Réformes concernant le mariage des enfants au Sri Lanka

Le mariage des enfants au Sri Lanka
Grâce à une décision historique du Cabinet des ministres du Sri Lanka, les musulmans ont désormais la possibilité de se marier en vertu de l’ordonnance sur l’enregistrement des mariages du Sri Lanka, la common law qui régit les mariages et les divorces. Il s’agit d’un changement important car la loi sur le mariage et le divorce musulmans (MMDA) qui régit le mariage et le divorce musulmans est discriminatoire à l’égard des femmes musulmanes. En outre, le ministre de la Justice du Sri Lanka, Ali Sabry, a proposé une législation visant à relever l’âge minimum du mariage en vertu de la MMDA à 18 ans. Ces deux réformes sont des étapes cruciales pour lutter contre le mariage des enfants au Sri Lanka.

Le mariage des enfants et son impact

Le mariage d’enfants est la pratique du mariage dans laquelle l’une ou les deux parties ont moins de 18 ans. Cette pratique présente de graves risques pour les enfants, en particulier les jeunes filles. Les enfants mariés ont moins de chances de terminer leurs études. Selon World Vision, les filles ont trois fois plus de chances de se marier avant 18 ans lorsqu’elles ne sont pas scolarisées, par rapport à celles qui fréquentent l’école au-delà du niveau élémentaire.

Le mariage des enfants comporte également des risques physiques, notamment des complications lors de grossesses précoces ou une exposition aux infections sexuellement transmissibles (IST). Ceux qui contractent un mariage d’enfants sont également plus susceptibles d’être victimes d’abus sexuels ou de violence domestique. Partout dans le monde, les filles sont 50 % plus susceptibles d’être victimes d’abus physiques ou sexuels si elles se marient avant l’âge de 15 ans que celles qui se marient après 18 ans. scandale. Les effets du mariage des enfants sont psychologiquement et physiquement dommageables pour les enfants et violent leur libre arbitre.

En plus de cultiver les violations des droits humains, le mariage des enfants est également à la fois un facteur important et une conséquence importante de la pauvreté. Certaines familles marient leurs enfants parce que cela leur donne un enfant de moins à financer. Dans d’autres communautés, c’est un moyen de compenser la dette car la dot d’une jeune fille est plus faible. Le mariage peut empêcher les jeunes mariées d’accéder à leur éducation et à de meilleurs emplois ou professions. La dépendance économique vis-à-vis de leur partenaire peut également les piéger dans une insécurité financière à long terme. Le mariage des enfants limite la croissance des individus et, par procuration, la croissance des communautés.

Le mariage des enfants au Sri Lanka

Au Sri Lanka, la pauvreté et le manque d’éducation ont contribué à la pratique du mariage des enfants, mais les lois traditionnelles ont alimenté sa continuation. Le Sri Lanka a un taux de mariage d’enfants plus faible que les autres pays d’Asie du Sud. Cependant, il est toujours répandu, principalement au sein de certaines communautés musulmanes. Adoptée en 1951, la MMDA a relégué la gouvernance du mariage musulman à la loi islamique par rapport à la common law. La common law sri-lankaise n’autorise pas le mariage avant 18 ans, mais la MMDA a fixé l’âge minimum du mariage à 12 ans. De plus, les autorités islamiques ont autorisé l’âge du mariage à être encore plus bas. De plus, si les femmes mariées en vertu de la MMDA ne pouvaient pas signer leur contrat de mariage, un « wali » ou un tuteur masculin devait le faire. Avec pratiquement aucune protection précédente contre le mariage des enfants pour les musulmans au Sri Lanka, les récentes réformes gouvernementales devraient faire une différence significative.

Progrès pour mettre fin au mariage des enfants au Sri Lanka

La nouvelle alternative au contrat de mariage protège désormais les enfants contre les mariages forcés. De plus, le fait que la MMDA ait relevé l’âge du mariage à 18 ans a rendu tous les mariages d’enfants illégaux au Sri Lanka. De plus, cela empêchera tout mariage d’enfants enregistré. Divers appels passés, en particulier du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), ont suscité ces réformes.

En collaboration avec le gouvernement sri lankais et d’autres organisations, l’UNICEF a signé la Déclaration de juin pour mettre fin à la violence contre les enfants au Sri Lanka d’ici 2030. Cette déclaration fait partie du Partenariat national pour mettre fin à la violence contre les enfants, qui a débuté en juin 2017. efforts sur le terrain pour former les dirigeants communautaires, la police et les représentants du gouvernement sur les effets du mariage des enfants. L’organisation s’est également efforcée de fournir un soutien économique aux femmes et d’initier une réforme des politiques. Ces efforts ont contribué à réduire le taux global de mariages d’enfants à 25 millions, ce qui est inférieur aux prévisions d’il y a 10 ans.

Malgré les réalisations de l’UNICEF, son obstacle le plus important a été la coopération du gouvernement. Pendant plusieurs années, l’UNICEF a fait pression sur le gouvernement sri lankais pour qu’il engage une action en justice contre la pratique du mariage des enfants. Désormais, la nouvelle législation mise en œuvre par le Cabinet sri-lankais répondra à cet appel à l’action.

Des problèmes tels que le mariage des enfants nécessitent une approche multidimensionnelle qui s’attaque à ses facteurs favorables. Parce que la loi musulmane autorisait le mariage des enfants, la pratique s’est poursuivie même avec les efforts de l’UNICEF pour y remédier. Pourtant, la nouvelle action en justice combinée à la poursuite des efforts sur le terrain apporte de l’espoir au Sri Lanka. Grâce à la nouvelle législation du Cabinet des ministres sri-lankais, une baisse significative du mariage des enfants sri-lankais semble à portée de main.

– Hariana Sethi
Photo : Wikimedia Commons

*

★★★★★