RECOVR Roundup Vol. 19 : La protection sociale au temps du COVID-19

jeans ce neuvième volet de notre série RECOVR Roundup, nous partageons de nouvelles découvertes et analyses du RECOVR Research Hub et de nos organisations partenaires, ainsi que des liens sur ce qui se passe dans le paysage de la protection sociale en réponse à COVID-19. Lisez l’épisode précédent si vous l’avez manqué, et inscrivez-vous à notre liste de diffusion si vous souhaitez recevoir cette série de résumés directement dans votre boîte de réception.

Comme toujours, nous vous encourageons à écrire à notre équipe avec des idées de fonctionnalités.

Icône de concentrateur réseauNouvelles découvertes et analyse


Moyen-Orient et Afrique du Nord : l’impact du COVID-19 sur les moyens de subsistance

L’aide sociale reste mal ciblée malgré les pertes de revenus les plus importantes parmi les travailleurs pauvres et informels

Une étude en cours menée par les chercheurs Caroline Krafft, Ragui Assaad et Mohamed Ali Marouani par le biais du Forum de recherche économique suit les effets de la crise sur les ménages, les travailleurs et les micro et petites entreprises en Égypte, en Jordanie, en Tunisie et au Maroc. La première série d’enquêtes, achevée en février 2021, a révélé que près de la moitié des ménages ont déclaré une baisse de revenu par rapport à février 2020. Dans la plupart de ces pays, les pauvres ont subi les pertes de revenus les plus importantes. Les travailleurs salariés, en particulier les travailleurs informels, ont connu la plus grande proportion de licenciements, d’heures réduites et de revenus réduits en raison de COVID-19, les femmes étant les plus susceptibles de quitter leur emploi. Les mesures de protection sociale n’ont touché qu’une fraction de la population. La Jordanie avait la plus grande couverture d’assistance sociale avec 52 pour cent des ménages recevant une certaine assistance. En Tunisie, la couverture atteint 20 pour cent, au Maroc 21 pour cent et en Egypte 12 pour cent. Les chercheurs soutiennent que les systèmes de protection sociale dans ces pays ont une portée insuffisante et restent mal ciblés face aux défis persistants. Lire la suite ici.

Inde : comprendre les implications du COVID-19 sur les personnes âgées

Au Tamil Nadu, un confinement strict a laissé de nombreuses personnes âgées vivant seules vulnérables à l’insécurité alimentaire et à la dépression

Le Tamil Nadu Aging Panel Survey, un partenariat entre J-PAL Asie du Sud et le gouvernement du Tamil Nadu, mesure le bien-être à long terme des personnes âgées. Les chercheurs Esther Duflo, Abhijit Banerjee, Frank Schilbach et Girija Vaidyanathan ont collecté des données sur la manière dont les programmes de protection sociale tels que les pensions de vieillesse peuvent atténuer les effets de chocs et de crises négatifs importants. Des enquêtes menées en avril et juillet 2020 révèlent les impacts immédiats du choc COVID-19 : au début du verrouillage, près de 50% des personnes interrogées ont déclaré ne pas avoir assez de nourriture pour la semaine, et l’insécurité alimentaire a augmenté en juillet et était particulièrement élevée pour les personnes âgées vivant seules. La santé mentale des répondants s’est également détériorée : au fur et à mesure que le verrouillage progressait, toutes les personnes âgées (ceux qui vivent seuls et ceux qui vivent avec d’autres) sont devenus beaucoup plus susceptibles d’exprimer des sentiments de solitude et de dépression. Cela était également particulièrement vrai pour les personnes âgées vivant seules, dont 32% ont déclaré se sentir souvent seules lorsqu’on leur a demandé en juillet. Les chercheurs soulignent que les personnes âgées vivant seules constituent un angle mort dans l’élaboration des politiques économiques, souligné par leur vulnérabilité dans la crise du COVID-19. Lire la suite ici.

Guatemala : connaissances, attitudes et pratiques dans les municipalités autochtones

Les membres clés des communautés autochtones ont signalé un besoin substantiel d’hygiène et de nourriture, mais une assistance sociale limitée

Par l’intermédiaire du Population Council, les chercheurs Angel del Valle, Hannah Briggs, Benjamin Chang, Aiken Chew, Brian Medina, Gabriela Muñoz, Thoai D. Ngo, Elizabeth Vásquez et Corinne White ont mené des entretiens téléphoniques avec des dirigeants de communautés autochtones pour comprendre leurs connaissances, perspectives et besoins au début de la pandémie. Les enquêtes d’avril 2020 auprès de 144 membres clés de la communauté dans 10 municipalités autochtones ont montré que les membres de la communauté ont eu des difficultés à respecter les directives d’hygiène et de distanciation sociale en raison du manque d’eau, du coût du désinfectant pour les mains et des ménages à pièce unique. Des entretiens en juillet 2020 ont montré une forte adoption des pratiques de prévention malgré une compréhension mitigée des symptômes. L’accès aux établissements de santé reste un défi: seulement 37 pour cent des informateurs avaient accès à une clinique de santé. À la fin du mois de juillet 2020, seulement 26 % des participants avaient reçu une forme d’aide sociale, malgré des besoins non satisfaits en nourriture (61 pour cent), en argent (39 pour cent), en produits d’hygiène (18 pour cent) et en médicaments (14 pour cent). Lire la suite ici.

Écran avec l'icône de motsCe que nous lisons et regardons


  • Pour améliorer la réactivité aux chocs des programmes de protection sociale, le programme Maintient appelle à établir des des engagements financiers préétablis, en exploitant les données administratives et en favorisant l’interopérabilité, et en aidant les groupes vulnérables à s’inscrire auprès des fournisseurs de services financiers numériques. Lisez l’ensemble des recommandations ici.

  • Si vous n’avez pas pu assister à la conférence virtuelle « Transformer la crise du COVID-19 en opportunité : quelle est la prochaine étape pour la protection sociale ? » vous pouvez lire un résumé ici, avec des points saillants sur le financement de la protection sociale, le revenu de base universel, les liens avec la sécurité alimentaire et l’emploi, ainsi que les programmes sensibles au genre, aux enfants et au handicap.

  • Les envois de fonds internationaux en 2020 ont défié les attentes, ne tombant que de 1,8 % en dessous des niveaux de 2019. La nouvelle note, COVID-19 à travers une lentille migratoire, fait le point sur l’effet de la pandémie sur les envois de fonds dans le monde et recommande de réduire les frais de transaction pour soutenir les flux d’envois de fonds face aux difficultés économiques persistantes.

  • La pandémie pourrait-elle aider à plaider en faveur d’un fonds mondial de protection sociale? Olivier De Schutter, rapporteur spécial des Nations Unies sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme, plaide en faveur de la protection sociale comme un investissement plutôt qu’un simple coût.

  • L’ONU a récemment organisé une « Semaine des sciences du comportement » et vous pouvez lire de brefs points à retenir ici ainsi que le rapport de l’ONU sur les sciences du comportement de l’Organisation. La chercheuse Katy Milkman a souligné le courant des campagnes axées sur le comportement pour augmenter les vaccinations contre le COVID-19. Les chercheurs de Milkman et de l’IPA explorent également les impacts de campagnes d’information sous forme de quiz sur la prévention de la COVID-19 aux États-Unis et au Ghana.

*

★★★★★