui ne sont pas éligibles à l’aide au titre des accords de Dayton. En 2010, 395 familles vivaient dans des centres collectifs. Pendant ce temps, 553 autres familles vivaient dans des logements temporaires tels que des casernes, 359 familles dans des abris improvisés et 219 familles vivaient dans la rue sans abri. Pourtant, depuis 2010, des programmes sociaux ont vu le jour pour soutenir les sans-abri en Bosnie-Herzégovine.

Le programme régional de logement

Dans le cadre des accords de Dayton, le gouvernement s’est engagé à fermer les centres collectifs d’ici 2020 afin de trouver des solutions de logement plus permanentes pour les réfugiés et les personnes déplacées à l’intérieur du pays. Au cours de la dernière décennie, le Programme régional de logement s’est efforcé d’y parvenir. En 2017, six grands projets du Programme régional de logement ont changé la vie de 14 000 personnes. Voici les sous-projets spécifiques, les coûts et les impacts du programme :

  • BiH1 : D’un coût de plus de 2 300 000 €, ce projet fournit des matériaux de construction à 20 familles et une aide à la reconstruction à 150 familles. Le projet s’est achevé en 2018.
  • BiH2 : d’un coût de plus de 13 600 000 €, ce projet a permis de reconstruire 30 maisons familiales pour les réfugiés croates et 750 maisons familiales supplémentaires. L’initiative a pris fin en 2019.
  • BiH3 : D’un coût de plus de 13 800 000 €, ce projet a construit 552 appartements dans des immeubles d’habitation pour les réfugiés et les personnes déplacées à l’intérieur du pays. L’initiative s’est achevée en 2019.
  • BiH4 : d’un coût de plus de 8 500 000 €, ce projet a reconstruit 435 maisons familiales pour les réfugiés de retour. Il a également construit 90 maisons familiales pour soutenir l’intégration communautaire. Le projet finalisé en 2019.
  • BiH5 : D’un coût de plus de 10 000 000 €, ce projet a permis de reconstruire 550 maisons familiales. Le projet s’est terminé fin 2020.
  • BiH6 : d’un coût de 14 800 000 €, ce projet a permis de reconstruire 235 maisons familiales et de construire 380 appartements dans des immeubles d’habitation pour les réfugiés rapatriés. Il a été achevé fin 2020.

En juillet 2018, l’ambassadeur Lars-Gunnar Wigemark, chef de la délégation de l’UE en Bosnie-Herzégovine, a visité les nouveaux immeubles d’habitation. « Le Programme régional de logement contribue à la construction de la paix et de la coexistence dans la région », a déclaré Lars-Gunnar Wigemark. L’ambassadeur a également expliqué les plans de l’UE de poursuivre les travaux sur des projets similaires en Bosnie-Herzégovine, y compris le marché du logement. Ainsi, depuis la guerre de Bosnie, le Programme régional de logement a fait des progrès significatifs en matière de sans-abrisme en Bosnie-Herzégovine.

Encore une autre crise des réfugiés

Alors que la Bosnie-Herzégovine continue de lutter contre sa pauvreté après la guerre de Bosnie, une nouvelle crise de réfugiés menace les progrès du pays. Depuis 2018, environ 70 000 personnes du Moyen-Orient, d’Asie et d’Afrique du Nord sont arrivées en Bosnie-Herzégovine. Environ 8 000 migrants se trouvent actuellement en Bosnie en raison des restrictions à l’immigration pendant la pandémie de COVID-19. En janvier 2021, 6 000 des réfugiés se trouvaient dans des centres d’hébergement. Aujourd’hui, près de 2 000 personnes restent dans des conditions dangereuses à travers le pays.

En décembre 2020, la situation s’est aggravée lorsqu’un incendie a détruit un camp de migrants appelé Lipa dans le nord-ouest de la Bosnie-Herzégovine. L’autre grand camp de Bihac, à seulement 15 miles au nord du camp de Lipa, a fermé à l’automne 2020. Malgré les conditions dangereuses du camp détruit de Lipa et les demandes de l’Union européenne, le maire de Bihac refuse toujours de rouvrir le camp.

L’Union européenne était particulièrement préoccupée par les températures glaciales en Bosnie, car les migrants qui résidaient auparavant à Lipa manquaient désormais d’abri. En réponse, l’armée bosniaque a installé 20 tentes chauffées pour accueillir des centaines de ces migrants. En outre, les ONG ont également travaillé pour soutenir les personnes déplacées. Fresh Response, une organisation humanitaire dirigée par des bénévoles, aide les réfugiés en Bosnie-Herzégovine depuis 2019. L’organisation fournit des informations, des références pour un soutien médical et des ressources telles que des sacs de couchage, des vestes et des couvertures aux personnes dans le besoin.

Avancer

La majorité de la population sans-abri du pays est composée de réfugiés de guerre de Bosnie, ainsi que de réfugiés migrant d’Asie, du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord via la Bosnie vers l’Union européenne. Le sans-abrisme en Bosnie-Herzégovine est en grande partie l’histoire de deux crises de réfugiés convergentes. Les programmes sociaux et les ONG travaillent dur pour subvenir aux besoins des personnes déplacées et ont fait des progrès majeurs pour la population sans-abri du pays. À l’avenir, une collaboration entre l’Union européenne, des groupes de défense des droits et différents cantons bosniaques sera en mesure d’accroître la sûreté, la sécurité et l’hébergement des sans-abri dans le pays, mettant fin, espérons-le, à la crise des réfugiés.

Granquiste breton
Photo : Flickr

*

★★★★★