Qui fabrique la boisson la plus populaire au monde ?

Quelle est la boisson la plus consommée au monde ? Est-ce le café, cet or noir sur lequel les Américains comptent tant ? Est-ce une boisson gazeuse, du vin ou de la bière ? Non. La boisson la plus populaire au monde est le thé. L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture suggère que chaque jour, dans le monde, nous consommons 6 milliards de tasses de thé.

Une femme se tient dans un champ tenant des feuilles de thé à la main, la boisson la plus populaire au monde.  Elle porte un sari et un chapeau de paille avec un sac en dessous pour contenir des feuilles de thé.  Elle se tient dans un grand champ.

Dipty travaille dans les champs de thé du nord-est du Bangladesh. En tant que journalière, elle ne reçoit pas les avantages dont bénéficient les travailleurs permanents, tels que les rations alimentaires, les prestations médicales et un logement.

Dipty ne gagne que 102 taka par jour, soit environ 1,20 dollar, pour cueillir 50 livres de feuilles de thé. Partout dans le monde, les cueilleurs de thé de l’Inde au Sri Lanka connaissent des conditions similaires. Pendant qu’ils travaillent, ils portent des sacs ou des paniers sur la tête, qui deviennent de plus en plus lourds au fur et à mesure que la journée avance.

À la fin d’une longue journée de cueillette de thé, les travailleurs font la queue pour faire peser leurs feuilles.

Des femmes font la queue à l'extérieur, portant de lourds sacs remplis de feuilles de thé, la boisson la plus populaire au monde, attachées à leur tête.  Ils portent des jupes et des chemises aux motifs colorés.

Ensuite, les hommes chargent les sacs lourds sur un camion pour les emmener à l’usine de traitement.

À la fin de leur dure journée de travail, 1,20 $ ne suffisent pas à ces travailleurs pour subvenir aux besoins de leur famille ou investir dans l’avenir de leurs enfants. Les travailleurs du thé ne sont souvent pas en mesure de se faire soigner pour des choses comme les morsures de serpent et les blessures ou de recevoir des soins prénatals. Mais Dipty ne connaît rien d’autre que la vie dans les champs de thé.

Une femme portant un chapeau de paille, une chemise rouge et un sari de couleur beige se tient dans un grand champ vert plein de buissons, cueillant des feuilles pour faire la boisson la plus populaire au monde.

Pendant des générations, les enfants des cueilleurs de thé ont rejoint leurs parents dans les jardins de thé, apprenant d’eux sur le tas. Finalement, les enfants abandonnent l’école pour travailler à plein temps. C’est la seule option que beaucoup connaissent en raison de l’indisponibilité d’emplois pour les travailleurs non qualifiés en dehors des champs de thé.

Un garçon de 15 ans vêtu d'une chemise orange et d'un short rouge est accroupi devant un mur en adobe.  À sa droite se trouve un jeune garçon, vêtu d'une chemise rose et d'une jupe à carreaux traditionnelle.

Uttam a 15 ans. Lorsque son père a eu un accident vasculaire cérébral et a été paralysé, Uttam l’a remplacé dans les champs de thé du nord-est du Bangladesh pour travailler sous son nom. Contrairement à Dipty, il est un travailleur permanent. Cela signifie qu’il reçoit chaque mois des médicaments de base et des rations alimentaires, dont 8 kilogrammes de riz et de lentilles. Comme Dipty, il gagne 1,20 $ par jour, mais ce n’est toujours pas suffisant pour subvenir aux besoins de sa famille de quatre personnes.

Alors le frère de 10 ans d’Uttam, Sujit, a commencé à travailler aussi.

Un garçon de 10 ans vêtu d'une chemise de couleur corail porte un gros fagot de bois sur son épaule, avec une machette plantée dans le haut du bois.

Sujit marchait 45 minutes dans la jungle pour ramasser du bois et rapportait plus de 30 livres sur ses jeunes épaules. Sa famille utilisait le bois pour cuisiner et il vendait le surplus aux voisins. Sujit a également commencé à travailler pour un maçon et charpentier local. Mais il était une proie facile à exploiter. Ses employeurs savaient que la famille de Sujit était impuissante et il n’a jamais été entièrement payé pour son travail. Pour 40 jours de travail, il n’a reçu que deux semaines de salaire.

Un homme plus âgé sans chemise est assis sur une couverture contre un mur de couleur beige, regardant le sol.  Un jeune garçon en chemise rose assis à côté de lui le regarde.
Le père de Sujit n’était plus en mesure de travailler après avoir eu un accident vasculaire cérébral et était paralysé.

« J’ai essayé de travailler aussi dur que possible sur le chantier, mais je n’aimais pas le fait qu’ils ne me payaient pas à temps. Jusqu’à présent, ils ne me payaient que pour deux semaines de travail », explique Sujit.

Une fille portant un pantalon vert, une chemise rose et une écharpe blanche s'appuie contre le tronc d'un grand arbre.  Un jeune garçon vêtu d'un jean et d'une chemise boutonnée blanche s'agenouille sous elle alors qu'ils se sourient.

Ce sont les enfants de Dipty, Mispi et Samuel. Aucun des deux ne travaille sur la plantation de thé car les deux sont parrainés par Compassion. Au début, la plus grande aspiration des parents de Mispi pour elle était de devenir officier dans les champs de thé, mais le parrainage lui a ouvert les yeux sur de plus grands objectifs.

« Le jour où j’ai appris que j’étais parrainé et que j’ai reçu la photo de mon parrain, j’ai eu l’impression que le ciel était la seule limite pour atteindre mes rêves », dit Mispi.

Maintenant, Mispi a autre chose de prévu pour son avenir. Elle veut devenir infirmière et servir les personnes dans le besoin. Cette jeune fille studieuse de 19 ans mène sa famille au-delà des jardins de thé.

Une famille de six personnes est assise à l'extérieur, souriante, dont un homme plus âgé en bleu, une femme portant un sari beige, une fille en robe jaune et une autre fille en tenue rose et verte.  En dessous d'eux se trouvent un jeune garçon en chemise blanche et pantalon bleu et une jeune fille en robe jaune.

« La cueillette du thé nous aidera à survivre d’une manière ou d’une autre dans le domaine du thé, mais avec des compétences en soins infirmiers, non seulement je survivrai, mais j’aiderai également les autres avec mes compétences, comme mon parrain me soutient à des centaines de kilomètres », déclare Mispi.

Sujit n’a plus non plus à travailler.

Un jeune garçon vêtu d'une chemise boutonnée rouge sourit largement, debout devant un mur beige.

En raison de la situation très vulnérable de sa famille, ils ont commencé à recevoir un soutien supplémentaire de Compassion. La famille reçoit désormais des provisions mensuelles de riz, d’huile de soja, de lentilles et d’articles de toilette. Le soutien est suffisant pour que Sujit n’ait plus à subvenir aux besoins de base de sa famille.

Bien que le soutien de Compassion n’élimine pas les défis de la famille, la présence de l’église partenaire de Compassion dans le village montre aux enfants une nouvelle façon de vivre. Une façon dont ils n’ont pas à ramasser des machettes, mais peuvent jouer et aller à l’école.

Un jeune garçon souriant portant une chemise rouge est assis sur les genoux d'un adolescent souriant portant une chemise à carreaux bleue, les mains jointes autour de son frère.

Les circonstances d’Ummat et de Sujit révèlent la complexité de la pauvreté. Des familles comme la leur ressentent la pression d’un revenu mensuel réduit lorsque leurs enfants vont à l’école ou fréquentent le centre Compassion au lieu de travailler. Mais ces familles commencent aussi à comprendre que la pauvreté générationnelle peut être brisée à long terme.

Grâce au travail de l’église locale et au parrainage, des milliers d’enfants des districts du nord-est du Bangladesh apprennent à sortir de la pauvreté et à vivre au-delà des jardins de thé.


*

★★★★★