Recherche ancrée localement : renforcer les partenariats pour faire progresser la science et l’impact de la recherche pour le développement

Au cours des près de 20 ans d’expérience de l’IPA à apporter des preuves à l’impact, nous avons appris que de solides compétences techniques combinées à une connaissance approfondie et à une connexion avec le contexte local sont essentielles pour utiliser les preuves. Lorsque nous examinons certains de nos plus grands impacts, de l’intensification de l’enseignement ciblé au Ghana à l’extension d’une campagne de distribution et de promotion de masques (maintenant appelée le modèle NORM) à plus de 100 millions de personnes, les relations et la compréhension du contexte local ont été essentielles pour déplacer la recherche pour avoir un impact.

Le renforcement et l’exploitation de notre présence dans le pays ainsi que l’approfondissement des relations ont été un élément sous-jacent clé de notre ambition stratégique. En conséquence, la majorité de notre personnel se trouve dans et en provenance des pays ou régions où nous travaillons. Et le personnel de l’IPA a apporté des contributions significatives (et souvent en coulisses) à de nombreux projets de recherche. Cependant, ce n’est pas autant le cas au sein de notre réseau de chercheurs. Une analyse récente a révélé que 27 % des chercheurs de notre réseau sont originaires de pays à revenu faible ou intermédiaire (PRFI). Ce pourcentage est plus élevé qu’il y a cinq ou dix ans, mais offre encore une marge de croissance.

Nous pensons que rendre la recherche plus ancrée localement en augmentant l’engagement des chercheurs des pays où nos activités de recherche se déroulent conduira probablement à des études plus pertinentes et plus percutantes pour les politiques. Nous pouvons y parvenir en nous associant à davantage de chercheurs universitaires des pays PRFI et également en créant davantage d’opportunités de développement et de mentorat pour que notre personnel devienne des chercheurs.

Photo de groupe du sommet de la RAD au Rwanda

Au-delà de l’IPA, des tendances similaires sont observées dans les publications de revues, la participation à des conférences et les citations. Cela soulève la question, pourquoi n’y a-t-il pas plus de collaboration avec les chercheurs dans nos pays d’opération ? Et comment l’API peut-elle tirer parti de notre position pour rendre notre domaine plus représentatif des pays dans lesquels nous travaillons ?

En écoutant un certain nombre de partenaires de recherche locaux, notre personnel et les principaux économistes du Sud, nous pensons qu’il existe trois principaux ensembles d’obstacles : réseaux: les chercheurs et les instituts de recherche du nord du globe ne connaissent tout simplement pas assez de chercheurs dans les pays où se déroule la recherche pour le développement (c’est moins le cas en Amérique latine, mais c’est certainement vrai en Afrique subsaharienne et dans certaines parties de l’Asie). D’après la propre expérience de l’IPA, où nous connaissons des chercheurs des pays dans lesquels nous travaillons qui sont intéressés par la poursuite de la recherche pour le développement – en particulier ceux qui travaillent ou souhaitent s’engager dans des évaluations d’impact aléatoires – ils sont souvent saturés d’obligations d’enseignement académique, de demandes d’engagement dans des projets, et limités dans leur disponibilité pour encadrer des chercheurs débutants. Dans les cas où des équipes de recherche ont été réunies de manière plus transactionnelle pour des projets spécifiques, ces interactions peuvent être au pire symboliques, mais le plus souvent, elles n’offrent pas la possibilité d’un mentorat bidirectionnel et d’échanges significatifs entre les chercheurs locaux et internationaux.

Seconde, il faut du temps et de l’expérience pour mener les « affaires » de la rédaction de subventions de recherche: Tous les types de rédaction de propositions s’accompagnent d’un ensemble de normes et de savoir-faire qui s’apprennent et s’approfondissent au fil du temps. La rédaction de subventions de recherche ne fait pas exception. Avec la majorité du financement de la recherche pour le développement provenant de pays développés, les chercheurs de ces pays ont un avantage distinct pour apprendre à naviguer dans les bizarreries, les préférences et les normes des processus de demande de subvention des divers bailleurs de fonds, ainsi que la possibilité d’accéder et de réseauter directement avec les bailleurs de fonds. La rédaction des demandes de subvention prend également du temps, ce qui peut être une limitation pour les chercheurs travaillant dans des institutions à forte charge d’enseignement. Ces contraintes peuvent signifier que des projets de recherche solides et conçus localement ne reçoivent pas suffisamment de ressources.

Troisièmement, comme dans tous les paramètres, les chercheurs des établissements universitaires ont des incitations concurrentes, façonné par les charges de travail d’enseignement, les opportunités de titularisation, les intérêts de publication, l’appétit pour l’influence sur les politiques et peut-être le plus critique, les contrats d’argent « doux » par rapport à « dur ». Pour les universitaires de certains pays à faible revenu, les salaires universitaires devraient souvent être complétés par des revenus de consultant. Dans d’autres, les pressions pour publier sont élevées pour la progression de carrière. Dans chacun de ces cas, le coût d’opportunité de s’engager dans des projets de recherche pour le développement peut être trop élevé, en particulier la recherche expérimentale, qui est moins la norme, nécessite souvent de longs délais pour obtenir des résultats et est moins valorisée dans certains contextes académiques.

Alors, comment l’IPA peut-elle faire plus ?

L’année dernière, nous avons développé une stratégie pour diversifier le réseau de recherche de l’IPA afin d’approfondir notre soutien à l’impact des politiques grâce à des partenariats locaux. Cette stratégie se concentre sur quatre objectifs fondamentaux qui s’appuient sur les atouts de l’IPA en tant qu’organisateur, employeur, coach et réalisateur de projets de recherche. Nous nous sommes fixé des objectifs ambitieux et nous donnons la priorité à un ensemble d’activités qui, nous l’espérons, pourront servir de catalyseur pour la réalisation de notre ambition :

  1. Renforcement du réseau de chercheurs dans les pays à revenu faible et intermédiaire : En collaboration avec des partenaires mondiaux, régionaux et locaux, nous organisons des événements de réseautage et de jumelage pour élargir les opportunités de création de relations entre les chercheurs, les décideurs et les bailleurs de fonds.
  2. Améliorer l’accès au financement pour les chercheurs des pays à revenu faible ou intermédiaire : Nous révisons nos directives standard de gestion des appels concurrentiels et proposons des orientations de pré-candidature pour encourager les candidatures de chercheurs du Sud. Nous mettons également en œuvre des ateliers régionaux qui couvrent l’essentiel des propositions réussies, telles que la rédaction, la préparation du budget, la conception de l’étude et les calculs de puissance, ainsi que l’analyse et l’interprétation des résultats de l’étude. Nous fournissons également un soutien direct pour le développement de projets et les demandes de subventions de recherche par l’intermédiaire de nos bureaux de pays.
  3. Développer une réserve de chercheurs par le biais des bureaux de pays de l’IAP : Nous travaillons avec nos partenaires universitaires pour offrir aux étudiants de maîtrise et de doctorat des opportunités de stages rémunérés afin de se familiariser avec les travaux de recherche et de politique et de promouvoir la paternité de nouvelles publications. Nous collaborons également avec nos partenaires pour concevoir et dispenser conjointement des cours méthodologiques d’évaluation d’impact afin de renforcer le programme universitaire sur le sujet. Nous augmentons les opportunités de développement des bourses et des compétences en recherche pour le personnel de l’IPA, qui représente une source essentielle de capacité de recherche dans nos pays d’opération.
  4. Soutenir les chercheurs des PRFI dans la communication sur la recherche et l’engagement politique : Nous savons que les communications sur la recherche sont essentielles pour l’influence sur les politiques, nous augmentons donc notre soutien aux chercheurs des PRFI, avec la création de supports de communication faciles d’accès.

Nous avons entamé un processus de mise en œuvre de cette stratégie dans sept pays d’Afrique de l’Est et de l’Ouest (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Ghana, Kenya, Nigéria, Rwanda, Ouganda et Zambie), sous la direction d’un comité consultatif d’éminents universitaires africains—Professeur Hellen Inyega (Université de Nairobi), Professeur associé Eugénie Maïga, Université de Koudougou), Professeur Gituro Wainaina (Université de Nairobi) et Professeur Leonard Wantchekon (Université de Princeton et African School of Economics). Avec leurs conseils et grâce à un engagement continu avec nos partenaires, nous sommes convaincus que nous pouvons faire de grands progrès.

Au fur et à mesure que nous avancerons dans cette stratégie, nous maintiendrons trois idées constantes dans notre approche. Ces idées garantiront non seulement que nous entreprenons les bonnes activités, mais que nous le fassions avec la bonne éthique :

  1. Améliorer la vie des gens doit rester l’objectif central de notre engagement avec les chercheurs quelles que soient leurs origines. Bien que nos tactiques doivent être ajustées, le but est le même.
  2. Un engagement inclusif et significatif signifie reconnaître, amplifier et établir des liens avec des individus et des organisations de notre réseau qui se sont déjà engagés à améliorer des vies grâce à la recherche. Nous sommes ravis d’apprendre et de tirer parti de l’expérience collective de bon nombre de nos partenaires et pairs existants.
  3. Faire ce changement de manière durable, c’est l’intégrer dans notre fonctionnement global, pas seulement en tant qu’initiative autonome. Cela nécessitera un recentrage interne des processus opérationnels, des ressources, des incitations et des priorités.

Nous sommes enthousiasmés par cette focalisation accrue sur une recherche plus locale et nous nous réjouissons à l’idée de collaborer avec nos partenaires, dont beaucoup d’entre vous, pour en faire un succès.

*

★★★★★