Questions difficiles : « Les personnes qui vivent dans la pauvreté sont-elles paresseuses ? »

Il s’agit de la deuxième partie d’une série en cinq parties qui répond aux questions difficiles que les gens se posent sur la pauvreté. (Lisez la partie 1 pour savoir pourquoi les familles pauvres ont des familles nombreuses.) Nous avons posé cinq questions difficiles aux parents d’enfants du programme de Compassion. En partageant de manière vulnérable leurs expériences, ils espèrent briser la stigmatisation et révéler la vérité sur la vie dans la pauvreté.

Un homme porte un seau et un moteur de bateau alors qu'il marche avec un garçon depuis l'eau.

Question difficile 2 : « Les gens qui vivent dans la pauvreté sont-ils paresseux ?

Pour ces familles, ce mythe blessant ne pouvait pas être plus éloigné de la vérité.

De longues heures pour de bas salaires

La pandémie a fait qu’il a perdu son emploi, alors Frangky en Indonésie travaille maintenant à deux. « J’ai plusieurs emplois, je trouve du poisson dans la mer de 19 h à 23 h et à partir de 8 h du matin pour travailler dans mon jardin jusqu’à 16 h. Mais je ne gagne qu’environ 3,48 USD par jour », dit-il.

Comme Frangky, Consuelo et son mari, Orlando, travaillent dur au Salvador mais n’ont pas grand-chose à prouver.

« J’ai toujours travaillé, toute ma vie », dit-elle simplement. « Quand j’avais 13 ans, je travaillais déjà dans le ménage et à 18 ans, j’ai commencé à travailler dans des usines. »

Axé sur la survie

Olive connaît le chagrin de voir ses enfants se réveiller avec leurs cris de faim. En Ouganda, dit-elle, les personnes vivant dans la pauvreté ne sont pas paresseuses mais se concentrent sur la survie. Il n’y a pas de place dans leur esprit pour autre chose que le prochain repas.

« Les gens qui vivent dans la pauvreté ne sont pas paresseux. Ils ne pensent pas au-delà de ce qu’ils vont manger. Il est difficile pour une personne pauvre de planifier ou d’épargner. L’esprit reste préoccupé par ce que leurs enfants vont manger », dit-elle.

Promise porte une robe à pois bleu et blanc avec une veste blanche.  Elle verse de l'eau dans un jerrican jaune à partir d'un grand réservoir bleu de récupération d'eau de pluie.
Promise, la fille d’Olive, puise de l’eau dans le baril de pluie de la famille en Ouganda.

Pour Olive, sa capacité de travail est également interrompue par la nécessité d’aller chercher de l’eau potable. Acheter de l’eau au robinet le plus proche est trop cher pour la famille, alors tous les deux jours, elle marche pendant six heures pour ramener de l’eau pour sa famille. « Nous n’avons pas un accès facile à l’eau, donc le jour où je vais chercher de l’eau, je ne peux pas travailler », dit-elle.

Dans la jungle amazonienne de l’Équateur, les adultes du village de Jaela travaillent régulièrement 12 heures par jour pour récolter leurs récoltes. Parfois, il fait trop sombre pour rentrer chez eux, alors ils dorment dehors. Les frères et sœurs plus âgés comme Jaela (photo ci-dessous avec sa sœur) sont chargés de prendre soin de leurs frères et sœurs plus jeunes.

« Honnêtement, vous ne vous reposez pas dans la jungle », dit le jeune de 18 ans.

Jaela porte une chemise rose.  Elle est dans la cuisine de sa maison avec sa sœur cadette, Mayte.  Ils font cuire des plantains sur un feu ouvert.

Impossible de sécuriser le travail

Lorsque Pradeepkumar rentre chez lui, le sourire plein d’espoir de sa femme tombe alors qu’il secoue simplement la tête : il n’y a toujours pas de travail pour lui au Sri Lanka. Depuis qu’il a quitté son emploi dans une usine en raison de problèmes de santé, il a eu du mal à trouver un travail fiable.

« Il travaille à la journée et ne trouve généralement du travail que trois jours par semaine », explique Devaki, sa femme. « Maintenant, à cause de COVID-19, même ces trois jours de travail ont disparu. »

Dans le billet de blog de la semaine prochaine sur les questions difficiles sur la pauvreté, les parents répondront à cette question : « Comment avez-vous fini par vivre dans la pauvreté ? »


Photographie de terrain et reportage par Vera Aurima, Odessa B, Nico Benalcazar, Chuck Bigger, Caroline Mwinemwesigwa et Alejandra Zuniga.

*

★★★★★