Rechercher la sécurité : les implications de la loi sur la nationalité et les frontières

Loi sur la nationalité et les frontièresLa loi sur la nationalité et les frontières est entrée en vigueur au Royaume-Uni en avril 2022. Bien que de nombreux militants des droits de l’homme, organisations caritatives pour réfugiés et avocats craignent les effets néfastes des changements apportés au système d’immigration, le gouvernement affirme que son objectif n’est pas d’empêcher une arrivée et une résidence sûres. au Royaume-Uni, mais pour encourager un système plus équitable et prévenir la traite des êtres humains et l’entrée illégale.

Les exigences pour les demandeurs d’asile

Les principaux changements apportés par la loi aux lois précédentes sur l’immigration comprennent l’imposition d’un système d’étiquetage à deux niveaux, classant les demandeurs d’asile en tant que réfugiés du groupe 1 ou du groupe 2.

  1. Réfugié du groupe 1. Quelqu’un qui remplit de nombreuses conditions et qui, par conséquent, reçoit une « autorisation de séjour de réfugié » complète au Royaume-Uni
  2. Réfugié du groupe 2. Quelqu’un qui ne remplit pas les conditions et qui, par conséquent, reçoit une « autorisation temporaire de séjour pour réfugié ».

En outre, les demandeurs d’asile sont désormais soumis à un double standard de preuve pour démontrer qu’ils fuient leur pays d’origine en raison d’une « crainte fondée d’être persécutés ». Auparavant, la norme de preuve était une « probabilité raisonnable » de persécution. Désormais, la double norme de preuve évalue la situation sur la base à la fois d’une « probabilité raisonnable » et d’une « prépondérance des probabilités ». Ces normes laissent certaines disparités en matière de protection et de soutien.

Les controverses

La loi sur la nationalité et les frontières fonctionne sur un système de traitement différencié pour les demandeurs d’asile voyageant au Royaume-Uni via une route qui n’est pas classée comme « sûre et légale ». Ceux qui passent par d’autres pays « sûrs » et n’y demandent pas l’asile sont pénalisés pour cela et sont placés dans le groupe 2, ce qui leur refuse souvent un séjour de longue durée et se traduit par un traitement défavorable par rapport aux réfugiés du groupe 1. Il est également possible que le Royaume-Uni les déclare simplement « irrecevables ». Selon l’International Rescue Committee, il existe peu de « routes sûres et légales vers le Royaume-Uni »

De plus, en considérant le passage d’un « pays sûr » comme un refus de demander l’asile, la loi ne tient pas compte des nombreuses complications qui peuvent empêcher un demandeur d’asile de s’y arrêter. Les nouvelles règles ne tiennent pas compte des circonstances individuelles. Par exemple, un individu sous le contrôle d’un passeur, un individu endurant des circonstances de violence, l’inadéquation d’un certain pays en raison des caractéristiques spécifiques du réfugié et un besoin de résider au Royaume-Uni à des fins de liens familiaux, culturels ou linguistiques.

L’impact sur les femmes vulnérables

Ces nouvelles restrictions présentent également des risques spécifiques pour les femmes. Une étude menée par Women for Refugee Women révèle qu’environ quatre demandeuses d’asile sur cinq ont fui des dangers de nature sexuelle et discriminatoire. En raison de la nature sensible et complexe du traumatisme, les victimes ont du mal à divulguer rapidement les détails de la violence, les recherches révélant une perte de mémoire ou une incapacité à verbaliser le traumatisme comme effet secondaire courant du traumatisme lui-même.

Une fois arrivé au Royaume-Uni, tout retard dans la demande d’asile et la présentation des preuves entraînera une sanction. La présentation tardive des preuves a une incidence sur la crédibilité des demandeurs et pourrait donc avoir « un poids minimal pour le décideur » évaluant la demande d’asile. Cela dissuade les candidatures de nombreuses femmes traumatisées qui ont subi des violences et des abus.

La route vers le Rwanda

L’une des plus grandes controverses liées à la loi sur la nationalité et les frontières est sans doute la décision du Royaume-Uni en avril 2022 de relocaliser certains demandeurs d’asile britanniques au Rwanda dans le cadre d’un accord de 120 millions de livres sterling. Le public considère cela comme une « sanction », car le Royaume-Uni ne permettra pas à certains demandeurs d’asile de retourner au Royaume-Uni. Il est possible que cet aspect soit une violation de l’article 31 de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés, qui stipule que même les immigrants entrant illégalement ne seront pas soumis à des sanctions s’ils fuient la persécution.

Malgré la reconnaissance mondiale de la croissance et du développement du Rwanda, la vérification des faits par Deutsche Welle révèle des problèmes. Au fil des ans, des rapports indiquent des limitations de la liberté d’expression dans le pays, avec des conséquences violentes pour les journalistes, les politiciens et les autres personnes qui ont dit du mal du gouvernement. Bien que l’homosexualité ne soit pas illégale, le Rwanda est connu pour son intolérance envers les groupes de minorités sexuelles, la propre page de conseils aux voyageurs étrangers du gouvernement britannique mettant en garde contre les abus et la discrimination.

Surmonter les obstacles à la sécurité

Une évaluation de l’impact sur l’égalité de la loi sur la nationalité et les frontières a incité le gouvernement à promettre d’atténuer les effets négatifs de la loi sur les réfugiés vulnérables tels que les femmes, les enfants et les personnes handicapées. Le gouvernement s’est également engagé à améliorer l’accessibilité de l’aide juridique.

En collaboration avec le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, le gouvernement britannique s’est engagé à garantir l’égalité et l’équité dans les programmes de réinstallation pour les réfugiés. Le gouvernement britannique permet également au ministre de l’Intérieur d’exercer son pouvoir discrétionnaire et d’accorder l’asile aux réfugiés confrontés à des circonstances particulières.

L’International Rescue Committee est une organisation qui s’engage à fournir une aide humanitaire aux réfugiés en quête de sécurité et souligne la nécessité de créer des itinéraires sûrs pour les demandeurs d’asile. Si le Royaume-Uni offre et augmente la disponibilité des programmes de réinstallation, tels que le programme de réinstallation des citoyens afghans, et donne la priorité à ses systèmes d’application et de soutien, il a la possibilité de prouver que la loi sur la nationalité et les frontières servira de point d’ancrage à ceux qui recherchent la sécurité et pas une barrière.

– Lydia Tyler
Photo: WikiCommons

*

★★★★★