Réponse au COVID-19: la voie du rétablissement de l’Afrique

Réponse COVID-19
Bien que la pandémie du COVID-19 n’ait pas encore été maîtrisée, de nombreux pays du monde entier ont pris des mesures pour la reprise économique. Les pays africains en particulier, bien que sujets à de graves impacts économiques, ont montré des progrès significatifs dans leur réponse au COVID-19. Selon le numéro de la Banque mondiale sur le pouls de l’Afrique d’octobre 2020, les projections de croissance du PIB dans toutes les régions d’Afrique sont positives pour 2021 et 2022 après la baisse de la croissance du PIB en 2020. Cet article met en évidence trois pays qui affichent une croissance économique optimiste après COVID-19.

Rwanda

Mesures de réponse au COVID-19: Le Rwanda a été reconnu pour ses efforts visant à contenir les flambées initiales. Cela est probablement dû aux mesures agressives du pays combinant des mandats de santé publique et une utilisation innovante des technologies. Ce qui sépare la réponse du Rwanda, c’est sa dépendance à l’égard des conseils scientifiques et d’une approche de haute technologie des politiques de santé et de services sociaux. Par exemple, les centres de traitement utilisent des robots à taille humaine pour les contrôles de température et les livraisons. La police nationale a également déployé des drones pour surveiller et garantir le respect des mesures de verrouillage.

Politique fiscale: La mise à jour de décembre 2020 sur la politique budgétaire au Rwanda comprend 314 millions de dollars de relance économique, d’exonérations et de subventions d’impôt sur les sociétés, de transferts en espèces aux citoyens (allocations de chômage) et d’aide alimentaire. La capacité financière du Rwanda s’est avérée au-delà des ressources nationales, mais le soutien international a pu l’élargir. Le PNUD Rwanda et la Banque mondiale travaillent actuellement en étroite collaboration avec le ministère rwandais des Finances pour déterminer combien le plan de réponse au COVID-19 aura besoin pour fonctionner.

Politique monétaire: La Banque nationale du Rwanda a ramené le taux directeur à 4,5%. Il envisage en outre de mettre en place des mesures de soutien à la liquidité et aux paiements numériques. Dans Africa’s Pulse, la Banque mondiale classe le Rwanda comme le seul pays établi dans la taxonomie de la croissance en Afrique subsaharienne. La taxonomie compare la performance pré-pandémique à la croissance à mi-pandémie. Les attentes ont déterminé que le Rwanda atteindra la reprise post-pandémique la plus élevée avec une croissance du PIB de 7%. Avec des moteurs économiques comme les campagnes de vaccination et les investissements et les échanges commerciaux, des pays comme le Rwanda et la Tanzanie s’attendent à une augmentation du PIB. L’Afrique de l’Est en général devrait atteindre une croissance du PIB de 5,1%, contre une moyenne continentale de 3,2%.

Kenya

Mesures de réponse au COVID-19: Le Kenya a adopté bon nombre des mesures de réponse directe courantes, telles qu’un verrouillage généralisé. En outre, l’ONU a salué le maintien par le Kenya d’hôpitaux de traitement d’urgence bien équipés pour accueillir au mieux non seulement les patients kenyans, mais aussi le personnel et les partenaires des Nations Unies. Les hôpitaux du Kenya peuvent également jouer un rôle important dans le développement humanitaire régional.

Politique fiscale: Le Kenya a annoncé une relance économique de 534 millions de dollars, des dépenses de santé pour le COVID-19 de 377 millions de dollars, des exonérations et des subventions d’impôt sur les sociétés, des transferts en espèces aux citoyens et une aide alimentaire. Comme d’autres pays africains, le Kenya reçoit une aide financière de grandes entités internationales telles que la Banque mondiale et l’UE Avec 86 donateurs différents, le Kenya a reçu 194 663 072 350 Ksh (177 379 915,25 $) pour les plans de réponse au COVID-19.

Politique monétaire: La Banque centrale du Kenya a ramené le taux d’intérêt directeur à 7% et a prévu des mesures de soutien de la liquidité. En outre, le gouvernement a lancé le Programme national d’hygiène (Kazi Mtaani) pour réduire le chômage induit par la pandémie. Il offre des emplois avec un salaire journalier aux communautés les plus durement touchées. Les emplois comprennent le nettoyage des rues, la collecte des ordures et la désinfection. Les activités commerciales du Kenya indiquent également une reprise économique prometteuse. Selon l’Africa’s Pulse de la Banque mondiale, les exportations kényanes se sont déjà rapidement redressées et ont dépassé les sommets d’avant la pandémie.

Sénégal

Mesures de réponse au COVID-19: La Banque mondiale a souligné que le Sénégal a démontré une réponse sanitaire réussie au COVID-19. Des réponses rapides ont été essentielles, en particulier en ce qui concerne la capacité de test, les installations de quarantaine et les ventilateurs. Les mesures préventives comprenaient également des contrôles de température et la distribution de désinfectant pour les mains. En septembre 2020, 80% des cas confirmés s’étaient rétablis.

Politique fiscale: Le Sénégal a une relance économique de 801 millions de dollars, une dépense de santé COVID-19 de 130 millions de dollars, des exonérations et des subventions d’impôt sur les sociétés, des transferts en espèces aux citoyens et une aide alimentaire. Certaines entités participant au financement du Sénégal comprennent le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale. Par exemple, la BAD a contribué 88 millions d’euros pour soutenir les mesures du Sénégal visant à apporter une aide aux ménages vulnérables, aux entreprises et aux initiatives de sécurité de l’emploi.

Politique monétaire: La politique monétaire du Sénégal est en collaboration avec d’autres pays d’Afrique de l’Ouest, dont le Bénin, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger et le Togo. Ces pays travaillent avec la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), qui a mis 4,750 milliards de FCFA (8 383 750 $) à la disposition des banques et réduit les taux d’intérêt directeurs à 4%. Dans la taxonomie africaine de la croissance des impulsions, le Sénégal est l’un des cinq pays dans le tercile le plus performant en matière de croissance. Il a une classification «amélioré». Une meilleure croissance du PIB peut indiquer les premiers signes de reprise économique.

La voie du rétablissement

Grâce à des mesures politiques préventives précoces, des politiques budgétaires et monétaires, des financements internationaux et des initiatives commerciales, de nombreux pays africains ont ouvert la voie à une reprise post-pandémique. Le Rwanda, le Kenya et le Sénégal ne sont que trois des pays africains bénéficiant de mesures politiques intelligentes et de réponses rapides au COVID-19. Dans de nombreux cas, ces pays connaissent des niveaux de croissance encore plus élevés qu’avant la pandémie. Les mesures prises par ces pays et d’autres peuvent servir de modèle pour surmonter les obstacles économiques d’une pandémie mondiale.

– Malala Raharisoa Lin
Photo: Flickr

*

★★★★★