Regard d’initié : Cliniques VIH/SIDA en Afrique du Sud

Regard d'initié : Cliniques VIH/SIDA en Afrique du SudSelon le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), environ 7,8 millions d’adultes et d’enfants sont actuellement séropositifs en Afrique du Sud. Le VIH est un virus de l’immunodéficience potentiellement mortel transmis par les fluides corporels. Lors de l’infection, le virus provoque un syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA) qui ne peut être inversé ou guéri. Par conséquent, les personnes vivant avec le VIH/sida ont un système immunitaire affaibli et ne peuvent lutter contre les maladies courantes.

Compte tenu de la gravité du VIH/SIDA, les communautés affectées en Afrique du Sud ont besoin d’une attention et d’une assistance immédiates. Vous trouverez ci-dessous 3 faits sur une organisation non gouvernementale appelée Child Family Health International (CFHI) qui envoie des étudiants en soins de santé travailler dans des cliniques VIH/SIDA en Afrique du Sud. Par la suite, un étudiant en soins de santé de la FCASS se souvient de son expérience de travail dans une clinique VIH/sida à Durban, en Afrique du Sud.

3 Faits sur Child Family Health International (CFASS)

Premièrement, la FCASS offre des programmes d’éducation à la santé partout dans le monde. Chaque année, l’organisation envoie des étudiants de premier cycle et des membres du corps professoral à l’étranger pour découvrir les systèmes de santé de différents pays. À ce jour, l’organisation propose des programmes en Argentine, en Bolivie, au Costa Rica, en Équateur, au Mexique, au Ghana, en Inde, aux Philippines, en Ouganda et en Afrique du Sud. Pour le programme d’Afrique du Sud, les participants ont la possibilité de travailler dans un hôpital public tertiaire, un hôpital paroissial, un centre de soins palliatifs ou une clinique VIH/SIDA.

Deuxièmement, la FCASS s’associe à des cliniques de lutte contre le VIH/sida en Afrique du Sud. Pour aider à atténuer le nombre croissant de cas de séropositivité à Durban, en Afrique du Sud, la FCASS envoie des étudiants et du personnel dans une clinique locale de VIH/sida appelée « Blue Roof Clinic ». À l’origine, le bâtiment Blue Roof abritait une discothèque locale réputée pour ses abus de drogues et d’alcool. Cependant, en 2006, la cofondatrice de l’organisation à but non lucratif Keep a Child Alive (KCA), la chanteuse professionnelle Alicia Keys, a aidé à acheter le bâtiment. Après des années de rénovations, il est devenu une clinique VIH/SIDA locale dédiée à la fourniture gratuite de médicaments et de traitements aux Sud-Africains séropositifs.

Troisièmement, la FCASS aide à lutter contre la pauvreté en Afrique du Sud. En envoyant des étudiants à la Clinique Toit Bleu, l’organisme vient en aide chaque mois à des milliers de patients séropositifs. Ce type d’assistance comprend la fourniture aux patients de médicaments antirétroviraux, un soutien psychologique, des conseils juridiques, des guides nutritionnels et des conseils de prévention du VIH. Mieux encore, les traitements contre le VIH/sida sont gratuits et offerts à tous ceux qui en ont besoin. Le seul coût pour les patients comprend le transport aller-retour à la clinique. Dans l’ensemble, la FCASS continue d’inscrire des milliers d’étudiants de plus de 35 pays différents pour aider les gens du monde entier.

3 questions d’entrevue avec un ancien de la FCASS

Pour en savoir plus sur la FCASS, The Borgen Project a interviewé Christian Warner, un ancien de la FCASS en soins de santé.

  1. Parlez-moi de vous et pourquoi vous avez participé au programme de la FCASS en Afrique du Sud. « Je m’appelle Christian Warner et j’ai étudié la santé publique à l’Oregon State University (OSU). J’ai fait un stage en Afrique du Sud par le biais de la FCASS pendant ma dernière année d’école. J’ai choisi le programme de la FCASS en Afrique du Sud parce que les étudiants ont la possibilité de travailler dans des cliniques VIH locales et d’aider les populations locales vivant avec le VIH/sida et la tuberculose. Dans l’ensemble, je voulais acquérir une expérience de la santé en travaillant dans un environnement étranger.
  2. À quoi ressemble une journée moyenne de travail dans les cliniques VIH/SIDA en Afrique du Sud ? « J’ai travaillé dans une clinique VIH/SIDA appelée Blue Roof Clinic. Chaque matin, j’arrivais à la clinique pour m’assurer que nous avions des fournitures suffisantes. Les fournitures typiques comprenaient des gants d’hygiène, des produits de nettoyage et des traitements antirétroviraux pour les patients. Quelques heures plus tard, les patients commençaient à se présenter. Pendant la journée, j’ai suivi des infirmières praticiennes à la retraite travaillant à la clinique. Les infirmières posaient aux patients diverses questions sur les antécédents médicaux avant d’administrer le traitement. Ils ont également demandé si les patients avaient du mal à se rendre à la clinique en termes de transport. Notre mission est de faire en sorte que tout le monde puisse accéder à la clinique et à ses ressources. »
  3. Comment les cliniques VIH/SIDA en Afrique du Sud s’assurent-elles que le traitement est accessible à tous, quel que soit le statut socio-économique ? « La Clinique Blue Roof offre des rendez-vous sans rendez-vous et des traitements contre le VIH gratuits pour tous ceux qui en ont besoin. Cela permet aux gens de demander une assistance médicale sans se rendre à l’hôpital ni souscrire une assurance. La clinique met également les gens à l’aise car leurs antécédents médicaux et leurs visites sont 100% confidentiels. »

Mettre fin à la pandémie du VIH/sida

Les Nations Unies (ONU) se sont engagées à mettre fin à la pandémie de VIH/sida d’ici 2030. Pour atteindre cet objectif, 90 % des personnes vivant avec le VIH doivent savoir qu’elles sont porteuses de la maladie et avoir accès à un traitement. Par conséquent, les gouvernements et les organisations non gouvernementales du monde entier font don de milliards de dollars pour fournir aux communautés touchées des médicaments antirétroviraux et d’autres traitements. Cependant, les gouvernements doivent également surveiller les chaînes d’approvisionnement et les stocks de médicaments antirétroviraux pour s’assurer que les ramifications économiques causées par la pandémie de COVID-19 ne perturbent pas l’accès des personnes au traitement.

-Chloé Jeune
Photo : Flickr

*

★★★★★