Réduire la traite des êtres humains au Mali

Traite des êtres humains au Mali
Le Mali est un pays où la traite des êtres humains est répandue, selon le département d’État américain. Cela suggère que le gouvernement de ce pays d’Afrique de l’Ouest n’atteint pas le strict minimum pour abolir cette pratique. Au lieu de cela, le Mali a intensifié certains de ses efforts de prévention – au moins depuis 2017. Le Mali n’ignore pas la traite, selon de nombreux observateurs. En fait, le gouvernement tente d’arrêter la traite des êtres humains au Mali.

La situation au Mali

Malgré son classement, le gouvernement malien fait des progrès pour remédier à l’énigme de la traite des êtres humains. Ces initiatives comprennent l’éducation des juges, des procureurs et des forces de l’ordre sur la traite des êtres humains, ainsi que la publication d’une directive interdisant aux mineurs d’entrer dans les installations militaires.

D’autres actions visant à lutter contre la traite des êtres humains comprennent la collaboration du gouvernement avec des groupes internationaux tels que le Réseau d’action Fodé et Yeguine et le ministère de la Femme, de l’Enfance et de la Famille. En outre, le gouvernement a concentré ses efforts sur la modification d’une ancienne loi anti-traite pas plus tard qu’en 2019.

Le ministre malien de la justice a émis une ordonnance exigeant des autorités judiciaires qu’elles donnent la priorité aux affaires portées en vertu du statut initial. En raison de l’absence d’un processus intégré pour recueillir des statistiques anti-traite, le matériel d’application de la loi était auparavant fragmentaire et donc difficile d’accès. L’amendement de 2019 visait à établir une stratégie unifiée pour la collecte de données.

Le Mali est l’un des pays les plus pauvres du monde, avec plus de 42% de sa population totale vivant en dessous du seuil de pauvreté, selon la Banque mondiale. La pandémie de coronavirus n’a pas aidé, car une récession a fait chuter le produit intérieur brut du Mali de près de 2%. De plus, près de sept adultes sur dix au Mali ne savent ni lire ni écrire, ce qui indique un manque d’éducation.

La corrélation entre la pauvreté malienne et la traite des êtres humains

Le Mali est en proie à l’instabilité et à la violence depuis le coup d’État militaire de 2012 et la prise du territoire du nord. Le pays reste dans un état de désespoir en raison de ses crises économiques et sociales. L’insécurité financière a rendu simple, comme de nombreux observateurs l’ont vu, d’être victime de pratiques de traite des êtres humains.

Le Mali n’atteint pas les critères minimaux pour l’abolition de la traite des êtres humains. En conséquence, les trafiquants d’êtres humains peuvent continuer à exploiter les victimes tant internes qu’internationales. Beaucoup de ces migrants fuient les zones de crise au Mali, au Nigeria et au Sénégal.

Le Mali est un pays fournisseur, itinéraire et destination du trafic international, selon le département d’Etat. Attirés au Mali avec l’assurance d’emplois bien rémunérés, des organisations, qui comprennent des fondamentalistes violents comme les « affiliés » d’Al-Qaïda, en enlèvent nombre d’entre eux. Les demandeurs d’emploi s’efforcent également de «rembourser» des dettes fictives que les organisations qui les ont invités dans le pays en premier lieu leur disent devoir.

Pourquoi le Mali ?

Malgré sa pauvreté, le Mali est riche en or et en pétrole. Pourtant, pour bénéficier de ces ressources, le Mali a besoin de mineurs. Cela attire des réfugiés, des femmes et des enfants, que les trafiquants pourraient finalement contraindre. La prostitution juvénile et le trafic sexuel d’enfants sont courants sur les sites miniers. En fait, plus de 12% des travailleuses du sexe dans ces endroits ont entre 15 et 19 ans, selon l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Un nombre disproportionné d’hommes travaillent dans certaines mines, les exposant aux types de travail des enfants les plus odieux, y compris les abus physiques, sexuels et psychologiques. « Des enfants sont forcés de se battre par des groupes armés, victimes de traite, violés, vendus, contraints à la servitude sexuelle ou domestique ou mariés », a déclaré à Reuters Gillian Triggs, la haut-commissaire adjointe à la protection de l’Agence pour les réfugiés, en décembre 2020.

Aide au Mali

Il existe de nombreuses solutions à la traite des êtres humains, mais elles sont difficiles à mettre en œuvre. L’attention mondiale et les efforts vigoureux pour atténuer le dilemme des travailleurs exploités et victimes de la traite au Mali restent dans les phases initiales. Alors que l’ONU, le Département d’État et un certain nombre d’organisations non gouvernementales ont déclaré être au courant des problèmes de traite au Mali, l’ampleur et le volume précis de la traite et des travailleurs forcés restent flous.

Pour aider à résoudre ces problèmes, Caritas Mali, affiliée à l’Église catholique romaine, a réuni une équipe internationale pour mettre en place une initiative aux côtés de la Commission internationale catholique pour les migrations, offrant aux personnes et aux enfants défavorisés des revenus alternatifs et des opportunités de développement de compétences.

Le système éducatif malien est déficient et cette nouvelle initiative risque de donner envie à moins de personnes de travailler dans des conditions déplorables. Beaucoup pensent que la traite des êtres humains se nourrit de l’instabilité que crée la pauvreté. Ainsi, l’élimination de la pauvreté pourrait à son tour atténuer les problèmes de trafic.

De nombreux groupes tentent d’aider les personnes en situation de pauvreté au Mali, notamment Action contre la faim. À ce jour, il a aidé plus de 400 000 personnes à accéder à des programmes de nutrition et de santé, des programmes de sécurité alimentaire et des programmes d’assainissement. Une autre organisation fournissant de l’aide est le Bureau de l’alimentation pour la paix de l’Agence des États-Unis pour le développement international, qui collabore avec le Programme alimentaire mondial des Nations Unies pour fournir une aide financière et des repas aux familles qui ont subi des bouleversements, des violences, des catastrophes environnementales et d’autres crises.

Save the Children est une autre organisation qui aide près de 1,5 million d’enfants maliens en 2020 en leur donnant de la nourriture et une protection. L’organisation affirme avoir réussi à sortir 232 000 enfants de la pauvreté.

Le travail de Save the Children, d’Action contre la faim et du Bureau de Food for Peace de l’Agence américaine pour le développement international aide à réduire les symptômes de la pauvreté tels que l’insécurité alimentaire et le manque d’hygiène. Ces efforts devraient par la suite réduire la vulnérabilité des personnes et éliminer la traite des êtres humains au Mali.

– Tiffany Lewallyn
Photo : Flickr

*

★★★★★