Protéger les femmes africaines d'une «pandémie de l'ombre» au milieu du COVID-19

Protéger les femmes africaines d'une «pandémie de l'ombre» pendant le COVID-19D'ici 2063, l'Union africaine (UA) espère accomplir une «transformation socio-économique» à travers le continent où la pauvreté sera éradiquée. Cela est impossible sans parvenir à une inégalité entre les sexes. Bien que l'Afrique ait fait des progrès significatifs vers cet avenir prévisible, les progrès sont encore douloureusement lents. Les progrès de plusieurs pays stagnent et ne règlent le problème qu’en «reconnaissant» que l’autonomisation des filles et des femmes est essentielle à l’amélioration de l’économie africaine. De nombreux facteurs prolongent la concrétisation de la vision de l’UA. Certains des facteurs importants sont la violence contre les femmes en Afrique et la perpétuation de la pauvreté sur le continent. Désormais, avec le COVID-19, la violence contre les femmes ou la «pandémie de l'ombre» en Afrique est signalée à un nombre plus élevé qu'auparavant, annulant peut-être tous les progrès du continent.

L'écart entre les sexes et la violence à l'égard des femmes

La violence à l'égard des femmes en Afrique est principalement alimentée par «l'écart entre les sexes», qui est la différence d'opportunités, de statut et d'attitudes entre les hommes et les femmes. Cet écart favorise la violence contre les femmes. Malheureusement, la violence est tellement ancrée dans la culture africaine que 51% des femmes qui auraient été battues par leur mari sont justifiées.

Cette attitude envers les femmes favorise la pauvreté car elle nie les droits humains fondamentaux et le soutien aux difficultés mentales et économiques. Les femmes représentent plus de 50% de la population africaine, mais ne contribuent qu’environ 33% au produit intérieur brut (PIB) du continent. En conséquence, l'Afrique perd environ 95 milliards de dollars chaque année en raison de l'écart entre les sexes.

La «pandémie de l'ombre»

L'Afrique a qualifié la violence contre les femmes d'épidémie bien avant le COVID-19. Cependant, la violence contre les femmes en Afrique a connu une augmentation alarmante depuis le début du COVID-19 et les verrouillages ultérieurs. L'Organisation des Nations Unies appelle cela une «pandémie de l'ombre» ou «à l'ombre de la pandémie».

Pendant le COVID-19, les pays du continent ont signalé des cas de violence beaucoup plus élevés. Au Kenya, près de 4 000 filles sont tombées enceintes pendant le confinement après une agression sexuelle. Le principal problème est que les femmes et les filles ont un statut si bas en Afrique. Les femmes sont considérées comme des objets facilement jetables pour l’usage et le plaisir des hommes. Avec la perte d'emplois, la diminution des ressources et le fait d'être confinées à l'intérieur des maisons pour les confinements, les femmes sont à la merci des maris, des pères ou d'autres hommes vivant dans leurs maisons.

Organisations luttant pour mettre fin à la violence contre les femmes en Afrique

Plusieurs organisations se sont levées pour mettre fin à la violence contre les femmes en Afrique. Ces organisations travaillent dur pour protéger et donner aux femmes des opportunités économiques. L'initiative Spotlight et les Alliances pour l'Afrique sont quelques organisations qui font un travail énorme pour amener l'Afrique dans sa vision 2063 au milieu du COVID-19.

L'initiative Spotlight est un partenariat entre les Nations Unies et l'Union européenne, dont les objectifs sont d'éradiquer la violence à l'égard des femmes d'ici 2030. Il s'agit de la plus grande initiative mondiale visant à éliminer la violence à l'égard des femmes et des filles. Actuellement, l'Initiative Spotlight préconise des interventions en faveur des femmes africaines, telles que l'intégration des efforts de prévention de la violence contre les femmes dans les plans de réponse au COVID-19 et la réduction des écarts entre les sexes dans la législation et la politique sur le COVID-19.

Alliances for Africa (AfA) est une organisation internationale dirigée par l'Afrique qui défend les droits de l'homme, la paix et le développement durable. Sa vision est de contribuer à éliminer les causes de la pauvreté en Afrique. Les six domaines d’intervention de l’organisation sont la pauvreté, la faim, la santé et le bien-être, l’éducation de qualité, l’inégalité entre les sexes et l’eau potable et l’assainissement. Tous ces domaines d’intervention font partie de l’agenda 2063 de l’UA mentionné plus haut. L'AfA s'est associée à l'Open Society Initiative for West Africa pour soutenir 120 agricultrices rurales pendant COVID-19. Chaque femme pourrait relancer et maintenir sa production, avoir accès aux marchés et rester informée sur les mesures préventives du COVID-19.

Les pays du monde entier ont du mal à gérer les conséquences socio-économiques de la pandémie du COVID-19. Cependant, des problèmes tels que la violence à l'égard des femmes ont augmenté pendant les verrouillages du COVID-19, affectant des millions de femmes dans le monde. En Afrique, la «pandémie de l'ombre» est une préoccupation croissante au milieu d'une crise sans précédent. Des organisations telles que Spotlight Initiative et Alliances for Africa travaillent pour atténuer la «pandémie de l'ombre», mais il reste encore beaucoup à faire pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes et parvenir à l'égalité des sexes. Les gouvernements africains et les organisations humanitaires doivent poursuivre leurs efforts pour empêcher les femmes de faire face à une autre épidémie au milieu du COVID-19.

– LaCherish Thompson
Photo: Flickr


*

★★★★★