Quelques faits sur le sans-abrisme au Kenya

Le Kenya, pays frontalier de la Somalie et de l'Éthiopie, est confronté à des obstacles de plus en plus nombreux dans la lutte contre le sans-abrisme. Avec plus de 2 millions de citoyens luttant contre le sans-abrisme au Kenya, le problème ne fait que s'aggraver. Cependant, les organisations nouvellement mises en place voient des améliorations rapides grâce à leur aide aux personnes dans le besoin.

Le problème en chiffres

On estime que dans un proche avenir, la population des sans-abri augmentera de plus de 200 000 personnes. Sur les 2 millions de Kenyans sans abri convenable, plus de 50% sont des enfants. La plupart de ces enfants passent leur vie dans la rue, luttant pour joindre les deux bouts.

Il est important de savoir que seulement 2% des maisons construites officiellement ciblent les familles à faible revenu. Cela laisse plus d'un million de citoyens kényans sans possibilité de trouver un logement. Ajoutant au problème, 68% des Kenyans n'ont pas de papiers ou de sécurité foncière, ce qui nuit à leur capacité à trouver un logement et à loger leur famille.

Principales causes

Divers facteurs ont conduit à l'augmentation de la population des sans-abri. Les intérêts commerciaux des entreprises et autres groupes, qui ont déplacé des centaines de milliers de Kenyans, constituent un facteur primordial. Face à ces graves pénuries de terres, les Kenyans doivent s'entasser dans des bidonvilles, car le coût de la terre continue d'augmenter. En conséquence, certains groupes peuvent recourir à la violence pour gagner plus de terres. Certaines communautés ont signalé des observations d'éleveurs Tharaka, qui se battent souvent contre d'autres pour la terre. River Naka, un endroit rempli d'agriculteurs, a été attaqué par ces éleveurs et a laissé des centaines de sans-abri.

Récemment, malgré la propagation du COVID-19, plus de 7 000 personnes vivant dans les bidonvilles de Nairobi ont été expulsées, les obligeant à se retrouver sans abri. Le gouvernement croyait que ces personnes vivaient sur des «terres publiques» et a agi en conséquence.

Conséquences

Divers problèmes découlent du grave problème du sans-abrisme au Kenya. Les Kenyans qui sont sans abri n'ont souvent qu'un seul repas par jour. La malnutrition survient fréquemment chez les jeunes sans-abri en raison de cette pénurie alimentaire. Un autre problème est l'augmentation des vols, car les adultes et les enfants contraints de vivre dans la rue volent de l'argent et de la nourriture pour se nourrir. En raison de l'intervention de la police, des milliers de Kenyans sans-abri font face à de graves conséquences en prison.

Un autre problème majeur lié au sans-abrisme au Kenya est le VIH / SIDA. N'ayant pas accès à un traitement médical approprié, la communauté des sans-abri au Kenya est fréquemment exposée au virus mortel.

La route du changement

Il existe environ 250 organisations au Kenya qui cherchent à lutter contre le sans-abrisme au Kenya. L’une des organisations les plus importantes est Habitat for Humanity, qui répond aux besoins des bidonvilles du Kenya. Habitat pour l'humanité a embauché de nombreux bénévoles pour construire des logements abordables pour les familles à faible revenu aux prises avec l'itinérance. Ils promeuvent l'idée de l'accession à la propriété auprès des Kenyans à faible revenu afin de les aider à trouver un logement stable et ainsi échapper à la pauvreté.

Kenya Children of Hope, qui cherche à sauver les enfants sans-abri de la rue, est une autre organisation couronnée de succès. En un mois seulement, Kenya Children of Hope a sauvé plus de 300 enfants et les a placés sous des soins sûrs.

Regard vers l'avenir

Même avec des centaines d'organisations qui se mobilisent pour lutter contre le sans-abrisme au Kenya, une intervention gouvernementale est essentielle pour faire des progrès plus sérieux. Les expulsions constantes ainsi que les restrictions foncières augmentent la prévalence du sans-abrisme.

Pour que le gouvernement kényan parvienne à un avenir avec une population de sans-abri réduite, il doit agir de manière empathique en cas de répartition des terres. Ils doivent également donner la priorité au bien-être de leurs citoyens dans la pandémie de COVID-19. Si les nombreuses organisations cherchant à mettre fin au sans-abrisme au Kenya devaient recevoir une aide substantielle du gouvernement, des centaines de milliers de Kenyans en bénéficieraient grandement.

– Aditya Padmaraj
Photo: Flickr

*

★★★★★