RECOVR Roundup Vol. 16: La protection sociale à l’époque du COVID-19

jeDans ce seizième volet de notre série RECOVR Roundup, nous partageons les nouvelles découvertes et analyses du centre de recherche RECOVR et de nos organisations partenaires, ainsi que des liens sur ce qui se passe dans le paysage de la protection sociale en réponse au COVID-19. Lisez l’article précédent si vous l’avez manqué et inscrivez-vous à notre liste de diffusion si vous souhaitez recevoir cette série de récapitulatifs directement dans votre boîte de réception.

Comme toujours, nous vous encourageons à écrire à notre équipe avec des idées de fonctionnalités.

Icône de concentrateur de réseauNouvelles découvertes et analyses


Ouganda, Nigéria et Kenya: risque de fraude numérique pendant le COVID-19

Les tentatives d’escroquerie au cours des premiers mois de la pandémie étaient généralisées

Alors que les verrouillages COVID se propagent et que de plus en plus de personnes dépendent de leur téléphone, une analyse récente montre que les plaintes en ligne concernant la fraude, les escroqueries et d’autres risques liés aux services financiers numériques ont également augmenté. Désormais, des enquêtes représentatives au niveau national en Ouganda, au Nigéria et au Kenya ont aidé l’IPA à déterminer si les utilisateurs de la finance numérique ont été victimes de fraudes ou d’escroqueries au cours des premiers mois de la pandémie (mai – juin 2020). Les tentatives de fraude et les fraudes réelles étaient très répandues dans les trois pays, 47% des personnes interrogées en Ouganda ayant déclaré en avoir été victimes, ainsi que 51% au Nigéria et 57% au Kenya. De nombreux gouvernements fournissant une assistance en cas de pandémie via des canaux numériques, ces résultats soulignent la nécessité d’intégrer une surveillance de la fraude et des protections contre les escroqueries. En savoir plus sur les enquêtes sur l’Ouganda, le Nigéria et le Kenya.

Côte d’Ivoire et Burkina Faso: leçons pour les décideurs politiques sur les impacts continus du COVID-19

Volonté de vacciner élevée et amélioration de l’accès à la planification familiale

Sur notre blog, nous mettons en évidence les informations issues de la deuxième série d’enquêtes RECOVR en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso. Une majorité de répondants des deux pays ont déclaré avoir l’intention de se faire vacciner contre le COVID-19 (69 pour cent au Burkina Faso et 77 pour cent en Côte d’Ivoire), fournissant une base solide pour les campagnes de vaccination une fois que les vaccins seront largement disponibles dans chaque pays. Au Burkina Faso, nous avons également trouvé l’accès aux services de planification familiale s’est amélioré depuis les premiers jours de la pandémie; 11 pour cent ont déclaré avoir des difficultés à accéder aux services, contre 18 pour cent quatre mois plus tôt. Des défis subsistaient en ce qui concerne la sécurité alimentaire et les dommages économiques sur les moyens de subsistance.

Ouganda: Les effets du choc COVID-19 sur les jeunes étudiants de la formation professionnelle

Les fermetures d’écoles dues aux verrouillages ont exacerbé les inégalités existantes

La formation professionnelle est une stratégie largement utilisée pour renforcer le capital humain et les compétences de la main-d’œuvre dans les pays à faible revenu. Livia Alfonsi, Sara Spaziani et Mary Namibiru ont interrogé 800 étudiants inscrits au cours de certificat national dans cinq instituts de formation professionnelle (VTI) du centre et de l’est de l’Ouganda trois mois après la fermeture des écoles. Ils ont constaté que les fermetures d’écoles en mars 2020, qui ont contraint les étudiants à retourner dans leurs maisons familiales, ont creusé les inégalités existantes: par exemple, 52% ont déclaré avoir moins d’accès à Internet et moins d’accès à l’espace pour étudier et se concentrer. Les auteurs demandent des cours de rattrapage gratuits pour les étudiants qui ont pris du retard et, dans le cas de fermetures futures, de rendre les appareils électroniques et l’accès Internet disponibles aux étudiants des zones rurales.

Écran avec icône de motsCe que nous lisons et regardons


  • Les transferts monétaires inconditionnels peuvent-ils aider les jeunes à naviguer dans leurs transitions hors de la famille d’accueil? Le comté de Santa Clara, en Californie, pilote un programme qui fournit 1000 dollars par mois pendant un an aux personnes quittant le système d’accueil, afin qu’elles soient mieux en mesure de payer pour le logement et l’éducation lorsqu’elles passent à une vie indépendante.
  • Comment le Mozambique a-t-il soutenu les ménages urbains et périurbains vulnérables pendant la pandémie? Ce rapport du BIT explique comment le gouvernement a travaillé en partenariat avec des organisations communautaires pour enregistrer plus de 945 000 nouveaux bénéficiaires pendant six mois de transferts monétaires, fournis par le biais du «Programme de soutien social direct post-urgence COVID-19».
  • Le Centre d’excellence pour les systèmes d’enregistrement des faits d’état civil et de statistiques de l’état civil a produit une série d’études de cas examinant comment les systèmes d’identification nationaux peuvent aider les gens à accéder à la protection sociale en Argentine, au Chili, en Namibie, en Corée du Sud et en Tunisie.
  • D’un autre côté, l’Inde offre un récit édifiant sur la façon dont un processus d’enregistrement fastidieux pour un programme de protection sociale excluait les femmes mariées. Un nouveau rapport de Privacy International documente des femmes mariées qui ont déménagé du domicile de leurs parents au domicile de leur mari avaient souvent du mal à mettre à jour leurs coordonnées pour pouvoir recevoir des rations alimentaires subventionnées à leur nouvel emplacement, les excluant accidentellement de cet avantage.
  • McKinsey souligne comment le Pakistan a intensifié son programme fédéral de protection sociale existant, Ehsaas, et a créé une nouvelle initiative, Ehsaas Emergency Cash, pour émettre des transferts monétaires inconditionnels à 12 millions de ménages vulnérables. Pour en faire une réalité, le gouvernement a établi plus de 18 000 points de distribution d’espèces dans les succursales bancaires, les magasins, les parcs et les bâtiments publics du pays.
  • Sur le blog de la LSE, les chercheurs affirment que l’extension des assouplissements induits par le COVID sur la conditionnalité de deux programmes phares d’assistance sociale en Colombie pourrait améliorer les chances de vie des jeunes. Selon eux, la refonte des transferts monétaires pour englober le soutien en santé mentale peut aider à briser le «cercle vicieux» entre la maladie mentale et la pauvreté.

*

★★★★★